Trophées Sécurité : le SFIC récompense 3 cimenteries LafargeHolcim

Vie des sociétés | 23.04.21
Partager sur :
Trophées Sécurité : le SFIC récompense 3 cimenteries LafargeHolcim - Batiweb
A l'occasion de ses Trophées Sécurité, le Syndicat Français de l'Industrie Cimentière (SFIC) a dévoilé les trois cimenteries récompensées, ainsi que le Prix Spécial Bonnes Pratiques, lancé en 2020. Pour cette nouvelle édition, trois cimenteries LafargeHolcim ont été distinguées, ainsi qu'une cimenterie Ciments Calcia.

Chaque année, le Syndicat Français de l'Industrie Cimentière (SFIC) récompense les cimenteries les plus exemplaires en termes de prévention des risques professionnels et de sécurité parmi la trentaine de sites présents en France.

 

Ces « Trophées Sécurité » se basent sur un bilan chiffré des données remontées aux Caisses d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail (CARSAT), et se fondent sur deux principaux critères : le nombre d'accidents du travail avec arrêt (ATAA), et le taux de fréquence des accidents du travail avec ou sans arrêt obtenu sur les trois dernières années. Pour être éligibles à ces trophées, les cimenteries doivent notamment ne pas avoir enregistré d'ATAA sur l'année écoulée.

 

« En matière de sécurité, l'industrie cimentière peut apparaître comme exemplaire, avec un bilan sécurité comparable à celui du secteur de la banque et de l'assurance », se félicite le SFIC.

 

Pour cette nouvelle édition, trois cimenteries ont été distinguées, dont deux du groupe LafargeHolcim : celles de Port-la-Nouvelle, dans l'Aude (11), et de Contes, en Charente-Maritime (17). Autre cimenterie primée : celle de Ciments Calcia, située à Beaucaire, dans le Gard (30).

 

Un Pass sécurité digital pour valoriser les bonnes pratiques

 

Créé l'année dernière, le Prix Spécial Bonnes Pratiques, qui valorise les initiatives au quotidien, a quant à lui été attribué à une autre cimenterie LafargeHolcim : celle de Saint-Pierre-La-Cour, en Mayenne (53).

 

Sur ce site, un outil dématérialisé a été déployé pour mesurer la sécurité durant les arrêts de production. Un Pass sécurité digital doté d'un capital de 12 points est attribué à chaque intervenant extérieur. Les écarts sont consignés chaque jour, et des bonus peuvent être attribués selon un barème établi. Il s'agit notamment d'améliorer la prévention et de récompenser les trois intervenants les plus précautionneux.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Expoprotection 2018 : plus de 300 innovations vous attendent ! - Batiweb

Expoprotection 2018 : plus de 300 innovations vous attendent !

Du 6 au 8 novembre 2018, le salon Expoprotection revient pour une 27ème édition ! L’événement, qui se tiendra à Paris – Porte de Versailles, illustre les tendances actuelles en matière de prévention et gestion des risques. Cette année, le nombre d’inscrits bat tous les records : 780 exposants seront présents (+ 4% vs 2016) dont 300 nouveaux participants. Des animations inédites seront proposées aux visiteurs parmi lesquelles la mise en place de quatre villages experts.
Les chefs d'entreprise de moins en moins préoccupés par la sécurité de leurs salariés - Batiweb

Les chefs d'entreprise de moins en moins préoccupés par la sécurité de leurs salariés

Selon une enquête réalisée par l'Institut national de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accident du travail et des maladies professionnelles (INRS), les chefs des petites et très petites entreprises se préoccupent de moins en moins de la santé et de la sécurité de leurs salariés, depuis 2010. En matière de prévention, le minimum est en effet perçu comme « suffisant ». Analyse.
La prévention, une affaire rentable pour les entreprises du BTP ? - Batiweb

La prévention, une affaire rentable pour les entreprises du BTP ?

Selon la dernière enquête réalisée par l'INRS*, la prévention sur les questions de santé et de sécurité au travail en France perd du terrain en raison du « contexte économique difficile de ces dernières années ». Pourtant, investir dans du matériel, aménager son atelier ou encore organiser mieux ses chantiers aurait un impact économique positif sur l'activité d'une entreprise du BTP, selon la dernière étude publiée par l'OPPBTP.