Economies d'énergie : et si le comportement comptait plus que les choix du bâti ? (Etude) Vie pratique | 06.10.14

Partager sur :
Selon le rapport Muscade, une étude coordonnée par le Centre national de recherches météorologiques (Météo-France/CNRS) et présentée ce vendredi, le comportement des usagers dans leurs logements a plus d'impact sur la consommation d'énergie que des solutions techniques coûteuses ou les grands choix urbanistiques pouvant être mise en place dans le bâti. Explications.

Et si la baisse de votre facture énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique tenaient plus du bon sens que de la rénovation énergétique de votre bâti, au moyen de solutions coûteuses ? C'est en substance le message contenu dans le dernier rapport présenté par le Centre national de recherche météorologiques.

Ce rapport « Muscade », porté par une équipe pluridisciplinaire, s'est penché sur des stratégies d'adaptation au réchauffement, notamment dans le bâti, à Paris et dans sa banlieue, à horizon 2100, les prédictions promettant à l'agglomération le climat de Cordoue et des épisodes caniculaires plus marqués.

Selon ses projections, présentées au colloque « Chaleur sur la ville » organisé par la Région Ile-de-France, les « choix individuels ont le plus fort impact sur les consommations d'énergie liée aux bâtiments ». En d'autres termes, le comportement des usagers dans leur logements sera tout aussi crucial pour faire face au réchauffement climatique dans la ville de demain, que les grands choix urbanistiques et techniques pouvant être mis en place sur le bâti.

« Les choix quotidiens des gens jouent un rôle bien supérieur à tout ce que l'on peut atteindre via des solutions techniques et coûteuses », souligne le chercheur Vincent Viguié, du Cired (Centre international de recherche sur l'environnement et le développement).

Des gestes simples

Pour la climatisation, la consommation d'énergie chuterait de 80 % si l'usager fixait la température à 26°C au lieu de 23°C.

En périodes de chaleur, la fermeture des volets en journée aurait aussi un impact fort, selon cette étude, qui ajoute que limiter la climatisation et donc ses rejets de chaleur dans la rue restreindrait en outre l' « îlot de chaleur », phénomène de surchauffe constaté dans les villes du fait de l'urbanisation.

Les panneaux solaires et la végétation à la rescousse

Autre conclusion, l'utilisation de panneaux solaires permettrait de diminuer « très légèrement » l'îlot de chaleur, généré notamment par des sources de type chaudières, climatiseurs. Surtout, une implantation massive sur les toits pourrait compenser annuellement la consommation des bâtiments pour le chauffage et la climatisation.
 
L'étude insiste sur le rôle de la végétation en ville pour le rafraîchissement de l'air. La végétation de pleine terre est ainsi jugée plus probante que celle des toits qui est avant tout efficace pour l'isolation intérieure. Ainsi, accroître de 50 % la végétation au sol dans tous les espaces disponibles, permettrait de baisser la température de 1 à 2°C, soulignent les auteurs. Même si cet apport concerne surtout la couronne, Paris en profitera, la verdure agissant sur de longues distances.

C.T (avec AFP)

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

CUBE.S, un concours pour sensibiliser les élèves aux économies d’énergie

CUBE.S, un concours pour sensibiliser les élèves aux économies d’énergie

François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, se sont rendus dans un collègue des Yvelines pour le lancement officiel de « CUBE.S », grand concours d’économies d’énergie à destination des établissements scolaires. Il vise à sensibiliser les élèves à la nécessité de réduire la consommation énergétique de la France dans le cadre de la politique de lutte contre le réchauffement climatique.
Pénurie de main d’œuvre, avenir incertain pour le CITE… Les obstacles à la rénovation sont encore (trop) nombreux !

Pénurie de main d’œuvre, avenir incertain pour le CITE… Les obstacles à la rénovation sont encore (trop) nombreux !

Dans une tribune parue le 11 septembre dernier, Sylvain Bonnot, PDG de Myral, revient sur le lancement du dispositif FAIRE. S’il soutient l’initiative, il estime que les obstacles au plan de rénovation énergétique des logements sont encore nombreux. Il pointe notamment les difficultés de recrutement et le manque de visibilité quant au devenir du CITE. « Nous avons besoin de clarté », estime-t-il.
Trois leviers d'action pour diviser par deux les consommations d'énergie d'ici 2050

Trois leviers d'action pour diviser par deux les consommations d'énergie d'ici 2050

L'objectif du gouvernement, inscrit dans la loi de transition énergétique, de diviser par deux les consommations d'énergie d'ici 2050 est-il toujours atteignable ? A en croire la fondation Terra Nova, la suppression par le Sénat de l'objectif intermédiaire de 2030 de réduire les consommations de 20 % par rapport à 2012 pourrait remettre en cause cet objectif. Elle formule ainsi plusieurs propositions, dans une note publiée vendredi, destinées à maintenir le cap. Explications.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter