Doulevant-le-Château : 63 salariés s’associent pour pérenniser leur entreprise Vie des sociétés | 20.12.16

Partager sur :
Mise en redressement judiciaire en juillet 2016, puis en liquidation courant octobre, la société Eurofence, spécialisée dans la fabrication de panneaux rigides de clôtures et de portails industriels, était condamnée à disparaître. C'est alors que ses salariés ont décidé de s’associer pour pérenniser l’entreprise et ainsi sauver leur emploi. Est alors née une nouvelle société sous forme de SCOP.
C’est une bien belle histoire qui nous vient de Doulevant-le-Château (52). Alors que leur entreprise était sur le point de disparaître, 63 salariés se sont mobilisés pour monter un projet de reprise. Comment ont-ils procédé ? Avant de répondre, revenons sur l’histoire de cette société familiale qui, au fil du temps, a traversé bien des épreuves.

Créée en 1972 au sein du groupe Trefileurope, l’entreprise familiale Eurofence, spécialisée dans la fabrication de panneaux rigides de clôtures et de portails industriels, est revendue en 2005 au groupe suédois Gunnebo. Six ans plus tard, suite à un repositionnement stratégique, le groupe nordique laisse l’ensemble de sa filiale Perimeter Protection by Gunnebo entre les mains du fond d’investissement suédois Procuritas.

Le site de Doulevant-le-Château devient alors Perimeter Protection France et subit « l’absence de stratégie, le manque de financement et l’incohérence industrielle de son propriétaire financier ».

Courant 2015, au bord de la faillite, le groupe Perimeter Protection et ses filiales, est à nouveau cédé à un fond financier, SSI. Malgré un important plan de restructuration et de réduction des coûts, la société Haut-Marnaise sombre peu à peu et vit « des moments difficiles ». 

« Le soutien de ses clients et l’investissement de ses salariés ne suffisent pas, et malgré une rentabilité retrouvée, l’entreprise est mise en redressement judiciaire fin juillet 2016 puis en liquidation courant octobre », raconte un communiqué.

Action, réaction

Pour les salariés, il n’est pas question de laisser disparaître leur entreprise. Ils décident alors de passer à l’action pour sauver leur emploi, d’autant plus que les difficultés économiques dans cette zone rurale sont particulièrement importantes.

En relation avec l’Union Régionale des Scop de l’Est, les salariés se mobilisent dès le mois d’août pour monter « un projet de reprise cohérent ». Le statut de Société Coopérative et Participative semble alors le plus adapté pour trouver les financements, pérenniser les emplois et répondre à la volonté de travailler ensemble en favorisant une gestion démocratique de l’entreprise, gage de stabilité.

Le dossier est alors suivi par le Commissaire au redressement productif et soutenu par des services de l’Etat (Direccte, Pôle emploi), le Conseil Régional, des sociétés financières dont Socoden, Scopinvest, Aficcop et EsfinGestion, et des banques proches du mouvement coopératif.

Concernant le financement du projet, les salariés réinvestissent leur prime de licenciement et des économies personnelles pour constituer le capital de l’entreprise. « L’ensemble du financement mobilisé est de l’ordre de 4 millions d’euros et est nécessaire pour un redémarrage sous les meilleurs auspices », indique le communiqué.

Grâce à cette mobilisation, l’entreprise renaît de ses cendres. En effet, le 6 décembre dernier, le tribunal de commerce de Chaumont accepte l'offre de reprise en Scop. La société qui porte désormais le nom de « Eurofence Scop SAS » vise un chiffre d’affaires de 11 millions d’euros avec 63 salariés pour un premier exercice, et a d’ores et déjà annoncé l’embauche d’une quinzaine de personnes pour le printemps prochain.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Homkia, le réseau de concessionnaires aux grandes ambitions

Homkia, le réseau de concessionnaires aux grandes ambitions

Seulement deux ans après sa création, Homkia, fournisseur et installateur de menuiseries, a tenu à être présent sur le salon Equip’Baie. Une nécessité qui répondait à deux objectifs : se faire connaître, et surtout présenter son réseau de concessionnaires spécialisés. Nikolas Seferiadis, fondateur de l’entreprise, revient sur le développement de sa société ses objectifs de développement.
Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Le Président Emmanuel Macron a réuni hier après-midi, mercredi 24 octobre, une trentaine de dirigeants d’entreprises, parmi lesquels les dirigeants d’EDF, Engie, Total, Orano, Vinci, Saint-Gobain ou Veolia, mais aussi des organismes de recherche comme le CNRS ou l’INRA, pour une « séance de travail » en prévision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui devrait être annoncée à la mi-novembre.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter