Démenti sur les rumeurs de rachat de Posco et Vallourec

Vie des sociétés | 29.03.07
Partager sur :
Démenti sur les rumeurs de rachat de Posco et Vallourec - Batiweb
Le PDG du numéro un mondial de l'acier Arcelor Mittal, Lakshmi Mittal, a démenti mercredi les rumeurs qui prêtent à son groupe la volonté de racheter le sidérurgiste sud-coréen POSCO ou le français Vallourec, leader mondial des tubes en acier sans soudure.La sidérurgie mondiale est prise dans un tourbillon de fusions-acquisitions depuis la fusion entre Arcelor et Mittal. Le rachat de l'anglo-néerlandais Corus par l'indien Tata est l'un des derniers exemples en date.
"Pour le moment, nous ne sommes pas intéressés par Vallourec", a affirmé lors d'une conférence de presse le patron du géant de l'acier, interrogé sur ces rumeurs. "Nous n'étudions pas (le dossier) POSCO. Nous discutons de coopérations", a-t-il par ailleurs indiqué, coupant court aux spéculations autour d'un rapprochement depuis la rencontre récente de Roland Junck, membre de la direction d'Arcelor Mittal, avec des dirigeants de POSCO. POSCO avait alors assuré qu'aucune discussion n'était en cours à ce sujet.

Mercredi, la maison de courtage Raymond James notamment rapportait dans une note à ses clients qu'Arcelor Mittal "a évoqué une acquisition dans l'activité de tubes sans soudure à l'occasion de la journée investisseur à New York" la veille. Selon Raymond James, le leader mondial du secteur "Vallourec a été mentionné". Portée par ces rumeurs, l'action Vallourec a bondi mercredi matin dès l'ouverture de la Bourse de Paris, tandis que le titre Arcelor cédait du terrain. Vers 13H10 (11H10 GMT), Vallourec prenait encore 4,47% à 183,90 euros, alors qu'Arcelor Mittal perdait 1,74% à 38,95 euros, dans un marché parisien en baisse de 0,34%.

Interrogé, Vallourec s'est refusé à tout commentaire. Mi-février, Arcelor Mittal avait montré sa volonté de grossir dans le secteur des tubes pour l'industrie pétrolière en annonçant la signature d'un accord de partenariat avec un groupe saoudien pour construire en Arabie saoudite une usine de tubes utilisés notamment dans l'industrie pétrolière.

Selon l'accord, l'acier utilisé pour modeler les tubes sera fourni par Arcelor Mittal, qui détiendra 51% de la société nouvellement créée, les 49% restants allant au Groupe Bin Jarallah. Par ailleurs, Lakshmi Mittal a indiqué ne pas avoir eu de discussions avec l'homme d'affaires français François Pinault, un des administrateurs de son groupe, au sujet de Vinci, alors que la presse évoquait récemment une montée conjointe des deux hommes au capital du groupe de concession et de conctruction.

"Je n'ai pas eu de discussions avec François Pinault à propos de Vinci", a-t-il dit, précisant toutefois qu'il ne savait pas si Mittal Investment, bras armé financier de la famille Mittal, en avait eu.

Redacteur