La Fnaim met en garde contre les conséquences de la suppression de la taxe d’habitation Vie des sociétés | 14.12.17

Partager sur :
C’était l’une des promesses d’Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle, et pourtant, la suppression de la taxe d’habitation fait toujours autant polémique. En effet, alors qu’elle organisait son Congrès de l’immobilier les 11 et 12 décembre derniers, la Fnaim a fait part de ses inquiétudes quant aux répercussions que cette mesure pourrait avoir sur les taxes foncières. Explications.
Après s’être réunis au SIMI la semaine précédente, les professionnels de l’immobilier se sont rassemblés les 11 et 12 décembre derniers à l’occasion du Congrès organisé par la Fnaim (Fédération nationale de l’immobilier).

L’occasion pour le nouveau président de l’organisme, Jean-Marc Torrollion, qui succèdera en janvier à Jean-François Buet, d’adresser un message clair au gouvernement. Pour lui, la suppression de la taxe d’habitation, promise par Emmanuel Macron, risquerait de conduire à une « explosion des taxes foncières ».

« Votre gouvernement n’a pas su se faire comprendre dans son approche du secteur privé du logement », a-t-il signalé à Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, présent pour la clôture de l’événement. « Nous saluons la suppression de l’impôt sur la fortune et nous voulons croire que la même logique commandera la suppression de l’IFI [Impôt sur la fortune immobilière, ndlr] ».

Plusieurs solutions envisageables

Pour lui, la suppression de la taxe d’habitation serait certes « une bonne nouvelle pour nous tous », mais sous réserve « qu’elle n’engendre pas une explosion des taxes foncières, dans un pays qui est drogué à la dépense publique ».

Pour y remédier, la Fnaim propose de plafonner cette taxe et de « faire contribuer le logement social à une plus juste proportion au financement des collectivités locales ». Elle réclame également une division « au minimum » par trois des droits de mutation, ces taxes perçues par les collectivités locales et l’État en cas de vente immobilière.

Le nouveau président de la Fnaim souhaite par ailleurs que son organisation soit davantage « consultée » pour la réforme du logement et que « le cumul de la garantie des loyers et du cautionnement personnel » soit rétabli pour « rééquilibrer les rapports propriétaires-locataires ».

Pragmatique, Jacques Mézard a fait savoir que ces « propositions seront examinées avec bienveillance », avant de conclure : « Je ne suis pas le Père Noël ».

F.C (avec AFP)
Photo de Une : @FNAIM (Twitter)
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Face au marché paralysé, la Fnaim émet des propositions - Batiweb

Face au marché paralysé, la Fnaim émet des propositions

La Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) aborde son 67e congrès dans l’inquiétude face à une crise omniprésente qui paralyse le marché. Mais elle se veut constructive et met en avant des propositions concernant la Garantie universelle des loyers, les honoraires de location, ou encore la gestion des copropriétés via un extranet.
 Logement : « Pas de remise en cause de la loi Alur » (Stéphane Le Foll) - Batiweb

Logement : « Pas de remise en cause de la loi Alur » (Stéphane Le Foll)

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a assuré mercredi qu'il n'y avait « pas de remise en cause » de la loi pour l'accès au logement et à un urbanisme rénové), démentant ainsi des informations de presse sur un possible retricotage de la loi. Votée en février dernier, cette loi doit être complétée par une centaine de décrets d'application qui n'ont pas encore été pris. Retour sur la polémique.
Les 4 propositions de la FNAIM aux candidats à la présidentielle  - Batiweb

Les 4 propositions de la FNAIM aux candidats à la présidentielle

A l’occasion de son Congrès, la FNAIM a interpelé les candidats à la présidentielle afin que le logement soit replacé au coeur du débat politique. En effet, selon son Président Jean-François Buet, l’immobilier « ne semble pas obséder » la campagne. La Fédération a donc formulé quatre propositions aux candidats. Au programme : fiscalité, impôts locaux, loi Alur, logements existant et social.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter