Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit Vie des sociétés | 29.05.20

Partager sur :
Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit Batiweb
L’Insee et les Notaires de France ont publié les chiffres de l’immobilier ancien à fin mars 2020. Pour la quatrième année consécutive, la hausse des prix s’est poursuivie, et même accélérée, et les ventes ont de nouveau dépassé la barre des 1 million. Toutefois, le bilan ne prend pas encore en compte les conséquences de la crise et du confinement. Pour SeLoger, ils auraient occasionné une chute de 47,9 % des ventes, sans toutefois impacter les prix.

Les spécialistes de l’immobilier ancien sont unanimes : la hausse des prix a continué de s’accélérer au premier trimestre 2020, selon les chiffres de l’Insee et des Notaires de France. Les prix auraient augmenté de +5 % sur les trois premiers mois de l’année, soit une hausse plus marquée qu’en 2019 (+3,7 %).

 

A fin mars, avant la crise, la hausse des prix était de +5,7 % en Île-de-France et de +4,7 % en province. Elle était légèrement plus marquée pour les appartements (+6,4 %) que pour les maisons (+4 %).

 

Au total, les ventes s’établissaient à 1,04 million sur l’année écoulée, soit une très légère baisse par rapport au 1,07 million enregistré l’année précédente.

 

Le nombre de ventes auraient notamment chuté de -22 % en Île-de-France comparé au premier trimestre 2019, selon les notaires de la région.

 

-47,9 % de ventes pendant le confinement

 

Si le confinement et la suspension des visites a donné lieu à une chute des ventes entre mi-mars et début mai, la hausse des prix s’est poursuivie même pendant la crise liée au Covid-19, précise de son côté le dernier baromètre LPI-SeLoger.

 

Fin avril, la chute des ventes se chiffrait à -47,9 % sur trois mois. Si les ventes se sont effondrées, les prix de l’immobilier ancien atteignent parallèlement 3 571 euros, avec une hausse de +2,6 % en trois mois, et de +5,2 % sur un an.

 

Selon Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, les prix se sont maintenus partout en France, et notamment dans les métropoles. D’après lui, seules 5 % des villes de plus de 100 000 habitants ont vu leur prix baisser pendant le confinement.

 

C.L.

Photo de une : Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Immobilier ancien : les prix continuent d’augmenter au 3e trimestre Batiweb

Immobilier ancien : les prix continuent d’augmenter au 3e trimestre

Le marché de l’immobilier ancien est toujours en pleine forme. Les prix ont continué leur hausse au troisième trimestre 2019, poursuivant la tendance engagée depuis trois ans. Entre juillet et octobre 2019, les prix ont ainsi augmenté de +3,2 % par rapport à un an plus tôt. Même dynamisme du côté des transactions, qui atteignent un nouveau record avec 1 059 000 ventes à fin octobre. Les ventes ont ainsi progressé de +10,4 % en un an.
Le marché des logements anciens est toujours aussi dynamique Batiweb

Le marché des logements anciens est toujours aussi dynamique

Les prix des logements anciens ont poursuivi leur hausse ce dernier trimestre, selon les chiffres de l'Insee et des Notaires de France. Cette tendance s'est généralisée partout en France puisqu'avec +3,6 % d'augmentation, les prix de la province rattrapent ceux de l'Île-de-France (+3,9 %). A noter également : une hausse plus marquée pour les appartements que pour les maisons.
Au 1er trimestre 2020, les mises en vente ont chuté de -28 % Batiweb

Au 1er trimestre 2020, les mises en vente ont chuté de -28 %

Le Ministère de la Cohésion des Territoires a publié ce mercredi 10 juin les chiffres de la construction neuve au 1er trimestre 2020. Sans surprise, la commercialisation et la réservation de logements neufs ont brutalement chuté, avec le début de la crise liée au coronavirus et les mesures de confinement. Les mises en vente ont notamment baissé de -27,9 %, et les réservations de -24,2 %.
1 Français sur 2 reprendrait son projet immobilier après le confinement Batiweb

1 Français sur 2 reprendrait son projet immobilier après le confinement

Quel est l’impact de la crise liée au Covid-19 sur les projets immobiliers des Français ? SeLoger a mené son enquête le 7 avril auprès de 2 652 futurs acquéreurs ayant un projet dans les 12 mois à venir. Si les interrogés anticipent une baisse du pouvoir d’achat, des conditions d’octroi de prêt durcies et une potentielle remontée des taux, ils restent toutefois globalement confiants.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter