Mosa renforce son engagement en faveur de l'économie circulaire Eco-construction | 21.11.19

Partager sur :
Certifié Cradle to Cradle niveau Silver, le fabricant de carrelage, Mosa, lance son modèle de durabilité et de recyclage de ses carreaux de ciment. L’industriel, qui valorise déjà ses déchets de production, annonce vouloir documenter l’ensemble des matériaux qui composent un bâtiment afin d'en faciliter la gestion lors de travaux de rénovation ou de déconstruction. La société fait un pas de plus en faveur de l’économie circulaire.

Soucieuse des questions liées à l’environnement, la société Mosa, fabriquant de carreau, lance son modèle de durabilité et de recyclage de ses carreaux de ciment.

 

Le programme Take Back 

Afin d’instaurer une économie circulaire sur le long terme dans le secteur de la construction, Mosa recycle depuis 7 ans les chutes de ses carreaux. Une activité qui s’inscrit dans le cadre du programme Take Back venu des Pays-Bas.

Dorien van der Weele, responsable du développement durable – Mosa, explique : « Les chutes de découpe sont en fait des carreaux neufs qui peuvent facilement être réutilisés. L’utilisation de ces déchets a toutefois ses limites, mais ceux-ci sont en tout cas intégrés aux matières premières de base pour les compléter. Le grand défi de Take Back, c’est d’organiser un système de collecte le plus efficace et le plus neutre en CO2 possible. Nous collaborons avec nos fournisseurs pour trouver une solution. »

 

Suspendus aux façades par des composants fixés mécaniquement, les carreaux peuvent se détacher et être réutilisés facilement. Les chutes de découpes des carreaux quant à elles, sont également collectées dans le but de les réutiliser comme matière première, lors de la production de nouveaux carrelages.

« En utilisant les matériaux de manière circulaire, le secteur de la construction peut atteindre jusqu’à 45 % des réductions d’émissions de CO2 requises », ajoute Mme Van der Weele.

 

Le Material Passport d’EPEA

« Avant, les déchets étaient un tas de matériaux non identifiés. » explique Dorien van der Weele. C’est pourquoi Mosa a également lancé son projet d’identification des produits afin de permettre au secteur, un recyclage plus judicieux.

Il s’agit ici de mettre en place un passeport, c’est-à-dire une documentation structurée et détaillée de l’identification des matériaux qui composent un bâtiment. Les matériaux identifiés sont enregistrés dans le registre Madaster, et peuvent être facilement retrouvés et réutilisés. « Grâce à la volonté croissante de construire selon un principe circulaire (donc d'éviter les déchets) et de réduire les émissions de CO2 d’un bâtiment, de plus en plus de matériaux bénéficient d’un passeport », souligne le responsable durabilité. « C’est grâce à ce genre d’initiatives que nous pouvons non seulement atteindre nos propres objectifs de durabilité mais aussi convaincre nos clients d’agir en ce sens et stimuler ainsi le développement durable en général ».

 

D.T

Photo de Une: ©Mosa

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Économie circulaire : les architectes d’Europe appellent à l’action

Économie circulaire : les architectes d’Europe appellent à l’action

A l’occasion du 3e Forum Mondial de l’Économie circulaire organisé, les 4 et 5 juin 2019, à Helsinki (Finlande), le Conseil des Architectes d’Europe (CAE) a rappelé combien il était urgent de revoir la façon de concevoir les bâtiments pour optimiser la valeur des ressources et générer le moins possible de déchets. L’architecture « a un rôle à jouer en la matière », estime-t-il. Explications.
Transition écologique : les architectes au plus près des élus locaux

Transition écologique : les architectes au plus près des élus locaux

Tout comme l’Ademe il y a quelques jours, le Conseil national de l’Ordre des architectes vient de publier un guide à destination des élus de villes petites et moyennes. L’objectif, les aider à répondre aux enjeux de transition énergétique. Parmi les points clés abordés, la rénovation énergétique des logements, la réversibilité des bâtiments ou encore le recyclage des matériaux.
L’industrie cimentière s’engage pour la croissance verte

L’industrie cimentière s’engage pour la croissance verte

L’industrie cimentière a signé, lundi 12 février, un green deal pour la valorisation des déchets de bois issus du bâtiment. La filière confirme ainsi son engament pour une croissance verte, créatrice de richesses et d’emplois non-délocalisables. Pour rappel, d'ici 2020, les cimentiers veulent augmenter de 90% la quantité de déchets de bois utilisés pour produire du ciment par rapport à 2015.
La neutralité carbone pour le Chili en 2050 ?

La neutralité carbone pour le Chili en 2050 ?

Le Chili souhaite devenir le premier pays en voie de développement à atteindre la neutralité carbone en 2050. C’est en ce sens que le ministère de l’environnement présentera, mardi 18 juin, un projet de loi pour un passage devant le congrès entre août et septembre. Le Chili, qui accueille en décembre la COP25, espère que le texte sera adopté à cette occasion.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter