Travail détaché : Patrick Liébus s'adresse au Parlement Européen Vie des sociétés | 09.11.16

Partager sur :
Patrick Liébus, en sa qualité de Président de la Capeb et de European Builders Confederation (EBC), s’est exprimé, mardi 8 novembre, devant le Parlement Européen afin de porter les revendications des artisans du Bâtiment à l’aune de la révision de la directive sur le travail détaché. Il a notamment appelé les parlementaires à agir pour le développement d’une concurrence saine, basée sur l’innovation et la spécialisation.
« Nous sommes favorables à une révision de la directive sur le travail détaché pour le retour à une concurrence saine », a déclaré Patrick Liébus lors d’un discours prononcé devant le Parlement Européen ce mardi.

En effet, à l’aune de la révision de la directive, le président de la Capeb, en sa qualité de Président d’EBC, a tenu à faire parvenir les revendications des artisans du Bâtiment aux parlementaires.

Dans un communiqué commun, la Capeb et EBC rappellent qu’au niveau européen, « les chiffres sont sans appel (…). On dénombre près de 2 millions de travailleurs détachés en Europe. Ils sont 44% à travailler dans la construction soit 5% de la population active du secteur ». Des chiffres qui pourraient encore s’amplifier si la directive ne se « réadapte » pas à la réalité contrastée du marché.

« Force est de constater que le marché du travail de l’UE a beaucoup évolué ces dernières années avec l’intégration de 13 nouveaux Etats membres aux conditions économiques et de l’emploi qui diffèrent fortement de celles en place dans d’autres pays de l’Union Européenne », souligne la Capeb.

Au vu du besoin en main d’œuvre particulièrement important dans le bâtiment, l’organisation professionnelle s’inquiète de l’impact critique du coût de la main d’œuvre étrangère sur la compétitivité des entreprises de l’artisanat du bâtiment.

« Les mêmes règles pour tous ! »

Pour contrer les conséquences d’une concurrence déloyale, la Capeb estime qu’il est fondamental que les travailleurs détachés et locaux soient soumis aux mêmes règles, afin d’évoluer vers « une concurrence fondée sur l’innovation et la spécialisation ».

« Le détachement doit être source d’emplois qualifiés pour répondre au besoin de main d’œuvre, et non un vecteur de fragilisation », poursuit le communiqué.

Trois propositions pour une révision « efficace » de la directive

Pour permettre l’émergence d’une concurrence « saine », la Capeb et EBC ont formulé trois propositions au Parlement Européen. Doit être revue la durée du détachement. Il s’agit de fixer une durée maximale de détachement réaliste, définie conjointement avec les partenaires sociaux sectoriels et les autorités publiques ; Et aussi de prendre en compte les détachements dès qu’ils sont effectifs dans le calcul des durées cumulées en cas de remplacement des salariés.

Concernant les agences intérimaires, les organismes préconisent de supprimer le détachement par la voie de sociétés d’intérim, dont le recours abusif permet de contourner la loi du travail intérimaire. « Il faut prendre en compte les conclusions du rapport Savary, indiquant une augmentation de plus de 3000% du détachement en France ces 5 dernières années », dit la Capeb.

Enfin, pour ce qui est des niveaux de rémunration, la CAPEB et EBC proposent d’intégrer les accords fixés à l’échelon régional ou local pour préserver les travailleurs, « étant donné que les barèmes salariaux ne sont pas toujours fixés au niveau national ».

« A travers ces propositions, nous tenons à souligner la nécessité d’agir pour mettre fin à cette situation qui ne permet pas le développement d’une compétitivité saine, ni l’innovation et la montée en compétence du secteur », a indiqué Patrick Liébus.

« Nous sommes résolument engagés en faveur de la protection des travailleurs, de la lutte contre le dumping social et toute forme de concurrence loyale », a-t-il conclu.

R.C
Photo de une : Compte Twitter Officiel ©capeb_fr
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

16 nouvelles mesures pour lutter contre le travail illégal

16 nouvelles mesures pour lutter contre le travail illégal

A l’occasion de la Commission nationale de la lutte contre le travail illégal (CNLIT), Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a annoncé 16 mesures pour « mieux » lutter contre la fraude au détachement et le travail non déclaré. Elle est également revenue sur les chiffres 2016-2017 : alors que le nombre d’amendes a été multipliée par deux, le nombre de salariés détachés a augmenté de 46%, une situation qui s’explique notamment par « l’effet dissuasif » des sanctions et contrôles.
Travail détaché : Bruxelles maintient sa proposition

Travail détaché : Bruxelles maintient sa proposition

En mai dernier, onze pays européens avaient adressé un « carton jaune » à la commissaire européenne à l’Emploi et aux Affaires sociales, Marianne Thyssen, après qu’elle ait proposé de réformer la directive de 1996 sur les travailleurs détachés. Ce mercredi, la commissaire a annoncé qu’elle n’avait pas l’intention de modifier ou retirer son projet destiné à lutter contre le dumping social.
Concurrence déloyale dans le Bâtiment : comment y faire face ?

Concurrence déloyale dans le Bâtiment : comment y faire face ?

Alors que le détachement des travailleurs va être au cœur des débats du Conseil des ministres du travail européens de lundi prochain, les artisans du Bâtiment insistent sur la pression que la concurrence déloyale représente au quotidien pour les entreprises du secteur. Plusieurs idées ont été émises et un plan de lutte vient d'être annoncé par le gouvernement pour l’année 2014.
« Nous devons lutter contre les stéréotypes et les obstacles culturels », Patrick Liébus

« Nous devons lutter contre les stéréotypes et les obstacles culturels », Patrick Liébus

Le 13 octobre dernier, l’European Builders Confédération (EBC) a fêté ses 25 ans lors d’un événement organisé au Parlement Européen de Bruxelles. A cette occasion, Patrick Liébus, président de la Confédération des Petites Entreprises et de l’artisanat du Bâtiment (Capeb) et d’EBC, est revenu sur l’importance d’intégrer davantage de femmes et de jeunes dans le bâtiment afin de répondre au défi démographique auquel se confronte la profession.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter