Économie circulaire : Rockfon souhaite être moteur de changement Vie des sociétés | 30.10.20

Partager sur :
La démarche de développement durable de Rockfon ne date pas d’hier. Mais c’est pour lui donner plus de visibilité, notamment auprès de ses clients professionnels, que le fabricant de produits en laine de roche, annonce renforcer sa communication. Rockfon souhaite en effet être moteur de transformation et contribuer pleinement à la construction d’une société plus responsable. Pour ce faire, une prise de conscience du secteur est nécessaire.

Lors d’un échange avec Rockfon, Alison Voisinet, Marketing & communication manager, et Stéphanie Dubertret, Communication Officer, sont revenues sur l’aspect « durable » de la laine de roche, un matériau « naturel » produit à partir de basalte (ou roche volcanique). 

 

« La roche volcanique est très disponible dans la nature. La Terre en produit 38 000 fois plus chaque année que ce que nous utilisons en un an pour fabriquer la laine de roche ». Alison Voisinet révèle ainsi qu’1m3 de basalte permet à Rockfon de fabriquer l’équivalent de plus de 2 200 m2 de dalle de plafond de 15 mm en laine de roche, soit 8 courts de tennis. La roche volcanique se veut ainsi « une ressource très généreuse ». « Nous avons fait en sorte, pour le marché français, d’installer notre usine en Auvergne, proche des volcans. Nous sommes sur un sourcing à moins de 100 kilomètres, et priorisons le circuit court ». 

 

Un produit recyclable à l’infini 

 

La laine de roche est un produit « 100% recyclable et recyclable à l’infini. C’est-à-dire qu’on peut réintroduire la laine de roche qui a été recyclée dans le process de fabrication sans altérer les propriétés innées du matériau ». Les chutes de fabrication sont automatiquement réintégrées, ce qui évite tout déchet. Les produits de la marque (dalles ou panneaux) contiennent ainsi jusqu’à 50% de laine de roche recyclée, 42% étant le minimum. 

 

Ce sont ces démarches de recyclage et d’upcycling que Rockfon souhaite valoriser aujourd’hui. « Nous voulons pousser l’économie circulaire ». De la fabrication à la déconstruction, l’industriel est « porteur de solutions » pour réintégrer la matière dans la production et ainsi « boucler la boucle ».  

Alison Voisinet explique que la demande se fait « de plus en plus présente » du côté des prescripteurs. Sur certains chantiers et projets, « ils anticipent déjà la fin de vie d’un bâtiment, et donc là, nous allons pouvoir les soutenir ».

 

« Nous accompagnons déjà beaucoup de nos clients à travers l’obtention de certificats tels que BREEAM, LEED, HQE, WELL Building Standard ». Pour ce qui est du recyclage des produits, Rockfon finalise « une fiche consigne ». « Nous souhaitons favoriser ce réflexe pour nos clients ». La société est convaincue que de plus en plus d’acteurs vont s’impliquer dans tout ce qui est durable, d’autant plus que « l’enfouissement va être de plus en plus onéreux dans les années à venir », pointe Stéphanie Dubertret. 

 

Comment fonctionne le service ? « Nous demandons une mise sur palettes des dalles, et un filmage classique de façon à s’assurer que le produit soit en bon état ». Arrivé à l’usine, le produit est contrôlé, puis dirigé vers le four pour être réintégré à l’étape de la fusion. « L’avantage, c’est que nos produits sont très peu manipulés puisqu’en général, ils vivent sur une ossature ». Rockfon propose une sortie de camion « de façon à avoir une solution de transport efficace et rapide pour nos clients ». Quant au coût du service ? Il se situe entre 71 € et 65 € par palette, selon la quantité souhaitée. « A partir de 300/400 m2 de plafonds, le service devient intéressant ». 

 

Toute demande passe par le service technique. Une étude préalable est effectuée par rapport aux distances et à l’impact carbone que les camions peuvent avoir. « Nous essayons de nous adapter à chaque fois pour avoir un processus le plus bénéfique possible ». 

 

Plus de visibilité 

 

Le service de recyclage qui se base sur le programme Rockcycle de Rockwool va s’intensifier dès cette fin d’année. « On sait que le bâtiment est un des segments qui pollue le plus ». S’engager sur des actions de développement durable, est un moyen « de différenciation ». 

 

Des campagnes vont notamment être déployées sur le site internet de Rockfon et sur les réseaux sociaux. Un nouveau packaging va être lancé à partir de 2021 avec les macarons « Made in France » et « économie circulaire ». Rockfon dévoile en effet que 74% des dalles et panneaux muraux de la marque sont produits en Auvergne. Pour 2021, l’objectif est d’atteindre 80% « pour limiter la fabrication dans les usines relais qui sont en Pologne et aux Pays-Bas. Nous avons déjà rapatrié notre produit Ekla. A la fin de l’année, c’est ce produit que nous aurons en 100% Made in France, et c’est aussi le produit qui aura l’émission la plus faible en CO2 sur le marché dans notre niche de plafonds ». 

 

Rockfon travaille aussi avec son réseau de distributeurs « qui va se faire relai de ces informations ». Les équipes terrain ont été sensibilisées et formées sur l’ensemble des ces thématiques. Outre la brochure « recyclage », elles pourront s’appuyer sur une fiche conseil pour présenter la démarche. Par ailleurs, des études de cas sont en cours de création pour proposer au secteur des exemples concrets de clients s’étant emparés du sujet.

 

Rockfon souhaite aussi valoriser les acteurs engagés et notamment les installateurs « green » via son programme de fidélité MyRockfon. L’occasion de donner de la visibilité à ces experts et à leur démarche, en apposant un logo dédié sur leur page entreprise.

 

Éduquer par l’information, c’est un peu l’objectif de ces initiatives. « C’est un engagement personnel, professionnel qui a un impact pour le monde. Ce n’est pas que pour l’image. C’est important d’en prendre conscience et d’être acteur. Et si en tant qu’industriel, nous pouvons être moteur de cela, si nous avons un rôle à jouer, il est temps de l’avoir », conclut Alison Voisinet. 


Propos recueillis par Rose Colombel
Photo de une : ©Rockfon - Usine de SELM
 

Recycler ou réutiliser ? 

Peut-on imaginer une réutilisation des produits Rockfon sur un autre chantier après déconstruction ? « Nous avons eu un partenariat avec un professionnel de tout ce qui est recyclage et récupération de matériaux, et ça a été envisagé. D’un point de vue financier, ça n’a pas pu se faire, mais le projet était de réutiliser une partie des dalles Rockfon dans un autre projet. Nos dalles ont une durée de vie très longue (30 ans voire plus). Il n’y a quasiment pas de modifications des propriétés intrinsèques. Donc si l’esthétique est toujours satisfaisante, on peut très bien réfléchir à une réimplantation de nos produits ». 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le polyuréthane se récupère doucement mais sûrement de la crise du MDI - Batiweb

Le polyuréthane se récupère doucement mais sûrement de la crise du MDI

Lors d’une conférence de presse organisée ce mardi 5 février, le SNPU a révélé les chiffres du polyuréthane. S’il détient encore 10% de part du marché de l’isolation, le matériau a « fortement » souffert de la crise du méthyl-di-isocyanate (MDI). Conséquence, le secteur, qui connaissait jusqu’à alors une progression continue, a vu son activité se replier de – 10% en 2018. Le syndicat déclare cependant ne pas « être inquiet ». L’année 2019 devrait en effet permettre au polyuréthane de renouer avec la croissance.
Isolation des bâtiments : La Capeb et Rockwool associés  - Batiweb

Isolation des bâtiments : La Capeb et Rockwool associés

La Capeb et Rockwool se sont associés pour proposer aux entreprises artisanales du bâtiment des solutions, services et formations liés aux problématiques de l’isolation. Ce partenariat vise notamment à accompagner la montée en compétences des TPE. C’est également l’occasion de mettre en avant la qualification Eco Artisan® RGE.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter