L’innovation dans le BTP : des TPE et PME engagées

Vie des sociétés | 30.10.15
Partager sur :
L’innovation dans le BTP : des TPE et PME engagées - Batiweb
Comment les entreprises de mise en œuvre perçoivent-elles l’innovation ? C’est l’objet de la toute nouvelle étude IFOP pour le Centre Scientifique et technique du bâtiment. A cette occasion, 502 dirigeants de TPE / PME de la construction et maîtrise d’œuvre ont été interrogés. Résultat : 61% des chefs d’entreprise déclarent que l’innovation occupe une grande place au sein de leur société, et ils sont 77% à avoir intégré au moins un type d’innovation au cours des 24 derniers mois.
En janvier dernier, le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) avait analysé la place accordée à l’innovation par les TPE / PME, entreprises et industries de fabrication du bâtiment.

Pour cette 2e édition, le CSTB s’est intéressé à la perception de l’innovation de la part des entreprises de la construction et maîtrise d’œuvre.

L’objectif : mettre en parallèle les pratiques et les attentes de deux secteurs de la filière construction en matière d’innovation.

Intégrer l’innovation pour se différencier

66% des chefs d’entreprise du BTP exercent leurs activités principalement dans la rénovation (72% dans le cas de sociétés existant depuis moins de cinq ans), 8% travaillent avant tout dans la construction neuve, tandis que 24% déclarent œuvrer sur les deux types de chantier.

Les maisons individuelles restent le type de bâtiments dans lequel les artisans de la construction exercent le plus leur activité (89%). En 2012, ces maisons représentaient plus de 56% des logements selon les statistiques du Ministère de l’Ecologie, du développement Durable et de l’Energie. C’est aussi le secteur où les industriels implantent le plus de nouveaux produits et services (57%).

61% des chefs d’entreprise interrogés déclarent que l’innovation occupe pour eux une place importante. Cette tendance se retrouve surtout dans les structures de 100 à 249 salariés où l’innovation est jugée plus essentielle que la moyenne (81%) et dans les sociétés créées il y a moins de 5 ans (72%).

« Il est intéressant de noter que l’innovation est vécue par les artisans comme un facteur de différenciation par rapport à la concurrence », observe Patrick Liébus, président de la Capeb.

82% des dirigeants du BTP déclarent intégrer des innovations pour se distinguer, 79% pour développer leur activité auprès de nouveaux clients ou marchés, et 71% pour diversifier leurs activités.

Des innovations présentes sur le marché

82% des dirigeants du BTP déclarent être en attente de conseils (jusqu’à 93% dans les structures de 100 à 249 salariés, 96% dans la construction de bâtiments et 89% dans les sociétés réalisant entre 1 et 5 millions d’euros de chiffre d’affaires). 

80% des interrogés affirment obtenir des conseils et des réponses de la part de leurs fournisseurs sur les produits ou services recherchés.

A cette satisfaction s’ajoute le fait que 74% des chefs d’entreprise considèrent que les fabricants leur proposent des innovations.

« Nous apprécions les efforts des industriels et du négoce pour prendre en compte les attentes des entreprises en termes d’innovation liée à la technique, à la mise en œuvre, notamment dans les chantiers de rénovation, et à la santé-sécurité », souligne M. Liébus.

Ainsi, ils sont 77% à avoir intégré au moins un type d’innovation au cours des 24 derniers mois : 70% se sont équipés de nouveaux matériaux ou produits, 60% ont intégré de nouveaux systèmes de pose et 41% ont souscrit à de nouveaux services de formations à la pose.

51% des dirigeants déclarent se fournir aussi bien auprès des TPE / PME qu’auprès des grandes entreprises ; 28% dit ne se fournir qu’auprès des grandes entreprises et 18% qu'auprès des TPE / PME.

Des leviers pour intégrer davantage d’innovations

Au-delà de la volonté de se différencier de la concurrence, les entreprises déclarent à 88% intégrer des innovations pour faire progresser la construction durable.

Ils sont 93% à considérer que l’innovation contribue à la sécurité et à la durabilité d’un bâtiment, et 87% à se référer à une majeure performance énergétique.

Parmi les atouts des nouveautés intégrées, on retrouve à 84% la qualité de l’air intérieur, à 81% la gestion des déchets et à 80% le développement d’éco-matériaux.

Les interviewés ont opté majoritairement pour des innovations porteuses d’accessibilité (79%), de développement des énergies renouvelables (77%), et d’amélioration de la gestion de l’eau (72%).

« Pour le CSTB, les résultats de cette 2e édition, démontrent la volonté des TPE et PME de la construction de faire progresser l’innovation », déclare Etienne Crépon, président du CSTB.

R.C
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Chômage partiel dans le BTP : qui sont les plus touchés ? - Batiweb

Chômage partiel dans le BTP : qui sont les plus touchés ?

Les mesures de sécurité établies pour limiter la propagation du coronavirus ont d’abord eu un impact direct : l’arrêt des chantiers. Avec la reprise progressive de ceux-ci, d’autres questions se soulèvent. Le BTP se relèvera t-il de cette crise ? Cette question crée des appréhensions, les surcoûts, les faillites, le chômage, les salaires, autant de doutes que la CAPEB, la FFB et les CERC chiffrent.
La Capeb et Schüco accompagnent les artisans menuisiers et serruriers-métalliers - Batiweb

La Capeb et Schüco accompagnent les artisans menuisiers et serruriers-métalliers

Un pas de plus en faveur des artisans ! La Capeb, qui représente les TPE/PME du BTP, a signé ce 18 septembre un nouveau partenariat avec le spécialiste de la menuiserie Schüco International SCS. Une collaboration qui permettra aux menuisiers et serruriers-métalliers de mieux se former, et aux adhérents de la Confédération de profiter de réductions sur les produits de l’entreprise allemande.
Quel a été l'impact des différents confinements sur le secteur du BTP ? (étude) - Batiweb

Quel a été l'impact des différents confinements sur le secteur du BTP ? (étude)

Le groupe informatique EBP s'est intéressé à l'impact de la crise et des confinements successifs sur l'activité du BTP. Dans son baromètre, il note que les entreprises du bâtiment ont été fortement impactées par le tout premier confinement, durant lequel elles ont eu massivement recours au chômage partiel (67 % la semaine du 1er avril 2020), mais qu'elles ont rapidement repris et se sont adaptées aux contraintes lors des confinements suivants.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter