Les fonds immobiliers désormais éligibles au label Transition énergétique et écologique Vie des sociétés | 13.06.18

Partager sur :
Lancé dans le dynamique de la COP21 en décembre 2015, le label Transition énergétique et écologique étend son périmètre aux Organismes de placement collectif immobilier (OPCI) et aux sociétés civiles de placement immobilier (SCPI). Cette extension permettra la labellisation et la création de nouveaux fonds verts dédiés à l’immobilier.
Le label Transition énergétique et écologique a pour ambition d’accroître les investissements en faveur de la croissance verte, soit en mettant en lumière les fonds d’investissement « verts » existants, soit en suscitant la création de nouveaux fonds.

L’idée est de mobiliser une partie de l’épargne au bénéfice de la lutte contre le changement climatique et de porter l’excellence écologique française au plan européen.

Depuis son lancement en 2015, la démarche suscite l’engouement des entreprises. 19 fonds d’investissement ont ainsi déjà reçu le label. C’est pourquoi le comité TEEC a décidé en mars dernier, d’étendre le périmètre du label aux OPCI et SCPI.

« Cette extension permettra la labellisation et la création de nouveaux fonds verts dédiés à l’immobilier, acteur incontournable de la transition écologique et solidaire », souligne un communiqué.

Participer pleinement à la transition énergétique

Tout OPCI et SCPI peut adresser sa candidature à l’un des 3 organismes labellisateurs habilités à délivrer le label TEEC : Afnor Certification, EY et Novethic.

Le label constitue « un repère de référence pour les épargnants souhaitant participer au financement de l’économie verte ».

Les critères de labellisation restent les mêmes. Pour se voir délivrer le label, le fonds d’investissement doit respecter quatre catégories de critères :

- La part verte. Le référentiel du label liste 8 catégories d’activités entrant dans le champ de la transition énergétique et écologique et de la lutte contre le changement climatique et éligibles au financement du fonds candidat : énergie, bâtiment, économie circulaire, industrie, transports propres, technologies de l’information et de la communication, agriculture et forêt, adaptation au changement climatique.

- Les exclusions et les controverses ESG. Le référentiel exclut du périmètre d’investissement des fonds labellisés certaines activités économiques contraires à la transition énergétique et écologique : exploration-production et exploitation de combustibles fossiles, filière nucléaire.

- L’impact effectif sur la transition énergétique et écologique.

Les candidats devront répondre à un niveau d’exigence élevé quant à la qualité « verte » de leurs bâtiments. Ils devront en outre présenter une certification ou un label environnemental, une analyse en cycle de vie, et un label énergétique s’appuyant sur la réalisation d’une étude thermique dont les performances énergétiques sont supérieures aux normes locales.

R.C

Photo de une : ©Fotolia

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Pékin et Washington ratifient l’Accord de Paris sur le climat

Pékin et Washington ratifient l’Accord de Paris sur le climat

La Chine et les Etats-Unis, les deux plus gros émetteurs de gaz à effet de serre, ont annoncé le 3 septembre, la ratification de l’accord de Paris sur le climat, une nouvelle perçue comme un « bon signal » envoyé au reste du monde par de nombreux experts et ONG. La ministre de l’Environnement et Présidente de la COP21, Ségolène Royal, a d’ores et déjà invité tous les pays « et notamment ceux réunis au G20 », à faire de même.
Bâtiment connecté, où en est-on ?

Bâtiment connecté, où en est-on ?

A l’occasion du Salon de l’Immobilier d’entreprise (SIMI) 2017, la Charte « Bâtiments connectés, bâtiments solidaires et humains » a été lancée. L’initiative, qui compte aujourd’hui 127 signataires, a défini un cadre de référence qui s’est concrétisé par la publication de référentiels techniques mais également par la mise en place de deux labels dédiés « Ready to Services » et « NF Habitat HQE » mention « bâtiment connecté ». Un an après le lancement de la démarche, où en est-on ?
Lancement du 1er label Bâtiment Bas Carbone

Lancement du 1er label Bâtiment Bas Carbone

L’association pour le développement du bâtiment bas carbone (BBCA), le CSTB et CERTIVEA ont lancé le 1e label Bâtiment Bas Carbone à l’occasion de la COP 21. Il sera délivré à partir du printemps 2016 par CERTIVEA et viendra compléter les dispositifs d’évaluation de performance énergétique déjà existants. Il permettra de mesurer l’empreinte carbone des bâtiments tout au long de leur cycle de vie. Le label est une première mondiale.
COP 21 : les engagements de la filière bâtiment

COP 21 : les engagements de la filière bâtiment

Dans le cadre de la Conférence Paris climat 2015, et de la journée spéciale Bâtiment à la COP 21, le Plan Bâtiment Durable associé à France GBC, a présenté les engagements de la filière bâtiment au plan national. Ces engagements ont pour objectif de favoriser la collaboration internationale entre l’ensemble des acteurs et présenter les initiatives françaises en matière de bâtiment durable.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter