10,3 millions de professionnels mobilisés par les énergies renouvelables à travers le monde Eco-construction | 09.05.18

Partager sur :
Le nombre d'emplois créés dans le secteur des énergies renouvelables a de nouveau augmenté en 2017, à hauteur de 5,3% par rapport à l'année précédente. Avec 500 000 postes supplémentaires, ce ne sont pas moins de 10,3 millions de professionnels qui évoluent au sein de cette industrie, et ce dans le monde entier. D'après l'Irena (Agence internationale pour les énergies renouvelables), 28 millions d'emplois pourraient encore voir le jour d'ici 2050.
Basée à Abu Dhabi, l'Irena a partagé ce 8 mai la cinquième édition de son rapport Renewable Energy and Jobs – Annual Review. Plutôt optimiste, ce document fait état de 10,3 millions de personnes employées dans le secteur des énergies renouvelables à l'échelle mondiale, dont 500 000 nouveaux emplois créés en 2017.

« L'énergie renouvelable est devenue un pilier de la croissance économique à faible émission de carbone pour les gouvernements du monde entier, ce qui se réflète dans le nombre croissant d'emplois créés dans le secteur », considère Adnan Z. Amin, directeur général de l'Agence.

Tout particulièrement, la Chine, le Brésil, les Etats-Unis, l'Inde, l'Allemagne et le Japon figurent parmi les pays les plus mobilisés. En effet, ils représentent plus de 70% des emplois du marché mondial. L'Irena précise par ailleurs que le continent asiatique concentre à lui seul 60% des postes liés aux EnR.

« Les données soulignent (…) que dans les pays où des politiques attrayantes existent, les avantages économiques, sociaux et environnementaux des énergies renouvelables sont les plus évidents », indique Adnan Z. Amin. « Fondamentalement, ces données soutiennent notre analyse que la décarbonisation du système énergétique mondial peut faire croître l'économie mondiale et créer jusqu'à 28 millions d'emplois dans le secteur d'ici 2050 », poursuit-il.

Le photovoltaïque au meilleur de sa forme, l'éolien mis de côté

Dans le détail, le segment du solaire photovoltaïque reste le plus porteur, avec 3,4 millions d'emplois (+9% en 2017). Sans surprise, la Chine est, là encore, le plus gros employeur mondial, avec 2,2 millions de postes (+13%), loin devant le Japon, les Etats-Unis, l'Inde et le Bangladesh, qui forment le top 5 sur ce marché.

En revanche, l'Irena constate que les emplois dans l'industrie éolienne ont accusé une légère baisse l'année dernière, s'établissant à 1,15 million dans le monde. D'après l'agence, la Chine s'impose de nouveau en haut du classement des pays les plus dynamiques, représentant à elle seule 44% des postes dans l'éolien mondial. L'Europe (30%) et l'Amérique du Nord (10%) complètent le top 3.

« En fournissant aux décideurs un niveau de détail sur la composition des emplois et des compétences, les pays peuvent prendre des décisions éclairées sur plusieurs objectifs nationaux importants, de l'éducation et de la formation aux politiques industrielles et aux réglementations du marché du travail », estime le Dr Rabai Ferroukhi, de la division Connaissance, politique et finances de l'Irena.

« De telles considérations favoriseront une transition juste et équitable vers un système énergétique basé sur les énergies renouvelables », conclut-elle.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

Nul doute que Ségolène Royal aura suivi la nouvelle avec attention, et que l’ex-ministre de l’Environnement sera ravie des résultats publiés ce 18 mai par le Syndicat des énergies renouvelables (SER). L’organisme indique en effet que l’électricité renouvelable représentait 18% de la consommation électrique française au premier trimestre 2017. Un chiffre qui devrait encore progresser au vu des nouveaux raccordements prévus cette année.
Les raccordements pour l'éolien et le photovoltaïque reculent en France

Les raccordements pour l'éolien et le photovoltaïque reculent en France

Selon le dernier observatoire publié par le commissariat général au développement durable, le niveau de raccordement de l'éolien est en baisse de 30 % et le parc photovoltaïque de 45 %, en 2013. Cependant, la part de l'éolien et du photovoltaïque dans la consommation électrique nationale progresse légèrement, pour s'établir à 4 % en 2013.
Les centrales solaires plus compétitives que les éoliennes pour François de Rugy

Les centrales solaires plus compétitives que les éoliennes pour François de Rugy

16 futures installations ont été retenues dans le cadre d'un appel d'offres lancé par le gouvernement mettant en concurrence les projets solaires et éoliens. Finalement, le photovoltaïque a été largement préféré par le ministère de la Transition écologique et solidaire, renforçant par là même sa compétitivité par rapport à d'autres filières. Le point sur les lauréats.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter