Travail illégal et emploi d’étrangers sans titre de travail : gare aux sanctions

Législation | 01.09.11
Partager sur :
Travail illégal et emploi d’étrangers sans titre de travail : gare aux sanctions - Batiweb
Les employeurs du BTP peu scrupuleux ne respectant pas les procédures pour l’embauche de salariés étrangers prennent de plus en plus de risques, les sanctions s’alourdissant régulièrement. Les maîtres d’ouvrage et donneurs d’ordre ne sont pas en reste : eux aussi peuvent être considérés comme responsables s’ils ne prennent pas les précautions nécessaires.
Le nombre de métiers dits « en tension » vient d'être considérablement réduit, en particulier pour le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics (voir notre article « BTP : la liste des métiers en tension réduite à une peau de chagrin »).

Ceci doit vous rendre encore plus vigilant sur les obligations qui vous incombent si vous souhaitez embaucher un travailleur étranger.

Et ce, d'autant plus que les sanctions financières et administratives ont récemment été renforcées.

Sanctions en cas d'emploi d'un étranger sans titre de travail

Le salarié étranger embauché sans titre de travail a droit au paiement du salaire et de ses accessoires selon les règles légales et conventionnelles en vigueur.

Sauf à prouver une durée de travail différente, la relation de travail est présumée avoir duré 3 mois : l'employeur devra donc, a minima, verser 3 mois de salaire au travailleur étranger.

De plus, au moment de la rupture de la relation de travail, l'employeur est condamné à verser une indemnité forfaitaire égale à 3 mois de salaire (contre 1 mois auparavant), ainsi qu'à prendre en charge tous les frais d'envoi des rémunérations impayées vers le pays dans lequel le travailleur est parti.

Les sommes dues sont versées dans les 30 jours à compter de la constatation de l'infraction.





Sanctions en cas de travail illégal

Trois nouvelles sanctions sont prévues si l'une des infractions suivantes est relevée et qu'elle concerne un nombre important de salariés, que les faits sont graves et éventuellement répétés :

  • travail dissimulé ;
  • marchandage ;
  • prêt illicite de main-d'œuvre ;
  • emploi d'étranger sans titre de travail.


1. L'établissement concerné peut faire l'objet d'une fermeture administrative d'une durée maximum de 3 mois.
Le matériel professionnel peut être saisi à titre conservatoire. Cette décision n'entraîne ni la rupture, ni la suspension des contrats de travail, ce qui signifie que l'employeur doit continuer à verser les rémunérations.

2. L'employeur peut être condamné à rembourser tout ou partie d'aides publiques perçues en matière d'emploi, de formation professionnelle et de culture perçues au cours des 12 mois précédents.

3. L'employeur peut être exclu de la possibilité de soumissionner à des marchés publics, pour une durée maximum de 6 mois.


Responsabilités du donneur d'ordres et du maître d'ouvrage

Ces responsabilités sont accrues à trois niveaux.

  • Le fait de recourir, en connaissance de cause, directement ou par personne interposée, aux services d'un employeur qui fait travailler un étranger sans titre est puni d'une amende de 15.000 euros et de 5 ans d'emprisonnement.
  • Le maître d'ouvrage qui ne vérifie pas, lors de la conclusion d'un contrat d'un montant minimum de 3.000 euros, puis tous les 6 mois jusqu'à la fin du contrat, que son cocontractant n'a pas recours à un étranger sans titre de travail, est condamné solidairement avec ce dernier au paiement :
    • de la contribution spéciale due à l'OFII en cas d'emploi d'un étranger sans titre de travail ;
    • de la contribution forfaitaire représentant les frais de réacheminement de l'étranger,
    • des salaires et accessoires,
    • des indemnités versées au titre de la rupture de la relation de travail,
    • des frais d'envoi de la rémunération vers le pays dans lequel est parti l'étranger.
  • Tout donneur d'ordres informé, par écrit, par un agent de contrôle, un syndicat, ou une institution représentative du personnel que son cocontractant ou un sous-traitant direct ou indirect emploie des étrangers sans titre de travail doit le mettre en demeure de faire cesser cette situation. Si cette mise en demeure n'est pas suivie d'effet, il lui sera possible de résilier le contrat aux frais et risques du cocontractant.


Parmi les obligations administratives qui vous incombent lors de l'embauche d'un travailleur étranger figurent deux formulaires Cerfa très importants, que nous vous proposons de télécharger :


Téléchargement :
Embauche d'un salarié étranger : formulaires Cerfa
(pdf | 5p. | 211Ko)

 


Pour connaître l'ensemble des formalités à effectuer, les Editions Tissot vous conseillent leur ouvrage « Gérer le personnel du BTP ».


Cet article est extrait des Editions Tissot :
Travail illégal et emploi d'étrangers sans titre de travail : gare aux sanctions



Ce sujet vous intéresse, téléchargez gratuitement :
 
 
 
Editions Tissot : Droit du travail , convention collective bâtiment  et Classification ETAM
 
Demandez votre documentation
Redacteur
La sélection de la semaine
LSE SAV eXtend - Batiweb

Digitalisez votre SAV pour en améliorer son Efficacité et sa Qualité. Totalement intégré...


Finalcad, la plateforme collaborative de suivi de projet pour le bâtiment, le génie civil et l'énergie. - Batiweb

Finalcad est la plateforme collaborative conçue pour optimiser l'expérience des travailleurs sur le terrain...


Le matériau béton et ses constituants - Batiweb

Le Cerib dispose d’une salle d’essais équipée de différents matériels et appareillages...

Dossiers partenaires
ZÉRO RISQUE ROUTIER DANS LE BTP : Un trajet, ça se prépare. Le véhicule et son chargement, ça se vérifie et ça s’arrime correctement. - Batiweb

Le risque routier demeure un risque majeur dans le BTP. Avant de prendre la route, préparez votre itinéraire, vérifiez v…


Verres laqués Lacobel et Matelac : une nouvelle collection sous le signe de la co-création - Batiweb

Les nouvelles couleurs des gammes Lacobel et Matelac ont été développées lors de l’AGC Deco Academy, le workshop europée…


Évolution des règlementations européennes ! Fin des lampes et tubes fluorescents en 2023. Soyez prêts ! - Batiweb

Les directives SLR et RoHS ont évolué. La fin des lampes et des tubes fluorescents a sonné pour 2023. LEDVANCE vous écla…

informationbloqueur de pub détécté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.

Cordialement, L'Equipe Batiweb