Lutte contre le réchauffement climatique : les énergies renouvelables à la rescousse ! Eco-construction | 08.10.18

Partager sur :
Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) a publié ce lundi 8 octobre un nouveau rapport accablant concernant la hausse des températures à l’échelle mondiale. Tout n’est cependant pas perdu : le document estime en effet que le pire pourrait être évité si la part des énergies renouvelables dans la production électrique passait de 20 à 70% d’ici 2050. Les bioénergies, notamment, disposent d’un potentiel de développement inexploité.
C’est un nouveau rapport rappelant la nécessité d’accélérer la lutte contre le réchauffement climatique que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) a présenté ce 8 octobre. Loin de se contenter de constats pessimistes et abrupts, le document de plus de 400 pages estime qu’il serait possible de contenir la hausse des températures mondiales en dessous des 1,5°C, et par là même d’éviter certaines conséquences désastreuses.

Outre la réduction des émissions de gaz à effet de serre (-45% à horizon 2030 par rapport à 2010), le texte préconise d’augmenter fortement la part des énergies renouvelables dans la production électrique, de 20 à 70% d’ici 2050. De quoi confirmer les prévisions de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), qui a elle aussi publié un rapport ce lundi 8.

Celui-ci fait état d’un fort développement des énergies vertes dans les cinq années à venir, notamment dans le secteur de l’électricité. Optimiste, l’organisme considère que les renouvelables pourraient représenter près d’un tiers de la production électrique globale en 2023.

La bioénergie en plein essor

Pour autant, les différents types d’EnR sont loin de tous connaître la même progression. Preuve en est : sur les 178 gigawatts (GW) de capacités renouvelables nouvellement installées dans le secteur de l’électricité en 2017, 97 sont issus du solaire, et seulement 44 sont issus de l’éolien terrestre, en net ralentissement.

La bioénergie, en revanche, dispose d’un potentiel de développement particulièrement important, dans les transports et la chaleur entre autres. Sous-estimée, et sous-exploitée, cette source d’énergie tirée de la biomasse est très utilisée à travers le monde.

« Sa part dans la consommation totale de renouvelables dans le monde est d’environ 50% aujourd’hui, en d’autres termes autant que l’hydro, l’éolien, le solaire et toutes les autres énergies renouvelables combinées », indique Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE. « La bioénergie moderne devrait continuer à dominer et représente d’énormes perspectives de croissance future. Mais il faudra les bonnes politiques et des réglementations rigoureuses en termes de soutenabilité pour que le potentiel soit atteint ».

Dans ce sens, le rapport réclame l’accélération du « développement des énergies renouvelables dans les secteurs de la chaleur, de l’électricité et des transports », plutôt que de se contenter du chauffage et de la cuisine au feu de bois comme c’est le cas actuellement. Un tort d’autant plus dommageable que les énergies renouvelables sont de plus en plus compétitives, comme le rappelle l’AIE.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les énergies renouvelables toujours plus compétitives pour lutter contre le réchauffement climatique

Les énergies renouvelables toujours plus compétitives pour lutter contre le réchauffement climatique

Il y a quelques jours, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) soulevait les inquiétudes, stipulant que « la température globale moyenne [de la Terre, ndlr] atteindrait 1,5°C d’ici les années 2040 », à moins d’« accélérer la mise en œuvre d’actions rapides ». Dans ce contexte, le développement des énergies renouvelables apparaît plus que jamais comme une urgence mondiale, d’autant que les différentes technologies devraient toutes êtres compétitives d’ici peu.
Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
Énergies renouvelables : les investissements en berne au premier semestre 2018

Énergies renouvelables : les investissements en berne au premier semestre 2018

Déjà mis à mal en 2016, les investissements dans les énergies renouvelables ont encore baissé en ce début d’année. Selon le dernier rapport publié par Bloomberg New Energy Finance, le solaire photovoltaïque, tout particulièrement, n’a rassemblé que 71,6 milliards de dollars à l’échelle mondiale au cours du premier semestre 2018. Heureusement, l’éolien atténue légèrement la tendance, avec une hausse des investissements de +33%. Bilan et perspectives.
Limiter le réchauffement climatique à 2°C, un objectif hors d'atteinte ?

Limiter le réchauffement climatique à 2°C, un objectif hors d'atteinte ?

Alors que l'humanité vient tout juste de consommer la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an, une étude publiée par Nature Climate Change révèle aujourd'hui qu'il n'y a que 5% de chances de limiter le réchauffement climatique à 2°C. Pour rappel, cet objectif (qui semble plus que jamais hors d'atteinte) avait été fixé par l'accord de Paris en 2015. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter