La consommation d’énergie des logements neufs est constituée à 75 % d’électricité Développement durable | 07.09.15

Partager sur :
L'électricité représente 75 % de la consommation d’énergie des logements neufs en 2014 selon l’association Coénove qui a réalisé une analyse de l'impact de la RT 2012 dans le logement neuf. Les usages « non réglementés » (cuisson, électro-ménager, audiovisuel, multimédia…) pèsent aujourd’hui davantage que les usages « réglementés » (chauffage, eau chaude sanitaire, refroidissement, éclairage, auxiliaires).
La réglementation thermique 2012 (RT 2012), adoptée suite au Grenelle de l’Environnement, limite depuis le 1er janvier 2013 la consommation d'énergie primaire des logements neufs à un maximum de 50 kWhEP/(m².an). Elle vise ainsi à susciter l’innovation dans les techniques de bâti et d’équipement tout en recherchant un équilibre entre les énergies de production de chauffage et d’eau chaude sanitaire (notamment par

L’analyse de Coénove démontre que, dans une approche « tous usages », la consommation d’énergie des logements est constituée à 75 % d’électricité, à 19 % de gaz naturel et à 6 % de bois, fioul ou réseau de chaleur (2 % chacun). Dans un périmètre limité aux 5 usages de la réglementation thermique, l’électricité représente encore 51 % de l’énergie consommée, du fait notamment du poids croissant des usages spécifiques de l’électricité (cuisson, électro-ménager, audiovisuel et informatique).

La compréhension précise des impacts de la RT 2012 nécessite de suivre l’utilisation des énergies par usages en distinguant chauffage et eau chaude. Le développement de solutions hybrides associant par exemple une chaudière gaz à condensation pour le chauffage et un chauffe-eau thermodynamique électrique pour l’eau chaude conduit en effet à des mix différents par usage.

Le gaz apparaît comme l’énergie la plus utilisée pour le chauffage en RT 2012 via la chaudière à condensation alors que l’électricité est l’énergie la plus utilisée pour la production d’eau chaude via des équipements performants thermodynamiques. Cette utilisation complémentaire des énergies est une réussite de la RT 2012 car elle contribue à limiter les pointes électriques d’hiver, fortement émettrices de CO2.

« L’effet combiné du déploiement des solutions hybrides, de l’essor des couplages gaz/ENR ou électricité /ENR pour certains usages, ainsi que du net retrait des consommations de chauffage, va s’accentuer » précise l’association. Pour les réglementations et normes futures, l'association Coénove estime donc pertinent de rechercher un autre indicateur que le seul « choix de l’énergie de chauffage » pour suivre la place des différentes énergies dans le bâtiment.
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Eaton et Green Motion accompagnent l’adoption croissante des véhicules électriques - Batiweb

Eaton et Green Motion accompagnent l’adoption croissante des véhicules électriques

Au CES Las Vegas 2020, la société Eaton et Green Motion ont présenté leur offre combinée visant une meilleure intégration des bornes de recharge pour véhicules électriques dans les bâtiments, les logements et les centres commerciaux. Face à une demande en hausse, il est en effet nécessaire de repenser l’offre pour que les utilisateurs puissent recharger leurs véhicules en toute sérénité et sans compromettre le réseau.
Réforme du DPE : le gouvernement précise la nouvelle méthode de calcul - Batiweb

Réforme du DPE : le gouvernement précise la nouvelle méthode de calcul

Le ministère de la Transition écologique a précisé, ce lundi 15 février, les contours de la réforme du diagnostic de performances énergétiques (DPE), déjà prévue depuis 2018 dans le cadre de la loi ELAN. A partir du 1er juillet 2021, la méthode de calcul de ce nouveau DPE changera, et il deviendra « opposable », pour plus de fiabilité. Il sera dans un second temps rendu obligatoire sur toutes les annonces immobilières à partir du 1er janvier 2022.
Les nouvelles ambitions du certificat d'économie d'énergie (CEE) - Batiweb

Les nouvelles ambitions du certificat d'économie d'énergie (CEE)

Introduits en France en 2006, les Certificats d’économies d’énergie permettent de valider les économies d'énergies des fournisseurs d'énergie (électricité, gaz et fioul). L'objectif fixé pour cette première période (2006-2009) a été rempli et même dépassé. L'ouverture de la seconde période, d'une durée de trois ans (2010-2013), s'accompagne de nouvelles ambitions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter