Bilan et perspectives de l’Union nationale des géomètres-experts (UNGE) Vie des sociétés | 25.01.19

Partager sur :
L’Union nationale des géomètres–experts (UNGE) est revenue ce vendredi 25 janvier sur son bilan de l’année 2018 et sur les perspectives à venir lors d’une conférence de presse. L’occasion de faire le point sur les objectifs de la profession avant les Rencontres nationales annuelles, organisées le 8 février au Palais des Congrès d’Issy-les-Moulineaux.
Alors qu’Emmanuel Macron séchait il y a dix jours sur le rôle du géomètre-expert dans le bornage d’un lotissement, l’UNGE et l’Ordre des géomètres-experts (OGE) en avaient profité pour lui proposé, avec humour, une « antisèche », l’occasion pour eux de se faire connaître auprès du grand public. C’est dans un cadre plus sérieux que s’est tenue une conférence de presse sur le bilan et les perspectives de la profession avant les Rencontres nationales de l’UNGE le 8 février.

« 2018 a été une bonne année. L’activité s’est accrue. En termes de chiffres d’affaires, il y a eu une augmentation d’environ 2 à 3%, d’après les sondages réalisés », s’est réjoui Régis Lambert, Président de l’UNGE, qui note que le nombre d’adhérents est en augmentation.

« Face à cette augmentation de la demande assez rapide, entre 200 et 300 postes restent non pourvus », explique M. Lambert, qui constate une hausse du niveau de diplôme ainsi qu’une concurrence accrue entre les différentes filières qui font face à cette « pénurie ».

Se rapprocher de l’ingénierie et mettre l’accent sur le BIM

Les représentants de l’UNGE sont également revenus sur les changements induits par la volonté du Gouvernement de fusionner les branches professionnelles.

« L’UNGE a été contactée par l’Union nationale des économistes de la construction (UNTEC), qui nous a proposés un rapprochement. On devrait aboutir la semaine prochaine à la signature de l’accord de champ, qui marque le début du mariage entre les deux branches et donne un top départ de cinq ans pour harmoniser tous les points de la convention collective. C’est un projet qui est lourd car il va y avoir des habitudes à changer et beaucoup de négociations. On est en train de voir pour atteindre le seuil de 50 000 salariés », a expliqué Régis Lambert.

Autre point : le regroupement des OPCA en OPCO. « C’est un chamboulement, car il a fallu choisir une direction », reconnaît le Président de l’UNGE. « Nous avons fait le choix de la filière de l’ingénierie, qui regroupe aussi les professions juridiques, et réussi à avoir un accord de branche. On estime que l’on fait partie de la filière de l’Ingénierie de l’immobilier, de la construction et de l’aménagement, et on essaiera de travailler à une cohérence avec cette filière », a-t-il ajouté.

Enfin, l’UNGE a rappelé son actualité dans le numérique, avec sa participation dans la création d’ADN Construction en 2017 et son implication dans le plan BIM 2022. L’objectif : « former les adhérents à ce sujet et accélérer la démocratisation dans les entreprises pour faire collaborer tous les acteurs », conclut Régis Lambert.

Claire Lemonnier
Photo de Une : ©Fotolia

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Immobilier : d’énormes besoins en recrutement

Immobilier : d’énormes besoins en recrutement

Alors qu’une étude Adecco Analytics datant de janvier dernier dénombrait à 157 524 le nombre d’offres d’emploi à pourvoir dans l’immobilier sur le dernier trimestre 2018, Antoine Mesnard, fondateur de Recrutimmo, confirme les besoins énormes en recrutement pour le secteur et rappelle que le nombre d’offres d’emploi reste toujours bien supérieur au nombre de candidats.
Les géomètres-experts proposent une antisèche à Emmanuel Macron

Les géomètres-experts proposent une antisèche à Emmanuel Macron

Alors qu’Emmanuel Macron séchait sur la question du bornage et des géomètres-experts mardi 15 janvier lors de la première séance du grand débat public, inauguré, à Grand-Bourgtheroulde, l’Ordre des géomètres-experts et l’Union Nationale des géomètres-experts ont réagi avec second degré en publiant le lendemain un billet d’humeur humoristique présenté comme une « antisèche » pour le Président de la République. L’occasion pour eux de rappeler - plus sérieusement - leur rôle.
Vers plus de diversification et de BIM pour AC Environnement

Vers plus de diversification et de BIM pour AC Environnement

AC Environnement peut se féliciter d’un bilan fructueux en 2018, avec la création de son réseau de franchise, le rachat d’ASE (Alliance Sud Expertises), et une augmentation de 10% de son chiffre d’affaires. La start-up créée en 2002 à Roanne par Denis Mora et Pierre Deroche est devenue, en 17 ans, leader du diagnostic immobilier et du BIM en France. Retour sur le bilan et les perspectives à venir de ce groupe en pleine expansion.
Construction métallique : bon bilan 2018 mais toujours des difficultés de recrutement

Construction métallique : bon bilan 2018 mais toujours des difficultés de recrutement

Ce 14 février avait lieu le point conjoncture du secteur de la construction métallique, qui représente 750 entreprises en France. Roger Briand, président du Syndicat de la construction métallique de France (SCMF) est revenu sur une année satisfaisante, avec une progression de 4% du chiffre d’affaires national, s’établissant à 3,7 milliards d’euros, mais a souligné les difficultés de recrutement, alors que le secteur aurait besoin d’embaucher 15000 personnes d’ici 2024, soit 3000 postes par an pendant 5 ans.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter