Dans l'immobilier défiscalisé, mieux vaut ne rien interrompre Vie pratique | 19.10.18

Partager sur :
Dans l'immobilier défiscalisé, mieux vaut ne rien interrompre
Bien que rentable, l’investissement locatif défiscalisé reste un dispositif risqué, en particulier lorsque les contrats de gestion sont rompus. Dans ce cas de figure, le propriétaire s’expose notamment à la privation des garanties de loyers et du bénéfice fiscal dont il pouvait disposer. Les explications avec un cas jugé par la Cour de Cassation.
Dans un système d'investissement locatif défiscalisé, il est imprudent d'interrompre le processus et de mettre fin aux fonctions du gérant.

En agissant ainsi, observe la Cour de cassation, un investisseur s'est privé des garanties de loyers, des assurances offertes par l'organisateur de l'opération et du bénéfice fiscal qu'il aurait pu en retirer.

Ne trouvant pas de locataire, ce particulier n'a pas pu assumer les échéances de son achat et l'affaire s'est terminée avec la saisie de l'appartement par la banque.

L'investisseur avait acheté un bien à construire selon le système dit "de Robien", qui permettait de défiscaliser un achat réalisé dans certaines zones sensibles, à la condition de le donner en location durant neuf ans avec un loyer plafonné et de ne pas le laisser vacant durant plus d'un an.

Le promoteur, comme souvent dans ces opérations, fournissait tout: la construction du bien et sa gestion durant neuf ans, avec une assurance contre l'absence de locataire et contre les loyers impayés.

Mais l'appartement ayant été bâti dans une zone peu propice à l'opération, aucun locataire n'a été trouvé. Le propriétaire a alors décidé de renoncer. Il a rompu les contrats de gestion, avec leurs assurances, pour pouvoir revendre son bien. Mais n'ayant pas trouvé d'acquéreur non plus, il s'est trouvé, sans loyers et sans assurance, dans l'incapacité de faire face personnellement aux échéances de remboursement.

La justice a conclu qu'il était seul responsable de son préjudice, pour avoir agi imprudemment en interrompant le déroulement du programme.

(Cass. Civ 1, 10.10.2018, A 16-26.192).
(AFP)

Photo de Une : ©Fotolia


Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Rien n'est sûr avec un

Rien n'est sûr avec un "pacte de préférence"

Attention au pacte de préférence ! Cet avant-contrat, qui engage une personne auprès du bénéficiaire du pacte à ne pas conclure d’autre contrat avec un tiers, ne présente aucune garantie dans le cadre de la vente d’un bien immobilier. C’est en tout cas l’avis de la Cour de cassation, qui estime que le pacte de préférence n’est pas un droit de préemption, par lequel il est possible d’acquérir un logement en priorité. Explications.
La préemption n'est pas une spoliation

La préemption n'est pas une spoliation

Remanié par la fameuse loi SRU, le droit de préemption permet aux communes dotées d'un plan local d'urbanisme, d'une carte communale ou d'un plan d'occupation des sols d'acquérir en priorité tout bien foncier ou immobilier mis en vente. Aujourd'hui encore, il fait largement débat, mais la Cour de cassation est formelle : le droit de préemption n'outrepasse pas le droit de propriété.
Dans la vente échelonnée, contrôler avant de payer

Dans la vente échelonnée, contrôler avant de payer

La vente échelonnée, toujours une bonne idée ? Pas nécessairement, à en croire la Cour de cassation. En effet, l’acquéreur d’un bien immobilier neuf doit toujours s’assurer que la banque verse bien les fonds selon l’état d’avancement des travaux, sous peine de voir cet argent perdu dans le cas où l’opération ne serait pas menée à son terme. Les détails.
Compromis signé, la commission de l'agence est due

Compromis signé, la commission de l'agence est due

Selon la législation en vigueur, un agent immobilier ne peut recevoir sa commission qu’une fois le compromis de vente signé, la transaction étant alors considérée comme ‘’parfaite’’. Les deux signataires, l’acheteur et le vendeur, se retrouvent dès lors soumis à un engagement réciproque et irrévocable. Dans cette situation, un acquéreur ayant renoncé à son achat se verra obligé de verser la commission de l’agence et des indemnités au vendeur.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter