Le RSI vit ses derniers mois Vie des sociétés | 22.06.17

Partager sur :
Le Régime Social des Indépendants (RSI) n’en a plus pour longtemps. Au 1er janvier 2018, il aura disparu, fondu dans le régime général, qui assure les salariés du secteur privé. La mesure, décidée le 31 mai, sera votée à l’automne dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale. Une décision qui a fait bondir les administrateurs RSI, qui se sont exprimés ce 21 juin.
Une réforme sensible, un calendrier particulièrement court… Voilà une opération qui ne sera pas de tout repos. Le RSI, qui était depuis des années la cible de polémiques, et dont l’avenir, depuis plusieurs mois, semble précaire, a réagi avec vivacité à la réforme qui mettra fin à son existence.

Ce 21 juin, les administrateurs nationaux du RSI ont condamné l’attitude du gouvernement et du président de la République Emmanuel Macron, qui oppose le silence « face à plusieurs sollicitations de rencontres formulées ces dernières semaines », affirmant être victimes d’une « supression à marche forcée » sans aucune concertation.

Il faut dire qu’ils n’ont pas apprécié d’être alertés le 31 mai en même temps que tout le monde, par simple voie de presse, de l’annonce du porte-parole du gouvernement évoquant leur suppression. Une attitude qu’ils jugent « comme une marque de mépris infligé au régime » et un « 49-3 social ». Dans le communiqué, les administrateurs ont déclaré réitérer « leur volonté d’obtenir promptement une audience auprès du président de la République et de son gouvernement ».

Peser sur les négociations

L'organisme a également annoncé « la tenue d’un conseil d’administration national extraordinaire le mercredi 28 juin 2017 élargi aux présidents des 29 caisses régionales » afin de « peser sur les orientations portant sur le devenir de la sécurité sociale pour les indépendants » et « préparer la défense des droits des assurés artisans, commerçants et professions libérales actifs et retraités confrontés aux incertitudes quant à l’avenir de leur protection sociale dédiée ».

Pas sûr que cela suffise à décourager Emmanuel Macron, pour qui la suppression du RSI était une des mesures phares de son programme économique lors de la campagne présidentielle. Il faut dire que le régime, depuis sa création en 2006, enchaînait les critiques et les polémiques, malgré de nombreuses réformes et remises en question afin de se moderniser. Des efforts qui n’auront semble-t-il pas suffi à satisfaire les 7 millions de concernés par le régime.

F.T
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Supprimer le RSI « n’est pas le bon programme » selon ses administrateurs - Batiweb

Supprimer le RSI « n’est pas le bon programme » selon ses administrateurs

Lors d’une conférence de presse organisée ce jour, les administrateurs élus du Régime social des indépendants, ont répondu à ceux qui veulent « la mort » du RSI. A travers cinq propositions, ils ont notamment appelé les candidats à la présidentielle à ne pas mettre en péril ce régime de protection sociale qui concerne près de 7 millions de travailleurs indépendants. Supprimer le RSI « n’est pas le bon programme » avancent-ils.
« Les gestionnaires du RSI sont à côté de la plaque » selon l'U2P - Batiweb

« Les gestionnaires du RSI sont à côté de la plaque » selon l'U2P

Menacé de suppression, le RSI n’a pas tardé à réagir. S’estimant injustement attaqués par certains candidats à la présidentielle, ses administrateurs ont formulé une série de propositions pour améliorer le service. Malgré les efforts, ces propositions ne semblent pas avoir convaincu les travailleurs indépendants. L’U2P estime notamment que le RSI est à « côté de la plaque » et a proposé « des mauvaises solutions à de vrais problèmes ».
Jacques Chanut interpelle Emmanuel Macron - Batiweb

Jacques Chanut interpelle Emmanuel Macron

Lors d’une réunion organisée mercredi 9 décembre avec Emmanuel Macron, Ministre de l’Economie, le Président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB) Jacques Chanut, n’a pas manqué de faire part de son inquiétude face au projet de loi Noé qui prévoit de revoir les qualifications nécessaires pour exercer certains métiers. Il s’est également référé à la réforme du Régime social des Indépendants jugée insuffisante au regard des attentes des entrepreneurs.
Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée - Batiweb

Réunion sur les choix stratégiques pour la transition énergétique à l’Elysée

Le Président Emmanuel Macron a réuni hier après-midi, mercredi 24 octobre, une trentaine de dirigeants d’entreprises, parmi lesquels les dirigeants d’EDF, Engie, Total, Orano, Vinci, Saint-Gobain ou Veolia, mais aussi des organismes de recherche comme le CNRS ou l’INRA, pour une « séance de travail » en prévision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui devrait être annoncée à la mi-novembre.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter