La charte LED continue de mobiliser la filière de l’éclairage Vie des sociétés | 16.06.19

Partager sur :
Lancé en 2014, la charte LED s’est enrichie. Elle s’engage désormais à fournir 20 critères indispensables pour évaluer la qualité et la fiabilité d’un luminaire LED contre 7 auparavant. Elle vise notamment à renforcer les connaissances des utilisateurs et à garantir des rénovations « performantes » de l’éclairage. Du fabricant au distributeur, la charte mobilise la filière de l’éclairage. Parmi ses adhérents, on retrouve Trilux.

La nouvelle charte LED se veut non seulement la preuve de la volonté des fabricants de valoriser la filière de l’éclairage mais également la traduction de leur engagement en faveur du consommateur.

 

 

Elle répond en effet à quatre objectifs :

 

  • Renforcer les connaissances et la confiance des utilisateurs ;
  • Fournir aux maîtres d’ouvrage un référentiel ;
  • Faciliter la rédaction des cahiers des charges, et la maîtrise des projets d’éclairage ;
  • Garantir des rénovations de l’éclairage « performantes et de qualité ».

 

Elle se compose de 20 critères « importants » pour choisir un luminaire LED contre 7 auparavant parmi lesquels : le flux lumineux initial sortant, l’efficacité lumineuse, la durée de vie utile ou encore le risque photobiologique.

 

 

Selon le Syndicat de l’éclairage, la Charte LED permet « d’identifier un produit responsable, sûr et durable ». C’est « un outil de prescription (…), un outil d’évaluation neutre de prétendues équivalences des performances ».

 

 

« Engagés pour la charte LED, c’est en revendiquant la responsabilité et la fiabilité de leurs produits et des performances affichées que les fabricants du Syndicat de l’éclairage entendent instaurer avec la filière un réel climat de confiance », poursuit-il.

 

 

L’exemple de Trilux

 

 

Parmi les adhérents de la Charte LED, on retrouve Trilux, dont la filiale française fête cette année ses 60 ans. En s’engageant aux côtés d’autres fabricants membres du Syndicat de l’éclairage, le spécialiste des solutions LED haut de gamme affiche sa volonté « d’offrir un cadre transparent et équitable à la filière de l’éclairage : de l’industriel à l’utilisateur final en passant par le prescripteur, le distributeur et l’installateur ».

 

 

Lionel Witkowski, PDG de Trilux France et Président de la Commission Éclairage intérieur du Syndicat de l’éclairage, déclare : « Dans un monde où les équilibres changent fréquemment et avec une rapidité croissante, il est nécessaire de fournir les bons repères au travers d’engagements fermes et définitifs. Plus de 25 ans après une initiative qui avait fait l’adhésion de plusieurs organisations professionnelles quant à la conformité à la norme EN60598, l’industrie de l’éclairage et ses partenaires réitèrent afin d’émettre un signal fort vis-à-vis du marché ».

 

 

Tout comme les autres signataires, Trilux s’engage à fournir des informations « fiables et sincères établies dans le respect des normes les plus récentes, vérifiées dans un laboratoire accrédité et indispensables à la réalisation de projets d’éclairage ».

 

R.C

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Guillermo de Peñaranda, nouveau CEO du groupe TRILUX

Guillermo de Peñaranda, nouveau CEO du groupe TRILUX

A 42 ans, Guillermo de Peñaranda vient d’être nommé CEO du groupe TRILUX. Il succède à Michael Huber qui assumera désormais des fonctions au sein du Conseil de surveillance. Parmi les priorités du nouveau CEO, faire de TRILUX, un « acteur majeur mondial » et poursuivre le travail engagé en termes de « transformation numérique », d’ « internationalisation » et d’ « orientation client ».
Simplifier les normes dans la construction pour réduire les coûts de production

Simplifier les normes dans la construction pour réduire les coûts de production

Huit organisations professionnelles de la construction ont formulé des propositions pour simplifier les réglementations et les normes en matière de construction et d'aménagement des logements. L'objectif est d'endiguer le repli que connaît le secteur en créant les conditions pour faire baisser le coût de production des bâtiments, indiquent ces professionnels qui ont adressé leur message à la ministre du Logement Cécile Duflot.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter