Les négoces de matériaux s’impliquent pour la récupération des déchets du BTP Vie des sociétés | 09.05.19

Partager sur :
Depuis 2017 et la loi sur la Transition énergétique pour une croissance verte, les distributeurs de matériaux ont l’obligation de reprendre les déchets correspondants aux produits qu’ils vendent. La Fédération du Négoce de Bois et des Matériaux de construction (FNBM) vient de publier une enquête menée auprès de ses adhérents. 2 675 points de vente ont répondu à l’appel. La FNBM livre le portrait des solutions proposées par les négoces dans un rapport complet.

En 2017, 1 928 entreprises s’étaient déclarées concernées par l’obligation de reprise des déchets de matériaux auprès des professionnels, comme l’impose la loi sur la Transition énergétique. En 2018, elles ont été 2 675 à répondre aux questions posées par la FNBM qui se réjouit de constater « une progression des négoces engagés dans le dispositif de 38,74% en 18 mois ». Près de la moitié (48%) du nombre total d’adhérents à la Fédération (éligibles ou non à l’obligation légale) offrent une solution de reprise des déchets. Encore mieux : beaucoup en proposent plusieurs.  

 

Une obligation, plusieurs solutions

 

Les négociants concernés par le dispositif en vigueur depuis le 1e janvier 2017, sont ceux disposant d’une surface de vente de plus de 400 m² et réalisant plus d’un million d’euros de chiffre d’affaires. « Le texte définit l’obligation du négociant à une organisation de la reprise dans un rayon de 10km, à l’attention de ses clients professionnels et uniquement sur les déchets des matériaux ou même type de matériaux qu’il vend », précise la FNBM. Pour réaliser la synthèse de l’enquête, la Fédération a du prendre en compte 4 498 solutions car « de nombreux points de vente engagés dans le dispositif, n’ont pas retenu une mais plusieurs offres de solutions pour accompagner leurs clients professionnels dans la gestion de leurs déchets ».

 

Sous-traiter à un professionnel privé

Les solutions proposées par les 2 675 négociants :

  • 1975 négoces, soit 44%, ont une convention avec un opérateur privé
  • 875 négoces (20%) ont des contenants adaptés, type big bag sur leur point de vente
  • 830, soit 18%, proposent aux professionnels des solutions de reprise sur le chantier 
  • 504 négoces (11%) ont des contenants adaptés, type bennes sur leur point de vente
  • 190, soit 4%, ont conventionné avec un opérateur public 
  • 125 négoces (3%) ont une déchèterie professionnelle sur leur point de vente

 

Sur les 2 675 réponses reçues, 1 975 distributeurs de matériaux ont signé une convention avec un opérateur privé spécialisé dans le déchet, soit 44%. Cette solution est la plus répandue, offrant moins de contraintes que la mise en place d’une déchèterie professionnelle directement sur le site. Seul 125 négoces ont mis ce système en place mais il impose « un investissement significatif : disponibilité du foncier, sécurisation et mise aux normes du site et personnel formé », explique la FNBM. Entre la prise en charge complète par la création d’une déchèterie sur le point de vente, et celle de la sous-traitance totale, trois solutions se présentent comme des alternatives fréquentes : mise à disposition d’un big-bag au sein du magasin (20%), collecte sur le chantier du client (18%) et mise à disposition de bennes sur le point de vente (11%). Seul 3% des négociants sous-traitent la prise en charge des déchets avec un opérateur public.

 

Extrait du rapport de la FNBM, avec résultats ventilés par région et cartographiés

 

Le rapport de la Fédération du Négoce de Bois et des matériaux de construction présente les résultats des solutions proposées par région à l’aide de cartes.

 

L. C.

Photo de Une : © Adobe Stock 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L'Ademe identifie 23 freins au réemploi des matériaux de construction

L'Ademe identifie 23 freins au réemploi des matériaux de construction

Afin d'encourager le réemploi des matériaux de construction, l'Ademe vient de mener une étude pour identifier les freins et les blocages liés à cette pratique dans le secteur du BTP. Entre normes pas toujours bien définies et manque d'informations des acteurs, il reste encore du chemin à parcourir pour démocratiser le recyclage et le réemploi. Pourtant, les bénéfices seraient chiffrables à court et moyen termes, selon l'Ademe.
L'OPPBTP consacre un nouveau guide à l'héliportage

L'OPPBTP consacre un nouveau guide à l'héliportage

Particulièrement pertinent en cette période d’intempéries de toutes sortes, l'héliportage permet aux professionnels du bâtiment de transporter des outils ou matériaux afin d'approvisionner des chantiers difficiles d'accès. Afin d'éviter tout incident dû à ce procédé, l'OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics) a récemment publié un guide reprenant les règles de bonnes pratiques de l'héliportage. Présentation.
Déchets du BTP : les distributeurs de matériaux veulent être plus accompagnés

Déchets du BTP : les distributeurs de matériaux veulent être plus accompagnés

Les recours déposés n’auront pas suffi : le Conseil constitutionnel a validé le décret obligeant les négoces à reprendre les déchets issus des matériaux et produits qu’ils vendent. Malgré cette décision, la filière ne baisse pas les bras. Dans un communiqué, le Comité de liaison de la distribution professionnelle au bâtiment (CLAB) a notamment indiqué étudier le dépôt d’un référé pour la suspension de cette obligation.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter