Le marché des bureaux toujours à la peine Immobilier | 13.10.20

Partager sur :
Selon le dernier bilan du groupement Immostat, qui comprend les quatre principaux conseillers en immobilier d'entreprise (CBRE, JLL, BNP Paribas, Real Estate, et Cushman & Wakefield), le marché locatif des bureaux ne s'est pas amélioré au troisième trimestre 2020, et ce malgré le déconfinement de la mi-mai. La crise sanitaire s'étant doublé d'une crise économique, l'avenir reste incertain pour de nombreuses entreprises, qui privilégient dorénavant le télétravail.

Depuis le début de la crise sanitaire en mars dernier, le télétravail s'est imposé avec le confinement, puis est devenu la norme pour une grande partie de l'activité tertiaire. De fait, l'immobilier de bureaux et les surfaces louées ont été lourdement impactés.

 

La crise sanitaire qui s'est transformée en crise économique a mis en difficultés de nombreuses entreprises, poussant ainsi des locataires de bureaux à des départs ou à des renégociations.

 

« La crise économique et sanitaire, le climat d'incertitude auxquels s'ajoutent la démocratisation du télétravail et les réflexions sur l'aménagement et l'usage des espaces de travail... Ce contexte, dans son ensemble, crée beaucoup d'attentisme (...) avec des délais de négociation qui se sont nettement rallongés », note Grégoire de la Ferté, l'un des experts du cabinet CBRE.

 

-58 % de surfaces louées au T3 2020

 

Contrairement au marché des logements, l'été n'a pas permis un redressement pour l'immobilier de bureaux. De juillet à septembre 2020, la surface totale de bureaux loués a ainsi chuté de plus de moitié (-58 %) par rapport à un an plus tôt. Un chiffre qui comprend uniquement l'immobilier de bureaux en région parisienne, mais cette dernière concentre l'essentiel du marché français.

 

Parallèlement, le nombre de bureaux vacants a augmenté de +21 % en 9 mois, pour un total de 3,3 millions de m2 vacants.

 

Les plus grandes surfaces sont particulièrement touchées, avec seules 15 grandes transactions réalisées depuis le début de l'année, en grande partie pour des surfaces inférieures à 10 000 m2.

 

Même chute du côté des investissements dans l'immobilier d'entreprise, avec seulement 5,2 milliards d'euros investis au troisième trimestre dans toute la France, soit -49 % par rapport à un an plus tôt.

 

« Les entreprises peinent à déterminer leur niveau d’activité à venir et sont, selon leur taille et leur secteur d’activité, plus ou moins en capacité de prendre des décisions. Nous espérions tous une rentrée concrétisant des projets déjà enclenchés, mais force est de constater que les décisions ont du mal à être prises et le rebond n’aura pas lieu avant le début de l’année 2021. Le marché locatif tertiaire va donc chercher ses marques pendant encore quelques mois », estime Marie-Laure Leclercq De Sousa, directrice du département Leasing Markets Advisory de JLL.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Taux de vacance record des bureaux d’Île-de-France - Batiweb

Taux de vacance record des bureaux d’Île-de-France

Le marché des bureaux d’Île-de-France, déjà confronté à un taux de vacance élevé avec un record de 4,43 millions de m2 à louer au premier trimestre, verra affluer une offre abondante dans les mois à venir, selon une étude du cabinet Cushman and Wakefield dans son bilan trimestriel du marché français de l'immobilier d'entreprise, publié mardi.
Vers plus de diversification et de BIM pour AC Environnement - Batiweb

Vers plus de diversification et de BIM pour AC Environnement

AC Environnement peut se féliciter d’un bilan fructueux en 2018, avec la création de son réseau de franchise, le rachat d’ASE (Alliance Sud Expertises), et une augmentation de 10% de son chiffre d’affaires. La start-up créée en 2002 à Roanne par Denis Mora et Pierre Deroche est devenue, en 17 ans, leader du diagnostic immobilier et du BIM en France. Retour sur le bilan et les perspectives à venir de ce groupe en pleine expansion.
2017, année en hausse pour les bureaux franciliens - Batiweb

2017, année en hausse pour les bureaux franciliens

Nouveau signe du dynamisme du marché de l’immobilier, la demande placée de bureaux en Île-de-France a très largement augmenté en 2017 par rapport à l’année précédente. Selon le Groupement d’intérêt économique ImmoStat, cette hausse s’élève en effet à 8%, après un quatrième trimestre particulièrement actif (+21%). Une forte demande qui n’a d’ailleurs pas été sans conséquence sur les loyers, qui ont également progressé. Tous les chiffres.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter