Même pas un gag, mais l'alerte nucléaire serait due à une erreur de formulaire

Développement durable | 10.06.08
Partager sur :
Même pas un gag, mais l'alerte nucléaire serait due à une erreur de formulaire - Batiweb
Les critiques pleuvent : « un grand cafouillage » pour le ministre autrichien de l'Environnement, « une farce » selon un expert européen du nucléaire. Janez Podobniknete, ministre de l'environnement slovène, avoue que l'origine de l'alerte serait due à « un mauvais formulaire, un formulaire pour les tests » de la part de l'agence de sûreté nucléaire de son pays (SNSA).
Alors qu'il y a eu déjà eu sept incidents similaires ces trois dernières années, aucun n'a causé autant de médiatisation. Réunis à Luxembourg, les ministres européens de l'environnement ont réclamé des précisions et surtout des explications sur la situation. Josef Pröll, ministre autrichien de l'Environnement, n'en démord pas : « il va falloir clarifier cela : quelles données exactement la Slovénie a transmises à Bruxelles et pourquoi cela a été traité ainsi ».

Pour Sigmar Gabriel, ministre allemand de l'Environnement, « c'est positif, parce que ça montre que le système fonctionne. Je préfère que quelqu'un déclenche une alarme sans nécessité particulière ».

Au final, Janez Podobniknete, confirme qu'« il n'y a pas eu d'accident, seulement une fuite mineure ». Les premières données se veulent rassurantes. La fuite avait un débit d'environ 2,4 m3/h et était située à l'intérieur de l'enceinte de confinement, loin des combustibles donc de la radioactivité. Suite à l'alerte, la totalité de l'eau des conduites a été vidé et stocké des puisards. Les eaux seront traitées, stockées et diluées avant d'être rejetées selon les normes.

À l'arrêt complet depuis hier soir, les travaux de réparations ont commencés aujourd'hui et la remise en service est prévue pour mardi.

Redacteur