Ile-de-France : le marché des bureaux en forte baisse Vie des sociétés | 19.01.21

Partager sur :
Au 4e trimestre 2020, la demande de bureaux en Ile-de-France a baissé de – 40% par rapport au T4 2019. Un repli qui concerne aussi le montant global des investissements dans la région (- 39 %). Au niveau national, les chiffres sont également dans le rouge comme le montre les résultats Immostat, récemment publiés.

Immostat, qui regroupe les quatre principaux conseils en immobilier d’entreprise (BNP Paribas Real Estate, CBRE, JLL et Cushman & Wakefield) a présenté ce vendredi 8 janvier, les grands indicateurs du marché de l’immobilier d’entreprise en Ile-de-France. Tous, ou presque, sont négatifs avec une baisse notamment du volume des transactions locatives et vente à utilisateurs. Pour l’année 2020, la demande placée de bureaux dans la région s’élève à 1 321 000 m2, en baisse de – 45% par rapport à 2019. Le 4e trimestre 2020 a enregistré un recul de – 40% par rapport au T4 2019. 

Le marché a bien sûr subi les conséquences de la crise sanitaire et économique, qui a conduit de nombreuses entreprises à retarder leurs investissements, à repenser les espaces, et à privilégier le télétravail. L’offre de bureaux vacants a ainsi bondi de 36% par rapport à son niveau il y a un an, atteignant 3 683 000 m2 au 31 décembre 2020, précise un communiqué. 

Qu’en est-il des loyers faciaux ? Ils sont plutôt stables et se situent à 405 € HT HC/m2/an pour les biens de seconde main, et à 406 HT HC/m2/an pour les biens neufs ou restructures (+2%). 

Des investissements qui se contractent

Comme évoqué, les investissements ont ralenti cette année, avec un montant global de 26,3 mds d’euros au niveau national, soit une baisse de – 34% par rapport à l’année précédente. La baisse est de – 42% au T4 2020 par rapport au T4 2019. Immostat indique que le montant global des opérations corporate en France s’élève à 300 millions d’euros pour l’année 2020. 

Situation similaire en Ile-de-France avec une baisse des investissements de – 33% en 2020 (19,1 mds d’euros), et de – 39% au 4e trimestre par rapport à la même période l’an dernier (7 mds d’euros). Le prix moyen des bureaux achetés dans la région atteint 8 130 €/m2, soit une hausse de + 5% sur un an. 

La demande placée en entrepôts a connu une baisse un peu moins importante : pour les entrepôts de plus de 5 000 m2 en Ile-de-France, la demande s’élève à 914 500 m2, soit un recul de – 2% par rapport à 2019. Pour les structures de plus de 10 000 m2, la surface demandée atteint quasiment 3 millions de m2 en France (2 159 300 m2 en Régions et 766 200 m2 en Ile-de-France), représentant une baisse de 7% par rapport à 2019. 

Rose Colombel
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Taux de vacance record des bureaux d’Île-de-France - Batiweb

Taux de vacance record des bureaux d’Île-de-France

Le marché des bureaux d’Île-de-France, déjà confronté à un taux de vacance élevé avec un record de 4,43 millions de m2 à louer au premier trimestre, verra affluer une offre abondante dans les mois à venir, selon une étude du cabinet Cushman and Wakefield dans son bilan trimestriel du marché français de l'immobilier d'entreprise, publié mardi.
Bilan 2016 : activité soutenue pour Icade - Batiweb

Bilan 2016 : activité soutenue pour Icade

2016 aura été une très belle année pour Icade ! La filiale immobilière de la Caisse des dépôts a en effet vu la plupart de ses indicateurs progresser de manière plus ou moins significative. C’est notamment le cas de la valeur de son patrimoine et du chiffre d’affaires de l’activité promotion, qui augmentent respectivement de 6,2% et 5,2%. L’année 2017 devrait confirmer la tendance, le pipeline de développement étant d’ores et déjà très prometteur.
2017, année en hausse pour les bureaux franciliens - Batiweb

2017, année en hausse pour les bureaux franciliens

Nouveau signe du dynamisme du marché de l’immobilier, la demande placée de bureaux en Île-de-France a très largement augmenté en 2017 par rapport à l’année précédente. Selon le Groupement d’intérêt économique ImmoStat, cette hausse s’élève en effet à 8%, après un quatrième trimestre particulièrement actif (+21%). Une forte demande qui n’a d’ailleurs pas été sans conséquence sur les loyers, qui ont également progressé. Tous les chiffres.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter