Vers une hausse de la consommation énergétique à horizon 2040 Vie des sociétés | 19.02.19

Partager sur :
Vers une hausse de la consommation énergétique à horizon 2040
La consommation d’énergie augmentera d’un tiers d’ici à 2040, selon le spécialiste de l’énergie BP. À elles seules, l’Inde et la Chine devraient représenter la moitié de la consommation énergétique sur cette période. Néanmoins, la part d’énergies renouvelables devrait croître au fil des années, permettant de combler une partie des besoins. Tous les détails.
Bob Dudley, directeur général de BP, spécialiste de l’énergie et tout particulièrement du pétrole, a pris la parole jeudi 14 février à l’occasion de la présentation annuelle des prévisions pour 2040. Ainsi, selon la société britannique, la demande d’énergie devrait progresser d’un tiers dans les 20 prochaines années, boostée par les pays émergents.

L’Inde et la Chine, tout particulièrement, devraient représenter la moitié de la croissance de la consommation énergétique sur cette période. Cependant, la demande pourrait ralentir au pays du Soleil levant, à tel point que la croissance indienne pourrait dépasser celle du géant chinois.

Bonne nouvelle malgré tout : les énergies renouvelables devraient occuper une part de choix dans la consommation mondiale. « Le double défi de produire plus d’énergie avec moins d’émissions plante le décor de notre futur », estime Bob Dudley.

Plus d’énergies propres, mais le pétrole toujours présent

Dans ce sens, les EnR devraient progresser de +7,1% par an sur la période 2019-2040. Le gaz naturel, bien que moins dynamique, pourrait également se développer à hauteur de +1,7% chaque année. Le charbon, à l’inverse, devrait légèrement reculer (-0,1%).

La demande de pétrole, en revanche, ne devrait que peu évoluer. Si BP estime que les hydrocarbures n’augmenteront que de +0,3% par an, il n’en reste pas moins que certains secteurs, dont les transports, resteront particulièrement friands des produits dérivés du combustible.

Néanmoins, « les pressions environnementales de plus en plus fortes, particulièrement sur les emballages plastiques et l’empaquetage, pourraient ralentir la croissance de ce secteur », conclut BPE.

F.C (avec AFP)
Photo de une : ©adobe stock
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
Bientôt un parc éolien offshore au large du Tréport ?

Bientôt un parc éolien offshore au large du Tréport ?

Le département de la Seine-Maritime a validé vendredi 23 novembre le projet éolien en mer au Tréport. Cette opération controversée permettrait de construire 62 machines de 8 mégawatts chacune à horizon 2021. De quoi combler les besoins électriques de 850 000 personnes, selon EMDT, filiale du groupe Engie en charge du programme. Les détails.
La PPE, « chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires », selon Coénove

La PPE, « chronique d’un rendez-vous manqué avec les territoires », selon Coénove

Le projet de Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) n’aura guère convaincu Coénove, bien au contraire ! L’association reproche au texte de laisser sur la touche l’énergie gaz « au mépris même de son avenir renouvelable ». Bien que déçu, son président, Bernard Aulagne, va continuer de « porter haut et fort » les atouts du gaz, « pierre angulaire » pour la transition écologique et solidaire française, notamment dans le bâtiment.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter