Lapeyre bientôt vendu par Saint-Gobain à un fonds d’investissement allemand ? Distribution | 10.11.20

Partager sur :
Depuis un moment Lapeyre n’était plus au centre de la stratégie de distribution de Saint-Gobain. La compagnie avait annoncé des désinvestissements importants pour se recentrer sur ses métiers stratégiques. Le fonds d’investissement Mutares vient de remettre à Saint-Gobain « une offre ferme et irrévocable pour le rachat de la société Lapeyre SAS et de ses filiales en France ». Cela s’accompagne de l’arrivée d’un nouveau dirigeant, Marc Ténart, à la tête de l’enseigne.

Selon la formule consacrée, le fonds d’investissement Mutares a remis à la compagnie de Saint-Gobain une offre ferme et irrévocable pour le rachat de la société Lapeyre SAS et de ses filiales en France. Cette annonce, si elle ne surprendra pas tout à fait le marché, marque quand même un mouvement important dans le paysage de la distribution en France. On savait depuis un moment que la cible grand public de Lapeyre ne correspondait pas à la stratégie de la branche distribution du groupe, qui est positionnée en BtoB,  les professionnels du bâtiment, artisans et entreprises.

 

Fondée par Martial Lapeyre, ingénieur ESTP, en 1931 la société s’est spécialisée dans la fabrication et la vente de menuiseries pour la maison (fenêtres et portes intérieures et extérieures, escaliers, placards, portails, clôtures…) puis a progressivement étendu son offre vers la cuisine et la salle de bain, avec l’intégration de GME Sanitaire. Passée dans les mains du groupe Poliet en 1975, la société tombe dans l’escarcelle de la compagnie de Saint-Gobain en 1996, lors du rachat de Poliet.

Magasin Lapeyre Studio à Paris

 

Une filiale déficitaire que Saint-Gobain cherchait à vendre depuis un moment

L’opération annoncée en début de semaine marque donc un tournant non seulement stratégique mais aussi historique. Mutares Se & Co. KGaA a donc remis à Saint-Gobain « une offre ferme et irrévocable pour le rachat de la société Lapeyre SAS et de ses filiales en France. » Le futur propriétaire intégrera Lapeyre à son pôle Biens et Services, si l’opération va à son terme.

Aujourd’hui Lapeyre dispose de 10 usines et 131 magasins (France et étranger) et emploie environ 3500 salariés. Les CSE (Comité social et économique) de Lapeyre et de ses filiales doivent encore être consultés sur l’opération avant qu’elle ne devienne définitive.

Rappelons au passage que l’enseigne était déficitaire depuis au moins deux ans. Toutefois, Pierre-André de Chalendar, le PDG de Saint-Gobain, se félicitait, en septembre dernier, d’un « été très fort » pour l’enseigne. Cette vente s’inscrit dans le plan de transformation de Saint-Gobain, «Transform & Grow» que le PDG du groupe avait annoncé en novembre 2018. Il prévoyait de recentrer les ressources du Groupe sur ses activités stratégiques.

 

Marc Ténart, ancien dirigeant de Castorama sera-t-il le Joker de l’opération ?

Marc Ténart, ancien dirigeant de Kingfisher France (Castorama et Brico Dépôt)  et Disneyland Paris, rejoint Lapeyre à cette occasion. Il affiche une expérience impressionnante puisqu’il était dernièrement le PDG de Conforama, dans une période très complexe pour l’enseigne.

Il déclare que « Lapeyre est une marque historique et connue par tous les Français. Son réseau de magasins et ses usines lui permettent d'être un acteur majeur dans un marché aussi important que résilient. J'ai hâte de rejoindre les équipes de Lapeyre pour travailler avec elles ce passionnant projet de relance. Des évolutions importantes ont déjà été menées au cours des dernières années par les équipes de Lapeyre. Mon objectif est de poursuivre et d'accélérer cet effort à leurs côtés et de renforcer la position de Lapeyre comme un leader rentable sur son marché ».

 

Saint-Gobain « abonde »  l’opération de 245 millions d’euros

La dotation de 245 millions d’euros dont Saint-Gobain envisage de doter Lapeyre devrait être la bienvenue. Cela permettrait de renforcer la trésorerie de l’enseigne, ce qui est indispensable dans le contexte de la crise de la COVID-19. Une partie de cette somme pourra aussi financer les investissements que la nouvelle direction voudra entreprendre pour achever l’évolution du positionnement de l’enseigne, sur les marchés ultra-compétitifs qui sont les siens.  Johannes Laumann, directeur de l’investissement de Mutares, conclut « Cette acquisition est un investissement à long terme pour Mutares. Nous sommes convaincus qu’en s’appuyant sur nos savoir-faire opérationnels éprouvés, Lapeyre retrouvera le chemin de la rentabilité et du développement. »

 

Régis Bourdot

Image Saint-Gobain DR

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Saint-Gobain cherche à vendre Lapeyre - Batiweb

Saint-Gobain cherche à vendre Lapeyre

Alors que le bruit courait depuis plusieurs semaines, le groupe Saint-Gobain a confirmé son intention de céder « tout ou partie » du périmètre de sa filiale Lapeyre à un ou plusieurs « partenaires ». L’enseigne spécialiste de l’aménagement de la maison pour les professionnels et les particuliers a perdu de l’argent ces dernières années, et Saint-Gobain semble renoncer à son plan de relance lancé en 2016.
Point P travaille à l’intégration harmonieuse de ses points de vente parisiens - Batiweb

Point P travaille à l’intégration harmonieuse de ses points de vente parisiens

Point P, le distributeur multispécialiste de Saint-Gobain Distribution Bâtiment France, dispose de points de vente situés en pleine ville, dans des emplacements auparavant négligés des citadins. Il n’en va plus de même aujourd’hui et les quais de Seine constituent une de ces zones qui doivent être compatibles avec la présence d’activités de loisir. Cas d’école Quai de Javel à Paris...

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter