Mise en place d’un groupe de travail pour lutter contre les décharges sauvages Eco-construction | 28.05.18

Partager sur :
Le Gouvernement a annoncé la mise en place d’un groupe de travail pour lutter conte les dépôts sauvages de déchets. L’initiative s’inscrit dans le cadre de la feuille de route de l’économie circulaire. Elle vise notamment à élaborer des mesures visant à renforcer les outils de contrôle et de sanction mis en œuvre par les collectivités locales.
Un nouveau groupe de travail ministériel vient d’être mis en place ! Brune Poirson, secrétaire d’Etat auprès du ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire, a installé, mardi 22 mai, un groupe de travail pour lutter contre les dépôts sauvages de déchets.

Ces décharges « génèrent des impacts environnementaux, sociaux et économiques importants », souligne un communiqué ajoutant que « le coût de leur ramassage régulier est une charge lourde à supporter pour les collectivités ».

Le groupe de travail devra travailler sur trois sujets. Il devra tout d’abord réaliser une étude visant à établir un état des lieux de la problématique des déchets sauvages. L’objectif : définir la typologie de ces déchets, le profil des déposants/pollueurs, les pratiques mises en œuvre par les acteurs en charge de la gestion des déchets et les coûts supportés par les collectivités dans ce domaine.

Des mesures seront également attendues afin de renforcer les outils de contrôle et de sanction mis en œuvre par les collectivités locales.

Il s’agira enfin de répertorier les bonnes pratiques de prévention de l’abandon de déchets et les outils destinés aux collectivités pour lutter contre les dépôts sauvages de déchets.

« Ce travail concerté va nous permettre d’aborder avec pragmatisme la question de la lutte contre les décharges sauvages pour trouver enfin des solutions concrètes à ce fléau environnemental », déclare Bruno Poirson.

Les conclusions finales sont attendues progressivement jusqu’en avril 2019.

Les déchets du BTP

Avec 247 millions de tonnes de déchets par an, le secteur du BTP est responsable de plus des deux tiers des déchets en France.

La feuille de route pour une économie circulaire prévoit de revoir le fonctionnement de la gestion des déchets du bâtiment « pour lutter contre la mise en décharge et permettre leur recyclage ».

Le dispositif actuel du diagnostic déchets avant démolition sera également révisé. L’objectif étant de favoriser le réemploi dans la construction. Des guides techniques verront le jour pour une meilleure reconnaissance des performances techniques, sanitaires et environnementales des matériaux réutilisés.

Retrouvez l’intégralité de notre article dédié à la feuille de route de l’économie circulaire ici.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

Alors que le Gouvernement a publié, le 23 avril dernier, sa feuille de route économie circulaire, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) annonce le lancement de deux outils à destination des artisans et entrepreneurs. Soutenus par l’Ademe, ils visent à accompagner le secteur dans la valorisation des déchets de second œuvre issus de site de démolition/réhabilitation.
L’industrie cimentière s’engage pour la croissance verte

L’industrie cimentière s’engage pour la croissance verte

L’industrie cimentière a signé, lundi 12 février, un green deal pour la valorisation des déchets de bois issus du bâtiment. La filière confirme ainsi son engament pour une croissance verte, créatrice de richesses et d’emplois non-délocalisables. Pour rappel, d'ici 2020, les cimentiers veulent augmenter de 90% la quantité de déchets de bois utilisés pour produire du ciment par rapport à 2015.
Rénovation énergétique, économie circulaire… l’UFC-Que Choisir s’exprime

Rénovation énergétique, économie circulaire… l’UFC-Que Choisir s’exprime

Alors que le Gouvernement a présenté il y a peu le plan de rénovation énergétique des bâtiments et la feuille de route pour l’économie circulaire, l’UFC-Que Choisir revient sur l’essentiel des propositions. Son président, Alain Bazot, rappelle notamment l’importance de mettre en place des « règles claires » et des « mesures concrètes qui obligent les professionnels ».
De la conception à la déconstruction sélective, Resolving digitalise le bâtiment

De la conception à la déconstruction sélective, Resolving digitalise le bâtiment

Créé en 2003, Resolving se veut un « accélérateur digital » des métiers de l’immobilier et de la construction. La société met au service des différents acteurs du secteur des solutions collaboratives, l’objectif étant de les aider dans leur transformation digitale et de les accompagner au mieux pour qu’ils échangent « des informations le plus rapidement et le plus pertinemment possible ». Le point avec Franck Meudec, Vice-président-CEO de Resolving.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter