Les convecteurs, grands oubliés du projet de loi Climat et Résilience selon Équilibre des Énergies

Législation | 18.06.21
Partager sur :
Les convecteurs, grands oubliés du projet de loi Climat et Résilience selon Équilibre des Énergies - Batiweb
Et les convecteurs électriques dans tout ça ? Telle semble être la réaction de l’association Équilibre des Énergies au projet de loi Climat et Résilience. Si des aides sont prévues pour le remplacement des chaudières fioul, les vieux convecteurs électriques seraient les grands oubliés selon les membres de l'association.

Actuellement examiné par les sénateurs, le volet « Se Loger » du projet de loi Climat et Résilience rassemble des mesures et ambitions importantes en termes de rénovation énergétique. Elles ont notamment pour cible près de cinq millions de logements classés en F et G. D’ici 2028, ces passoires énergétiques devraient être interdites à la location si elles ne sont pas rénovées. 

Autre axe : l'interdiction de chaudières fioul neuves dans les logements. Mais qu’en est-il des convecteurs électriques ? Voilà un sujet sur lequel l’association Équilibre des Énergies interpelle les pouvoirs publics.

Installés dans les années 70-80, les vieux convecteurs sont la cause d’inconfort, de consommations et de factures élevées ainsi que d’un impact sur la puissance de pointe, bien qu’ils aient recours à une énergie décarbonée. Actuellement, les habitations qui en sont équipées sont évaluées entre 6 et 7 millions, dont 2 millions parmi les 4,8 millions de passoires thermiques.

Leur remplacement, tout comme celui des chaudières à fioul, est « un défi majeur à la fois pour la transition énergétique et pour l’urgence sociale. Or, le rythme de rénovation de ces logements est insuffisant », affirme Brice Lalonde, président de l’association Équilibre des Énergies et ancien ministre de l’Environnement.

Un système complexe à remplacer

 

Remplacer les vieux convecteurs par des pompes à chaleur (PAC) ou réseaux de chaleur peut être une première solution. Mais pour l’association, entreprendre ces travaux de rénovation sera impossible dans certains immeubles sans circuits d’eau.

« Dans ces cas, la seule solution pour moderniser le système de chauffage est d’installer des radiateurs performants en les accompagnant des gestes d’isolation nécessaires », explique l’association. Selon elle, ces radiateurs ont déjà fait leurs preuves lors de la vague de froid en 2018, durant laquelle 50 000 radiateurs connectés auraient régulé les consommations et les factures, en maintenant la température à 17°C, soit 2 à 3 C° de moins que la température de consigne. 

Commercialisé depuis plus de dix ans, cet appareil serait un complément pertinent à certaines énergies renouvelables (chauffage au bois, chauffe-eau thermodynamique, panneau photovoltaïque…). Seul hic : les radiateurs performants ne bénéficient d'aucune aide publique, peut-être car ils restent injustement confondus avec les vieux convecteurs.

Afin de rémédier à cette « lacune de la politique de rénovation », l’association Equilibre des Energies appelle les pouvoirs publics à mettre en place une aide dédiée au remplacement des convecteurs par des radiateurs intelligents. Une action complétée par un amendement soutenu par les sénateurs Les Républicains, souhaitant que le gouvernement se prononce d’ici six mois sur le remplacement des vieux convecteurs électriques dans les logements F et G.

Selon l’association, « la création d’une telle aide combinée aux aides existantes pour renforcer l’isolation ou pour moderniser le mode de production d’eau chaude, incitera les Français à engager des rénovations exemplaires tant sur les émissions de CO2 que sur les consommations d’énergie ».

Virginie Kroun

Photo de une : Adobe Stock

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Le chèque énergie sera généralisé à 4 millions de ménages en 2018 - Batiweb

Le chèque énergie sera généralisé à 4 millions de ménages en 2018

Il y a deux ans, le Gouvernement créait le « chèque énergie » pour aider les ménages en situation de précarité à payer leurs factures d’énergie et leurs dépenses de rénovation énergétique. Le dispositif avait été lancé dans 4 départements expérimentateurs en vue de sa généralisation dès 2018. Ce lundi, le rapport d’expérimentation a été présenté par Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire. Et les nouvelles sont plutôt bonnes !
Linky : la situation des ménages précaires inquiète l’UFC-Que Choisir - Batiweb

Linky : la situation des ménages précaires inquiète l’UFC-Que Choisir

Alors que l’hiver approche à grand pas, l’UFC-Que Choisir interpelle le gouvernement sur la situation des ménages précaires disposant d’un compteur Linky. Dénonçant le report de la mise en place d’afficheurs déportés à janvier 2019 et l’inaction de l’administration à trois mois de l’échéance, l’association dit craindre une éventuelle augmentation des coupures d’électricité pour impayés.
Compteur Linky : l’UFC-Que Choisir saisit le Conseil d’État - Batiweb

Compteur Linky : l’UFC-Que Choisir saisit le Conseil d’État

En septembre dernier, l’UFC-Que Choisir dénonçait le report, à janvier 2019, de la mise en place gratuite d’afficheurs déportés pour les ménages précaires. Alors que la date butoir a expiré depuis près d’un mois, l’association a annoncé saisir le Conseil d’État pour sanctionner l’inaction du Gouvernement. Pour rappel, couplé à un compteur Linky, ce dispositif doit permettre aux occupants d’un logement d’avoir une information (en euro) sur leur niveau de consommation électrique en temps réel.