Bientôt un Contrat d’étude prospective pour les professionnels de la filière électrique Vie des sociétés | 04.12.18

Partager sur :
Réunis au sein des différentes fédérations de l’électricité, les acteurs du secteur ont reçu le soutien des ministères du Travail et de la Transition écologique et solidaire afin d’engager un Contrat d’étude prospective. Dans un contexte de changements (transition numérique, problématiques environnementales, etc.), cette initiative vise à évaluer les besoins et les évolutions à prévoir en termes d’emplois et de compétences. Les détails.
Les grandes fédérations professionnelles de la filière électrique* ont émis ce 3 décembre une déclaration commune faisant savoir qu’elles avaient reçu le soutien du gouvernement afin de mener un Contrat d’étude prospective. Cette initiative, selon le ministère du Travail, « permet d’anticiper les changements et d’orienter les décisions en matière de développement de l’emploi et des compétences sur un secteur d’activité et/ou un territoire ».

Dans ce cadre, le Contrat d’étude prospective adapté à la filière électrique aura pour objectif de définir les besoins et les évolutions sur les emplois et les compétences. Mené de manière collective, il réunira non seulement les fédérations du secteur, mais également tous types d’entreprises (des PME aux grands groupes), des associations, des représentants des territoires et des personnalités qualifiées.

Un véritable outil au service des professionnels

Plusieurs problématiques seront ainsi abordées : « Quel impact du numérique sur les métiers ? Quelle évolution des emplois dans le cadre de la transition écologique ? Quels nouveaux besoins en compétences ? Quelle démarche de formation continue à mener ? Quelles passerelles entre les métiers et les secteurs ? ».

Véritable diagnostic RH, selon le ministère, le Contrat d’étude prospective de la filière électrique visera finalement à évaluer les besoins d’emplois et de compétences à court et moyen terme, notamment en lien avec les enjeux de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Il proposera également « une cartographie des nouveaux emplois, des métiers amenés à se transformer » et d’« identifier les passerelles et mieux accompagner les parcours professionnels ».

Les différentes fédérations précisent que l’étude sera menée à l’échelle nationale, avec un focus sur certains territoires (Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bretagne et Hauts de France). Au terme de 18 mois de travaux, les résultats de l’enquête seront intégrés aux « travaux du comité de filière ‘’Industrie des nouveaux systèmes énergétiques’’ créé dans le cadre du Conseil national de l’industrie », comme l’indiquent les organismes signataires.

*La FFIE (Fédération française des entreprises de génie électrique et énergétique), la FIEEC (Fédération des industries électriques, électroniques et des communications), Gimélelec, Ignes (Industries du génie numérique, énergétique et sécuritaire), le SERCE (Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique), Think Smart Grids et l’UFE (Union française de l’électricité).

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Transition écologique et numérique : l’Etat et la filière électrique s’engagent pour l’emploi

Transition écologique et numérique : l’Etat et la filière électrique s’engagent pour l’emploi

Le ministère du Travail et la filière de l’électricité ont signé, le 9 avril 2019, un contrat d’Engagement de Développement de l’Emploi et des Compétences (EDEC) pour mener une étude prospective sur l’emploi dans le cadre de la transition énergétique. L’initiative vise notamment à favoriser un meilleur accès au travail et à accompagner les professionnels du secteur dans un monde en constante évolution. Les données recueillies devraient contribuer à l’élaboration des politiques publiques.
Les offres d’emploi dans le BTP explosent

Les offres d’emploi dans le BTP explosent

Réputée pour être une période plus propice à la prudence qu’à l’embauche, la présidentielle ne semble pas avoir freiné l’embellie du secteur du BTP. Or, comparant le nombre d’offres d’emploi disponibles aux premiers trimestres 2016 et 2017, le site d'emploi RegionsJob constate que la construction est le deuxième secteur le plus dynamique du pays, avec un bond de 61% des offres d’emploi. Précisions.
Prix de l’électricité : la filière du solaire se dit « bouc émissaire »

Prix de l’électricité : la filière du solaire se dit « bouc émissaire »

Le gouvernement a décidé la hausse des prix de l’électricité de 3 %, qui interviendra en 2011, et qui portera la hausse des tarifs à plus de 6% sur six mois, soit l'une des plus fortes depuis 30 ans. Le coûteux développement de l'énergie solaire est la raison principale invoquée par le gouvernement pour se justifier. Une injustice pour les professionnels de la filière.
Immobilier : d’énormes besoins en recrutement

Immobilier : d’énormes besoins en recrutement

Alors qu’une étude Adecco Analytics datant de janvier dernier dénombrait à 157 524 le nombre d’offres d’emploi à pourvoir dans l’immobilier sur le dernier trimestre 2018, Antoine Mesnard, fondateur de Recrutimmo, confirme les besoins énormes en recrutement pour le secteur et rappelle que le nombre d’offres d’emploi reste toujours bien supérieur au nombre de candidats.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter