Tractebel réaménage le Stade nautique olympique d’Ile-de-France pour les JO 2024 Vie des sociétés | 31.10.19

Partager sur :
A la suite du concours international lancé en 2012 par le Conseil Régional et les fédérations françaises et internationales de canoë-kayak et d’aviron, le cabinet d’architecture Auer Weber, en cotraitance avec le bureau d’études Tractebel, a été désigné à la tête du réaménagement du stade nautique olympique à Torcy (77). L’utilisation des différents matériaux comme le bois, l’acier et le béton armé ont fait de cette construction un projet innovateur.

Avec une superficie de 17 000 m², le stade nautique d’île-de-France est considéré comme le plus grand centre d’eau vive d’Europe. Le complexe, qui accueillera les épreuves de canoë-karak et d’aviron pendant les JO de 2024, est composé de rivières artificielles, de 4 pôles de 3 bâtiments bioclimatiques HQE, avec une majorité de bois et de verre, et d’aménagements réalisés dans le lac (tour d’arrivée et passerelle).

 

L’expertise de Tractebel

L’ingénierie des structures en béton armé, acier et bois, a été assurée par Tractebel, en collaboration avec un groupement formé avec l’architecte Auer Weber et d’autres bureaux d’études.

Tractebel est intervenu de la conception du projet à la mise en service des installations techniques.

L’entreprise a également mis à profit son expertise en matière de construction bois pour la réalisation du Bâtiment d’Arrivée Eau Vive (BAEV) constituée d’une structure en bois massif sur radier en béton armé, ainsi que de la salle panoramique située en toiture du pôle et des logements du pôle 4

Ainsi, Tractebel a conçu les différentes structures atypiques du projet tout en respectant les conditions environnementales et architecturales :

  • Le Stade d’eau vive est constitué de rivières, bassins et structures uniques pour abriter les pompes et les escalators à bateaux. Les bassins sont réalisés en béton armé ou gabion et selon les conditions géotechniques rencontrées, ponctuellement en palplanche métalliques.
  • Les bâtiments ponts qui franchissent la rivière d’entraînement, ont été conçus sur 2 étages grâce à la maîtrise des déformations différées du béton armé.
  • La Tour d’Arrivée qui a été réalisée sur pilotis, est reliée à la base nautique par une passerelle métallique carrossable.  Cette Tour dispose de 3 niveaux de planchers construits avec 3 différents matériaux tels que les fondations métalliques dans le fond du lac ; un socle et un noyau en béton armé pour la stabilité de la tour, et une structure secondaire en bois.

 

Ce projet atypique a su démontrer l'expertise pluridisciplinaire de Tractebel grâce notamment à l'assemblage de différents matériaux tels que le bois l'acier ou encore le béton armé au profit de la transition énergétique.

 

D.T
Photo de Une : ©Gaël Arnaud ; architecte mandataire: Auer Weber.

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La filière bois française à l’honneur pour les Jeux Olympiques de 2024

La filière bois française à l’honneur pour les Jeux Olympiques de 2024

Les contours du chantier des Jeux Olympiques de 2024 se précisent, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les constructions feront la part belle au bois. Le village olympique et paralympique ainsi que le cluster des médias seront en effet réalisés dans ce matériau biosourcé et renouvelable. L’organisation France Bois 2024 s’est ainsi formée pour accompagner les entreprises dans ce challenge qui constitue une véritable opportunité pour la filière bois française.
Tour Triangle : la justice valide le projet de construction

Tour Triangle : la justice valide le projet de construction

Après des années de controverses et de recours, la justice a statué ce lundi 6 mai sur le sort de la très contestée Tour Triangle : aux dernières nouvelles, cette dernière verra bien le jour. Le tribunal administratif a en effet validé le projet de construction après avoir estimé qu’il n’était pas entaché d’illégalité. La première pierre de l’édifice devrait donc être posée en 2020 pour une ouverture avant les Jeux Olympiques de 2024.
JO 2024 : Paris s’engage à hauteur de 145 millions d’euros

JO 2024 : Paris s’engage à hauteur de 145 millions d’euros

145 millions d’euros, c’est le montant que la ville de Paris s’est engagée à investir pour la construction et la rénovation d’infrastructures, nécessaires à l’accueil des Jeux Olympiques 2024. Cette annonce est une étape « formelle » et « extrêmement importante » dans la candidature de la capitale française qui doit rendre, le 7 octobre prochain, un nouveau dossier portant sur la gouvernance, les aspects juridiques et le financement des Jeux.
Jeux Olympiques : quelles infrastructures pour accueillir la compétition à Paris ?

Jeux Olympiques : quelles infrastructures pour accueillir la compétition à Paris ?

C’est désormais officiel ! Le Comité international olympique a annoncé ce 11 juillet avoir confié l’organisation des Jeux Olympiques 2024 et 2028 à Paris et Los Angeles. Si la capitale française n’est pas encore certaine d’organiser la prochaine compétition, le CIO devant rendre sa décision finale en septembre prochain, elle semble néanmoins en bonne voie, disposant déjà de nombreuses infrastructures pour accueillir les différentes épreuves.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter