Vers un stockage de l’énergie solaire à une échelle industrielle ? Vie des sociétés | 10.09.14

Partager sur :
Leclanché S.A., l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et Romande Energie testent à l'échelle réelle un nouveau système de stockage de grande capacité et de longue durée de l'énergie solaire. Cofinancé par l’Etat de Vaud (Suisse), ce projet pilote pourrait apporter une vraie plus-value dans la valorisation des énergies renouvelables.
Deux millions de francs suisses. C'est la coquette somme allouée au « Laboratoire des systèmes électriques distribués » par l’Etat de Vaud, dans le cadre de son programme « 100 millions pour les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique ». Objectif ? Étudier des solutions inédites de type industriel pour stocker l’énergie solaire et pouvoir ensuite la distribuer de façon optimale lors des pics de consommation pendant la journée. Outre l'Etat de Vaud, collaborent à ce projet pilote l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), Leclanché S.A. Et Romande Energie.

Une batterie Lithium-ion titanate novatrice

Développé par Leclanché, le dispositif de stockage reposera sur une batterie Lithium-ion titanate novatrice, qui utilise du titanate au lieu du traditionnel graphite. Cette dernière fonctionnera en lien avec le parc solaire de Romande Energie à l’EPFL, l’une des plus grandes installations solaires électriques de Suisse Romande.

« Le stockage de l’énergie électrique à travers l’utilisation de batteries de grande capacité et longue durée de vie est un véritable défi qui conditionne l’intégration massive des énergies renouvelables destinées à la production d’électricité. Ce partenariat va nous permettre de valider les technologies utilisées pour stocker l’énergie solaire à une échelle industrielle. L’enjeu est donc très important », explique le Professeur Paolone de l'EPFL.

Un laboratoire sur le campus

De la taille d’un container maritime, le dispositif de Leclanché sera connecté à l’installation photovoltaïque mise en place par l’EPFL et Romande Energie sur une surface de 15 000 m2. Le container sera équipé de cellules Lithium-ion titanate hautement performantes de Leclanché disposant d’une très longue durée de vie, avec environ 15 000 cycles de charge-décharge, contre 3 000 habituellement. Pour accroître la sécurité du dispositif, un séparateur en céramique breveté par Leclanché constituera un des éléments clé. Le tout sera complété par un système de gestion sophistiqué.

Véritable banc d’essai, cette unité de stockage de taille industrielle, pourra stocker jusqu’à 500 kWh, soit l’équivalent de la production électrique de 2 500 mètres carrés de panneaux solaires en une heure ou la consommation d’une centaine de ménages durant sur une journée, tout en gérant les variations de puissance liées à l’ensoleillement.

« L'argent public judicieusement investi dans un projet novateur »

« Nous nous réjouissons de cette collaboration. C’est la meilleure façon de mutualiser la haute technologie développée chez Leclanché et la recherche scientifique pour nous permettre de rester à la pointe des innovations qui serviront l’indispensable transition énergétique », estime Fabrizio Marzolini, Directeur du développement des systèmes de stockage d’énergie chez Leclanché SA.

Jacqueline de Quattro, chef du Département du territoire et de l’environnement du Canton de Vaud, se félicite pour sa part « que l’argent public soit judicieusement investi dans un projet novateur qui va dans le sens de notre stratégie de soutien aux énergies renouvelables ». Et Christian Frère, Directeur Unité d’affaires Energie de Romande Energie de conclure : « cette recherche conjointe permettra de développer la contribution du photovoltaïque à l’approvisionnement énergétique suisse.»

Les recherches liées au container s'échelonneront sur 23 mois et permettront d’optimiser le fonctionnement des différents composants.


A. LG
© Gerisch - Fotolia.com
 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Enbridge investit 1,2 milliard d’euros dans un parc éolien au large de Saint-Nazaire - Batiweb

Enbridge investit 1,2 milliard d’euros dans un parc éolien au large de Saint-Nazaire

Validé début juin par le Conseil d’Etat, un projet éolien situé entre 12 et 20 km des côtes de Saint-Nazaire verra le jour d’ici 2022. Les porteurs du projet sont EDF Renouvelables, et Enbridge, une entreprise canadienne qui compte bien accroître ses activités en France et en Europe. Cette dernière a ainsi investi 1,2 milliards d’euros dans ce projet d’éolien offshore qui devrait, à terme, couvrir 20% des besoins électriques de la Loire-Atlantique.
EDF présente son Plan Stockage Electrique  - Batiweb

EDF présente son Plan Stockage Electrique

EDF a annoncé mardi vouloir accélérer son développement dans le domaine du stockage de l’électricité. Pour ce faire, le groupe a lancé un plan à 8 milliards d’euros dont l’objectif est le déploiement de 10 GW de nouvelles capacités de stockage dans le monde d’ici 2035. A travers cette initiative, l’électricien espère devenir leader européen du secteur.
A Grenoble, le projet ABC propose l’autoconsommation collective à ses futurs habitants - Batiweb

A Grenoble, le projet ABC propose l’autoconsommation collective à ses futurs habitants

C’est une première à Grenoble : mené par Bouygues Construction et Linkcity en partenariat avec Suez, Grenoble Habitat et Valode et Pistre architectes, le projet ABC comprendra 62 logements qui seront alimentés en énergie par 3 centrales photovoltaïques installées sur le toit des bâtiments. Ces dernières viennent tout juste d’être posées par GEG ENeR, qui propose une expérimentation d’autoconsommation collective aux futurs habitants.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter