Covid-19 : Gruau propose une solution pour protéger les salariés à bord d'un même véhicule Nouveaux produits du BTP | 16.04.20

Partager sur :
Gruau, entreprise de carrosserie, s’implique pour ses clients en cette période d'épidémie de Covid-19. Avec son nouveau produit « Protect Man », un cloisonnement souple à installer dans les véhicules pour respecter les mesures de distanciation, Gruau part conquérir les entrepreneurs du BTP, à l’écoute des nouvelles initiatives leur permettant de reprendre le travail dans des conditions plus sécurisantes.

Mobiliser ses équipes pour répondre aux demandes des entrepreneurs souhaitant reprendre le travail, c’est la mission que s’est donnée Gruau, groupe spécialisé dans la carrosserie. Le groupe a ainsi imaginé un produit permettant de respecter les mesures barrières, et notamment le mètre de distanciation, dans des « véhicule(s) utilitaire(s) léger(s) ».

 

Développé et fabriqué « en interne », ce produit sous l’appellation « Protect Man » est un système de cloisonnement sanitaire disposé dans un véhicule « permettant à chaque occupant d’avoir son propre espace isolé, sans contact entre eux »

 

Le sytème de protection de Gruau ©Protect Man by Gruau

 

Gruau s’engage auprès du gouvernement et des salariés étant dans l’obligation de travailler à « prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs » comme le stipule l’article 421-1 du code du travail. 

 

Protect Man répond aux besoins urgents du BTP

 

Les fédérations du bâtiment, les ouvriers et chefs de chantiers sont bien conscients que certaines tâches nécessitent la collaboration et la proximité entre collaborateurs. Un point aussi soulevé par le groupe spécialisé dans la carrosserie « les préconisations du gouvernement imposent d’être seul à bord du véhicule. Une contrainte qui rend, selon les secteurs, impossible ou nettement moins productive la pratique de l’activité »

 

Comme le confie Mickael Tocreau, Responsable commercial et marketing de Gruau Le Mans, « la cible prioritaire c’est en effet le BTP » : « Désormais, on est en train d ‘élargir le sujet à tous les métiers qui ont besoin d’être à plusieurs dans un véhicule », comme par exemple, les paysagistes. Si le groupe souhaite répondre aux besoins de nombreuses professions, c’est qu’il connait « un succès fou », comme le décrit Mickaël. Avant de se lancer dans la production, le groupe a fait un sondage auprès de ses prospects et clients, pour savoir si Protect Man, les intéressait : «  au bout de 48 heures, on avait 250 pré-commandes »

 

Ce nouveau produit à la production toute récente « est devenu viral dans les professions du BTP et autour du BTP. C’est-à-dire que les professionnels qui sont à la recherche de moyens additionnels, soit pour continuer le travail, soit pour reprendre l’activité s’envoient les bonnes pratiques ». La success story de l'innovation de Gruau est en plein essor, et amène même au groupe de nouveaux clients : « Hier soir, nous avons vendu 750 kits, ça n’arrête pas ». Le groupe adapte et accélère sa production pour répondre à toutes les demandes, « On a commencé à livrer les 80 premiers kits, ils sont partis hier. On devrait en livrer entre 100 et 150 par jour »

 

Un outil additionnel pratique et sécurisant 

 

Protect Man, pour répondre au mieux aux besoins des professionnels, est décliné en trois kits, selon le type de véhicule utilitaire utilisé et le nombre de personnes transportées dans le véhicule. « Suivant ces configurations, les kits adaptables permettront respectivement de créer 2, 3 ou 4 cellules isolées les unes des autres ». Mickaël Tocreau explicite ce principe : « l’idée est que 1 espace égal 1 occupant. Chaque occupant doit avoir son propre accès. Pour résumer, on a cloisonné pour qu’il y ait autant d’occupants possibles que de portes d’accès »

 

Dans l’urgence de la situation, le groupe a tenu a créer un produit simple, rapide d’installation et sécurisant. La protection « souple et transparente » se fixe sur le pavillon du toit et ne demande « aucune compétence particulière » pour son installation. Le produit permet un cloisonnement efficace car la protection « couvre la quasi-totalité de la hauteur utile entre le pavillon du toit et le plancher ». Mickaël Tocreau tient à garder le matériau utilisé secret, d’autant plus qu’il peut être désinfecté par pulvérisation, permettant là encore de respecter les mesures sanitaires que le gouvernement et l'OPPBTP préconisent. Protect Man est « souple pour qu’en cas d’accident, il n’y ait pas d’impact sur les occupants »

 

Un autre élément a favorisé l’utilisation d’un matériau transparent : « l’idée est qu’il soit le plus hermétique possible, mais on ne veut pas non plus enfermer les gens dans des boites, ce n’est d’ailleurs pas recommandé. L’idée c’est aussi de ne pas couper la relation sociale entre les gens, et c’est aussi parce que le conducteur doit garder une vision vers l’avant et une visibilité dans le rétroviseur de droite »

 

Cependant, l’utilisation de Protect Man ne doit pas empêcher l’application des autres mesures barrières comme un nettoyage des mains régulier, le port d’un masque, l’utilisation d’un mouchoir à usage unique. Comme le confirme Mickaël Tocreau, Protect Man est une mesure barrière « additionnelle »

 

Quel tarif pour quel kit ? 

 

Kit pour 2 personnes à bord d’un véhicule : 149 euros HT, 

Kit pour 3 personnes à bord d’un véhicule : 349 euros HT, 

Kit pour 4 personnes à bord d’un véhicules : 495 euros HT, 

 

Propos recueillis par Julie Baranton 

Photo de une ©Protect Man by Gruau

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Riou Glass lance un verre auto-désinfectant anti-coronavirus - Batiweb

Riou Glass lance un verre auto-désinfectant anti-coronavirus

Si le confinement a permis d’endiguer la propagation du coronavirus, l'épidémie a fait sombrer de nombreuses entreprises dans des déboires économiques. D’autres ont su réinventer leurs produits pour rendre service lors de la reprise et créer de l’activité commerciale. L’entreprise Riou Glass fait partie de ces sociétés ayant innové pendant cette période, participant à la reprise d’activité et à la protection des salariés.
« Sans plan de relance, le bâtiment court à la catastrophe » (Olivier Salleron) - Batiweb

« Sans plan de relance, le bâtiment court à la catastrophe » (Olivier Salleron)

Des chantiers émanent à nouveau les bruits de la construction. Même avec une production amoindrie, le bâtiment reprend, et selon les chiffres de la FFB du 29 juin, 95 % des chantiers ont désormais retrouvé une activité normale, bien que le secteur du BTP ait été lourdement impacté. Aujourd’hui, les attentes se tournent donc vers des mesures de relance, que la FFB présente à travers la voix de son nouveau président, Olivier Salleron.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter