Ecodis engagé pour l'amélioration de la qualité de l'air intérieur dans les ERP Nouveaux produits du BTP | 29.11.16

Partager sur :
Le code de l'environnement impose la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans les ERP. Dès 2018, seront notamment concernées les crèches, écoles maternelles et primaires. Pour préparer l’entrée en vigueur de cette mesure, certains groupes scolaires se sont déjà équipés de systèmes de ventilation naturelle à l’instar de l’école élémentaire d’Echalas (69). Livré en 2016, l’établissement s’est doté de 12 unités Windcatcher® fournies par Ecodis. Présentation.
Les enfants passent près de 90% de leur temps dans des lieux clos. C’est pourquoi les crèches, les écoles maternelles et les écoles primaires sont particulièrement visées par le nouveau dispositif de surveillance de la qualité de l’air prévu dans la loi portant engagement national pour l’environnement.

Le dispositif règlementaire, en cours de publication, comporte une évaluation des moyens d’aération pouvant être effectuée par les services techniques de l’établissement. Sa mise en œuvre passe par une campagne de mesures de polluants par un organisme accrédité ou encore par une auto-évaluation de la qualité de l’air au moyen d’un guide pratique, complétée par un plan d’action.

La première échéance, fixée à 2018, concerne les établissements accueillant des enfants : établissements d’accueil collectif d’enfants de moins de 6 ans, les centres de loisirs et les établissements d’enseignement ou de formation professionnelle du premier et du second degré.

Anticiper l’entrée en vigueur du dispositif

De ce fait, certains établissements scolaires ont décidé d’anticiper l’entrée en vigueur du dispositif règlementaire à l'image de l’école élémentaire d’Echalas (69) livrée en 2016. Pour ce chantier, la maîtrise d’œuvre a préconisé l’installation de 12 unités Windcatcher® fournies et mises en service par Ecodis.


Ce système de ventilation naturelle a rencontré un franc succès en Angleterre. Il repose sur l’utilisation des vents dominants, en fonction de l’emplacement géographique et sur le phénomène de renouvellement d’air par ascension de l’air chaud vicié.

Quelle que soit la direction du vent, « la tourelle double flux Windcatcher® capte l’air neuf via un système d’ailettes. L’air est ensuite acheminé par un conduit, jusqu’à une grille de diffusion au plafond, créant un mouvement circulaire dans la salle », explique Ecodis dans un communiqué. « Le mouvement évacue l’air chaud vicié vers l’extérieur », ajoute la société.

Le système se présente ainsi comme une véritable alternative à la VMC. Il fonctionne selon la vitesse du vent et dispose d’un système de régulation intelligent selon le niveau de CO2, la pluie et la température extérieure. Le rafraichissement d’air se fait en journée ou pendant la nuit.

Sarah Viricel, architecte DPLG – Tekhne, en charge du projet, a expliqué les enjeux du chantier citant notamment un renouvellement d’air au taux recommandé par les organismes de santé, un ajustement automatique lié aux conditions climatiques et une surventilation nocturne pour l’évacuation des calories indésirables pour le confort d’été.

« Notre choix s’est porté sur l’installation de 12 unités Windcatcher®, pour son efficacité dans le renouvellement d’air naturel, et sa simplicité de mise en œuvre », dit-elle.

Les équipes Ecodis ont accompagné la maîtrise d’œuvre tout au long du projet. En effet, la société propose un accompagnement dans le dimensionnement de l’installation. L’ingénierie ventilation naturelle d’Ecodis étudie chaque projet en s’appuyant sur la superficie de la salle, le nombre moyen de personnes, la plage de fréquentation de la salle et les points cardinaux du bâtiment pour définir l’orientation des unités Windcatcher®.
Les données sont ensuite analysées, via un outil de calcul CFD, qui va définir la combinaison d’un ou plusieurs Windcatcher® à installer.

Ainsi, pour l’école élémentaire d’Echalas, la maitrise d’œuvre a retenu un taux de renouvellement d’air de 25 m3/h par personne, pour assurer la qualité d’air indispensable à la santé et à la capacité de concentration des élèves.

La solution Windcatcher® est en cours de demande d’agrément du Titre V pour la RT2012. Elle permet d’intégrer les nouveaux systèmes non pris en compte dans le méthode Th-BCE 2012, qui vérifie les différents indicateurs de la performance énergétique du bâtiment et des équipements.

R.C
Photo de une : ©Ecodis
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L'air de nos logements fortement pollué par les objets du quotidien

L'air de nos logements fortement pollué par les objets du quotidien

Les objets et les matériaux présents dans notre maison au quotidien, ainsi que les produits que nous utilisons polluent constamment l'air de notre maison. Selon une étude publiée ce jeudi par l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur, des dizaines de substances chimiques seraient ainsi présents dans l'air et les poussières du sol des logements. Et ces composés organiques semi-volatiles sont loin d'être anodins pour notre santé.
Report de l'obligation de mesure de la qualité de l'air : Royal s'en explique, un professionnel réagit

Report de l'obligation de mesure de la qualité de l'air : Royal s'en explique, un professionnel réagit

Jeudi, Ségolène Royal a annoncé le report de l'obligation de mesurer la qualité de l'air intérieur dans les crèches dont l'échéance était initialement prévue pour le 1er janvier 2015. Le Dr Suzanne Déoux, Présidente de l'Association Bâtiment Santé Plus, ne cache pas sa déception partagée par d'autres professionnels, tandis que la ministre de l’Écologie revient sur les raisons qui ont motivé ce report.
La pollution de l'air intérieur coûte plus de 19 milliards d'euros par an

La pollution de l'air intérieur coûte plus de 19 milliards d'euros par an

Pour la première fois en France, une étude exploratoire menée par l'Anses et le CSTB dans le cadre du programme de travail de l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur (OQAI) chiffre le coût socio-économique de la pollution de nos logements. Elle permet ainsi d'évaluer le volume annuel des ressources, humaines et financières, dont la société se prive du fait de cette pollution. Ces données serviront ensuite à hiérarchiser les mesures à prendre pour réduire les risques.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter