Trump et l’accord de Paris, Notre-Dame-des-Landes, transition énergétique de la France : N. Hulot fait le point Eco-construction | 17.07.17

Partager sur :
Trump et l’accord de Paris, Notre-Dame-des-Landes, transition énergétique de la France : N. Hulot fait le point Batiweb
Il y a un mois, Donald Trump avait provoqué un véritable tollé en annonçant le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris. Parmi ses opposants, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, avait d’abord vu d’un mauvais œil la présence du Président américain en France. Dans une récente interview pour Ouest-France, Nicolas Hulot s’est finalement ravisé, profitant de l’occasion pour faire le point sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et la transition énergétique.
Nicolas Hulot n’a pas mâché ses mots, dans les colonnes d’Ouest-France dimanche dernier. Interrogé sur la décision de Donald Trump de se retirer de l’accord de Paris, le ministre de la Transition écologique a fait part de sa « colère froide ».

« Je sais ce qu’elle implique pour ceux qui subissent les conséquences du changement climatique. Ce message qui leur est envoyé est un immense bras d’honneur », a-t-il affirmé.

D’abord hostile à la présence du locataire de la Maison Blanche en France à l’occasion des festivités du 14 juillet, Nicolas Hulot a finalement révisé son jugement.

« J’étais un peu surpris au début que le président l’invite (…) mais c’est beaucoup plus pertinent de le remettre dans le jeu », indique-t-il. « Je partage avec Emmanuel Macron une réalité : si l’on ne discute qu’avec les gens avec lesquels on est d’accord, les choses n’avancent pas. »

Priorité aux « grands chantiers » français

Si l’optimisme est donc de mise concernant un nouveau retournement de situation du côté américain, rien n’a changé concernant le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. « Je n’ai jamais été convaincu par l’utilité du projet. Maintenant, le dossier est dans les mains des médiateurs (…) La décision se fera de façon impartiale », déclare le ministre.

« Il y a des besoins avérés pour absorber le trafic mais on a été au plus facile, tout n’a pas été étudié. C’est l’héritage d’une décision prise il y a 30 ans. On s’est dit : ‘’il y a des champs de libres, allez hop on bétonne tout ça’’. Ce sont des logiques dépassées », poursuit-il.

D’autre part, Nicolas Hulot a également tenu à revenir sur décision de fermer plusieurs réacteurs nucléaires, qui avait été vivement critiquée. « J’ai juste rappelé que, pour appliquer la loi (de transition énergétique votée en 2015, ndlr), certains scénarios prévoient qu’on en ferme 17, voire plus », explique-t-il.

Enfin, interrogé sur ses rapports avec Emmanuel Macron, le ministre a fait part de son sentiment d’être « soutenu, compris », espérant qu’il ne changerait pas « sur un plan personnel ».

F.C (avec AFP)
Photo de Une : @Min_Ecologie (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La France en retard dans sa transition énergétique Batiweb

La France en retard dans sa transition énergétique

Moyens « insuffisants » et objectifs « loin d’être atteints » : le Conseil économique, social et environnemental (Cese) ne mâche pas ses mots dans un avis récemment publié concernant la transition énergétique de la France. Dans ce contexte, l’organisme a formulé une série de propositions afin de combler le retard pris par l’hexagone. Les détails.
Nicolas Hulot installe une commission spécialisée sur l’adaptation au changement climatique Batiweb

Nicolas Hulot installe une commission spécialisée sur l’adaptation au changement climatique

Alors que le changement climatique inquiète de plus en plus, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a mis en place jeudi dernier une commission spécialisée dédiée à cette thématique. Cette nouvelle entité sera ainsi en charge d’orienter les actions menées par l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique. Présentation.
Limiter le réchauffement climatique à 2°C, un objectif hors d'atteinte ? Batiweb

Limiter le réchauffement climatique à 2°C, un objectif hors d'atteinte ?

Alors que l'humanité vient tout juste de consommer la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an, une étude publiée par Nature Climate Change révèle aujourd'hui qu'il n'y a que 5% de chances de limiter le réchauffement climatique à 2°C. Pour rappel, cet objectif (qui semble plus que jamais hors d'atteinte) avait été fixé par l'accord de Paris en 2015. Précisions.
Le Parlement européen revoit les objectifs climatiques de l’UE à la hausse Batiweb

Le Parlement européen revoit les objectifs climatiques de l’UE à la hausse

En amont de la Conférence de Katowice sur le climat (COP24), qui se tiendra du 3 au 14 décembre en Pologne, le Parlement européen a appelé jeudi 25 octobre à relever les objectifs climatiques fixés par l’Union dans le cadre de l’Accord de Paris. Entre autres, les émissions de gaz à effet de serre devraient être réduites de 55% à horizon 2030, contre 40% aujourd’hui. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter