Isover lance une filière de recyclage des déchets de laine de verre Vie des sociétés | 12.04.18

Partager sur :
Isover lance une filière de recyclage des déchets de laine de verre
Depuis plus de 20 ans, l’usine Isover d’Orange (Vaucluse) traite les déchets de laines de verre, les transforme en calcin et les réinjecte dans le process de fabrication de nouvelles laines. Recyclable à 100% et à l’infini, la laine de verre présente un fort potentiel. Et c’est pour l’exploiter que la société lance ce jour Isover Recycling, une initiative qui s’adresse autant aux marchés diffus qu’aux grands chantiers de rénovation. Tous les détails.
En lançant Isover Recycling, Isover confirme son engagement en faveur d’une économie plus vertueuse. Rappelons que la société a fait construire, en 1997, son propre centre de revalorisation de laine de verre, un isolant recyclable « à 100% et à l’infini».

Baptisé Oxymelt, le site traite les déchets de laine : « les déchets sont fondus via l’introduction d’air enrichi en oxygène pour obtenir un calcin », explique Isover. Le calcin est ensuite réinjecté dans le process de fabrication de nouvelles laines. Il vient « s’ajouter au verre recyclé provenant de déchets ménages et industriels (70 000 tonnes par an) pour former la composition verrière ».

A travers ce site, Isover a toujours cherché à augmenter la part de matière recyclée dans ses produits, qui s’élève à minima à 40%. Mais pour atteindre aujourd'hui un taux de valorisation supérieure, la société a compris que les seuls produits ménagers et industriels provenant des filières de recyclage, n'étaient pas suffisants.

C’est pourquoi Isover se penche depuis quelques années sur un nouveau gisement : les déchets de laine de verre issus des constructions nées dans le milieu des années 70. Si ces déchets ne représentent qu’une part très minime à l’échelle du bâtiment (0,2% des déchets du BTP et 0,75% des déchets du second œuvre), Isover estime qu’ils sont « une opportunité de s’engager davantage dans l’économie circulaire » et une source de matière première « encore inexploitée ».

Et c’est pour exploiter le potentiel des déchets de laine de verre et « parfaire le processus de recyclage des déchets », qu’Isover a décidé de lancer Isover Recycling.

Une première mondiale

Née d’un partenariat entre Isover et différents professionnels du secteur du recyclage, l’initiative se veut être « une première mondiale » en termes de solution industrielle de transformation de laine de verre usagée en vue de fabriquer de nouveaux produits d’isolation du bâtiment. Elle vient répondre aux nouvelles réglementations environnementales et à la récente feuille de route sur l’économie circulaire.

Isover Recycling s’adresse autant aux marchés diffus qu’aux grands chantiers de rénovation dits « verts ».

Comment fonctionne la démarche ? Isover explique que « le maître d’ouvrage contacte le collecteur le plus proche de son chantier, détermine les missions du cureur en accord avec le collecteur, qui réceptionne ou prend en charge les déchets préalablement triés ».

Puis, « celui-ci procède au compactage en presse à balles et les transporte jusqu’au centre de revalorisation Oxymelt d’Orange ». Pour les artisans et entreprises, ils doivent procéder au tri des déchets de laine de verre, les apporter au collecteur de leur choix qui se chargera du transport des déchets jusqu’à Orange.

Un accompagnement sur-mesure

L’offre d’Isover vise ainsi à accompagner les professionnels du secteur dans le tri des déchets : « un tri réussi, c’est l’assurance pour l’entreprise de gagner du temps sur ses chantiers, de valoriser son image, de montrer son engagement dans une économie circulaire et aussi de répondre aux exigences de ses clients ».

Des formations ainsi que des documents explicatifs seront également proposés pour les aider à faire le tri des isolants et reconnaître la laine de verre parmi les autres matériaux.

A ce jour, l'offre est disponible dans deux zones pilotes : Sud-Est et Ile-de-France. Des premiers chantiers tests ont déjà été réalisés grâce aux partenariats noués en région parisienne, avec le Syndicat des recycleurs du BTP dans le Sud-Est, et avec des collecteurs membres dans chacune de ces régions. Et les premières impressions semblent être plutôt positives !

Affaire à suivre.

R.C
Photo de une : ©Isover Recycling
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

Alors que le Gouvernement a publié, le 23 avril dernier, sa feuille de route économie circulaire, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) annonce le lancement de deux outils à destination des artisans et entrepreneurs. Soutenus par l’Ademe, ils visent à accompagner le secteur dans la valorisation des déchets de second œuvre issus de site de démolition/réhabilitation.
Le polyuréthane se récupère doucement mais sûrement de la crise du MDI

Le polyuréthane se récupère doucement mais sûrement de la crise du MDI

Lors d’une conférence de presse organisée ce mardi 5 février, le SNPU a révélé les chiffres du polyuréthane. S’il détient encore 10% de part du marché de l’isolation, le matériau a « fortement » souffert de la crise du méthyl-di-isocyanate (MDI). Conséquence, le secteur, qui connaissait jusqu’à alors une progression continue, a vu son activité se replier de – 10% en 2018. Le syndicat déclare cependant ne pas « être inquiet ». L’année 2019 devrait en effet permettre au polyuréthane de renouer avec la croissance.
Gruau lance une benne innovante dédiée aux déchets du BTP

Gruau lance une benne innovante dédiée aux déchets du BTP

Alors que seulement 35% des déchets du second œuvre font l’objet d’une valorisation, Gruau, constructeur carrossier, vient tout juste de développer une benne innovante. Baptisée Kerock, sa composition lui offre une capacité de chargement importante combinée à une forte résistance. Un outil supplémentaire pour répondre aux objectifs de la loi sur la transition énergétique, qui vise la valorisation de 70% des déchets du BTP.
Artibat va « booster » les start-ups qui innovent dans la construction

Artibat va « booster » les start-ups qui innovent dans la construction

Le salon Artibat, qui se tiendra du 24 au 26 octobre 2018 au Parc des Expositions de Rennes, promet bien des surprises ! Parmi les nouveautés cette année, la mise en place d’un site internet dédié aux solutions les plus novatrices présentées sur le salon. L’événement sera aussi l’occasion de découvrir Cirq, une initiative ambitieuse visant à accélérer la visibilité des start-ups qui innovent dans la construction. Tour d’horizon avec Valérie Sfartz, directrice du salon.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter