Reprise des déchets : le décret d'application validé par le Conseil d'Etat Eco-construction | 03.09.18

Partager sur :
Par une décision du 16 août 2018, le Conseil d’Etat a validé le décret du 10 mars 2016 obligeant les distributeurs de matériaux de construction à organiser la collecte des déchets issus des chantiers. La Haute juridiction a ainsi rejeté le recours déposé par diverses organisations professionnelles dont la CGI (Confédération française du commerce de gros et international) et n’a pas suivi la recommandation d’annulation partielle du dit décret reçue le 28 juin dernier.
Les distributeurs et négociants de matériaux devront bel et bien organiser la reprise des déchets issus des produits qu’ils vendent ! Par une décision du 16 août 2018, le Conseil d’Etat a en effet validé le décret du 10 mars 2016 qui faisait l’objet d’un recours déposé par la Confédération du commerce de gros et international (CGI).

La CGI demandait au Conseil d’Etat « d’annuler pour excès de pouvoir le décret n°2016-288 du 10 mars 2016 (…) » et de « mettre à charge de l’Etat la somme de 5 000 euros au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ».

Rappelons que le 28 juin dernier, la Haute juridiction avait également reçu une recommandation d’annulation partielle du décret.

Le négoce poursuit l’effort de reprise

Dans un communiqué, la Fédération du Négoce de Bois et des Matériaux de construction dit « prendre acte de cette décision ». Le dispositif « ainsi que son décret d’application est désormais figé ».

Les adhérents « se sont résolument engagés dans le processus voulu par le législateur sans attendre l’issue des recours déposés devant les juridictions constitutionnelle et administrative », déclare Franck Bernigaud, président de la FNBM. Une dynamique qu'il faut maintenir. La FNBM invite en effet les sociétés à « poursuivre les conventionnements aussi bien avec des collectivités locales qu’avec des collecteurs privés ou le développement des solutions adaptées sur les points de vente ».

Elle indique par ailleurs qu’elle « exercera toute sa vigilance pour que l’engagement du négoce dans l’organisation de la reprise, continue d’être valorisé, préservé et reconnu, notamment lors des groupes de travail initiés pour la mise en œuvre des dispositions de la feuille de route Economie circulaire ».

Franck Bernigaud souligne enfin qu’il serait « inconcevable que la profession qui assume ses responsabilités, doive faire face à de nouvelles contraintes qui viendraient perturber » les règles « désormais établies ».

Rappelons que le négoce ainsi que de nombreux acteurs de la construction se sont déclarés contre la création d’une nouvelle REP (responsabilité élargie des producteurs) dédiée aux déchets du bâtiments tel que préconisé par le rapport Vernier.

Ils estiment notamment que la mise en place d’une REP bâtiment pourrait « geler l’ensemble des actions déjà réalisées et initiatives en cours » et peser sur le chiffre d’affaires des sociétés concernées.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

Alors que le Gouvernement a publié, le 23 avril dernier, sa feuille de route économie circulaire, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) annonce le lancement de deux outils à destination des artisans et entrepreneurs. Soutenus par l’Ademe, ils visent à accompagner le secteur dans la valorisation des déchets de second œuvre issus de site de démolition/réhabilitation.
Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

En octobre 2017, Jacques Vernier s’est vu confier la mission de repenser le modèle des filières REP (responsabilité élargie des producteurs) afin qu’il s’adapte aux nouveaux enjeux de recyclage et favorise la transition de la France vers une économie circulaire. Parmi les propositions formulées, la création de 5 nouvelles filières dont une dédiée aux déchets du bâtiment ; une préconisation aujourd’hui contestée par les professionnels de la construction.
En 2017, le volume de déchets du BTP collectés a progressé de +2%

En 2017, le volume de déchets du BTP collectés a progressé de +2%

Avec une croissance de 2%, l’année 2017 a été « satisfaisante » pour la majorité des entreprises de tri, a annoncé, mercredi 17 octobre, la Fédération des entreprises du recyclage (Federec). Le bâtiment fait partie des bons élèves, le volume de déchets collectés ayant lui aussi augmenté de 2% pour atteindre 40 millions de tonnes. 2019 devrait cependant être « très agitée ». En effet, l’idée d’une « REP Bâtiment » inquiète toujours autant les professionnels du secteur.
Traitement des déchets du BTP : une application smartphone au plus proche des chantiers

Traitement des déchets du BTP : une application smartphone au plus proche des chantiers

La Fédération française du Bâtiment vient de concevoir une nouvelle application pour smartphones dédiée aux professionnels du BTP. Celle-ci leur permet de trouver les prestataires chargés de la collecte et du traitement des déchets du bâtiment, qui sont les plus proches de leur chantier. Une application utile pour faire face au gisement de 250 millions de tonnes de déchets produits chaque année sur les chantiers.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter