Cécile Duflot : « la rénovation énergétique doit devenir la norme et non plus une option » Eco-construction | 13.02.14

Partager sur :
À l'occasion des rencontres Effinergies, la ministre de l'Égalité des territoires et du Logement, Cécile Duflot, est intervenue ce mercredi 12 février en clôture de la table ronde sur l'avenir de la rénovation énergétique. Après un exposé du bilan du Plan de rénovation énergétique, Cécile Duflot a décidé d'ouvrir la voie en 2014 à « une obligation de travaux » en prenant en compte les attentes de la filière et « sans brusquer » les habitants. Détails.

« Chaque année les Français consacrent 40 milliards d’euros pour réaliser des travaux dans leurs logements, d’embellissement le plus souvent. Je souhaite que ces moments soient désormais associés à la réalisation simultanée de travaux de performance énergétique », a déclaré la Ministre de l'Égalité des territoires et du Logement, Cécile Duflot, lors des rencontres Effinergies.

Invitée à clore la table ronde sur la question « Comment massifier la rénovation énergétique en France ? », la ministre a revu ses ambitions à la hausse pour 2014.

Si l'année 2013 a été celle de « l'incitation » avec les différentes mesures prévues dans le cadre du Plan de rénovation énergétique, l'année 2014 doit « tracer une voie nouvelle, celle d’aller vers une obligation de travaux. Bien sur celle-ci doit se faire en prenant en compte les attentes de la filière et sans brusquer les habitants des logements », a annoncé Cécile Duflot. « La rénovation doit devenir la norme, elle ne doit plus être une option ».

75 000 emplois durable et non délocalisables

Pour atteindre son objectif, la ministre du Logement a rappelé son souhait de structurer la filière professionnelle de la rénovation énergétique.

En juin 2013, la mise en place de l'éco-conditionnalité allait dans ce sens avec une entrée en vigueur prévue en juillet 2014. Dans son discours, la ministre s'est félicitée de la réussite du dispositif : « les entreprises et artisans se mobilisent massivement pour être reconnus garants de l’environnement : leur nombre à augmenté de près de 50 % ». Rappelons qu'en novembre dernier les chartes RGE, dont l'une d'entre elles étend cette mention à la maîtrise d'oeuvre, ont été signées au salon Batimat.

L'année 2014 verra aussi la mise en place d'une convention de partenariat sur la formation des professionnels, à l'initiative de l'Association des régions de France, que la ministre « espère signer sous peu ».

« Ces mesures prises permettront aux acteurs du bâtiment de monter en compétence, de renforcer leur savoir-faire, de garantir la qualité de la mise en œuvre, au service de la lutte contre les changements climatiques », a affirmé Cécile Duflot qui prévoit la création de 75 000 emplois durables, non délocalisables.

D'ici la fin du mois de février, la Ministre compte également réunir les professionnels autour de la démarche « Objectifs 500 000 » mis en place en novembre 2013. Le but : « construire et rénover plus, mieux, et à des coûts maîtrisés ». Certains groupes de travail se sont d'ores et déjà penchés sur la simplification des normes et l'innovation.

Un passeport de la rénovation énergétique

La question se concentre également sur les 4 millions de ménages en situation de précarité énergétique. « Nous devons mesurer tous les freins et toutes les difficultés et surtout avoir comme première boussole qu’une vertu ne conduise pas à un vice et que les plus précaires souffrent d’un effet d’éviction à cause de règles trop strictes », a rappelé la ministre.

Cécile Duflot souhaite lancer une concertation pour définir les modalités de déploiement des passeports de la rénovation énergétique. Véritable audit énérgétiques, ces passeports seront assortis de préconisations de travaux, ainsi qu’une évaluation des performances atteintes à chaque étape.

D’autre part, elle a interpellé les banques qui « doivent être au rendez-vous du financement de la rénovation thermique » tout comme l'Etat. « Ce que nous voulons c’est mettre en œuvre des financements stables, durables et adaptées à chacun en fonction de ses ressources et de l’ampleur des travaux qu’il souhaite accomplir ».

Le Gouvernement s’est fixé pour objectif de construire 500 000 nouveaux logements par an d’ici à 2017 et d'en rénover autant sur le volet de l'efficacité énergétique.

C.T

© Christian Maurer - Fotolia.com

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Qualification ECO Artisan RGE : ce qu'en pensent vraiment les professionnels

Qualification ECO Artisan RGE : ce qu'en pensent vraiment les professionnels

C'est au Mandarin Oriental, hôtel parisien ayant récemment fait l'objet d'une rénovation, que la Capeb, Garance et Deloitte Développement Durable présentaient ce matin les résultats de kiWih, l'observatoire de la performance énergétique. L'occasion pour les trois partenaires de revenir sur la qualification RGE ECO Artisan, récemment mise à mal par plusieurs rapports. Retour sur les principaux enseignements de cette initiative plus pertinente que jamais.
L'entrée en vigueur de l'éco-conditionnalité repoussée au 1er septembre 2014

L'entrée en vigueur de l'éco-conditionnalité repoussée au 1er septembre 2014

Alors que son application était attendue par les entreprises et les artisans au 1er juillet 2014, le principe d'éco-conditionnalité est finalement repoussé au 1er septembre. Cela laisse un peu plus de temps aux professionnels pour se qualifier RGE, seul label permettant d'accéder aux aides publiques pour le financemaent des travaux. Le décret fixant les conditions de la mise en place de cet éco-conditionnalité est lui attendu pour fin juin. Explications.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter