Fatigue et stress, le lot quotidien des artisans du bâtiment Vie pratique | 02.03.16

Partager sur :
Fatigue et stress, le lot quotidien des artisans du bâtiment Batiweb
Un artisan du bâtiment sur deux est victime de fatigue et de stress au quotidien, selon la deuxième édition du baromètre Arti Santé BTP*, publiée par la Capeb, la Cnatp, et le pôle d’innovation IRIS-ST. Le sur-investissement est tel que les chefs d'entreprises sont proches de l'épuisement physique et mental. D'autant que près de la moitié dispose d'un suivi médical irrégulier voire inexistant.

La passion ne suffit pas toujours au bon exercice de son métier. Bien qu'ils disposent d'une forte autonomie, du soutien et de la reconnaissance sociale ainsi que de bonnes relations sociale, les artisans du BTP sont plus de la moitié à être victime d'un stress chronique mettant en danger leur santé mentale et physique.

L’intensité du rythme de travail, de la pression des délais, du déséquilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, des exigences physiques et mentales de la fonction (95 %), le sentiment d’isolement sont autant de facteurs propices à l’altération de la qualité de vie et de travail des artisans du BTP.

« Dans le contexte économique que nous connaissons, la pression accrue pèse sur les épaules des chefs d’entreprise artisanale du BTP, explique Patrick Liébus, président de la Capeb. Les résultats de l'étude « sont des indicateurs criants d’une réalité vécue quotidiennement par les artisans du BTP et leurs proches. Nous devons les garder en tête et continuer de nous battre en faveur de l’amélioration de leurs conditions de travail ! », précise-t-il.

Epuisement physique et mental

Pour les artisans, la crise renforce le sentiment d’insécurité (fortes variations de l’activité, faible visibilité sur les commandes et l’avenir, difficultés de trésorerie…) et accuentue les difficultés liées à la concurrence (multiplication des demandes de devis, réactivité, guerre des prix, contraintes de délais…).

Si globalement, ils se perçoivent en bonne santé, plus de la moitié se considère comme fatigué ou « souvent » à « très souvent » victime de stress, selon les résultats du baromètre. La plupart souffre de douleurs musculaires (79 %), tandis que près d’un sur deux accuse une fatigue importante et des troubles du sommeil (43 %).

D’autres indicateurs, plus marginaux (affectant moins d’un artisan sur quatre) complètent ce tableau peu réjouissant : il s’agit notamment de troubles émotionnels (24 %), de problèmes de vue (23 %) ou encore d’audition (16 %).

Malgré ces problèmes, liés à un « surinvestissement » dans leur travail, 43 % des artisans ont un suivi médical irrégulier voire inexistant. Entre sentiment d'isolement et fatigue, le corps dit « stop » : 7 % déclarent avoir fait un burn out (épuisement professionnel), tandis que 28 % pensent en avoir fait un.

*Enquête réalisée en France métropolitaine, via un questionnaire administré en ligne  auprès d’un panel représentatif de 2 783 chefs d’entreprise artisanale du BTP, de 0 à 20 salariés, en septembre et octobre 2015. Seuls les questionnaires complétés dans leur intégralité ont été conservés pour l’analyse des résultats. L’échantillon a été raisonné de sorte à avoir une lisibilité suffisante et se rapprocher de la représentativité du secteur.

Un projet de loi en cours

Une proposition de loi a été déposée en ce sens par le député socialiste Benoît Hamon, le 17 février dernier. Le texte, signé par 83 députés de gauches, suggère de faciliter l'instruction et la reconnaissance individuelle des cas d'épuisement professionnel par les comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles. 

Actuellement, la seule reconnaissance vient de la loi sur le dialogue social. Elle ne concerne cependant que les pathologies psychiques, qui doivent avoir entraîné soit le décès du salarié, soit une incapacité permanente partielle d’au moins 25 %. Mais encore faut-il pour la famille apporter la preuve du lien de causalité entre maladie et travail. 

C.T
© Fotolia

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Stress au travail : les conjoint(e)s d'artisans du bâtiment souffrent aussi Batiweb

Stress au travail : les conjoint(e)s d'artisans du bâtiment souffrent aussi

Un(e) conjoint(e) d'artisan du bâtiment sur deux avoue être souvent stressée au travail, selon le baromètre publié ce vendredi par la Capeb et le pôle d'innovation IRIS-ST. Incertitude économique, déséquilibre entre vie personnelle et professionnelle, rythme de travail soutenu, les causes sont multiples et peuvent mener au burn-out. Une convention a été signée avec la MNRA pour leur venir en aide.
6ème Baromètre Arti Santé : des artisans de plus en plus stressés et surmenés Batiweb

6ème Baromètre Arti Santé : des artisans de plus en plus stressés et surmenés

Cette année encore, la CAPEB, la CNATP et le pôle d’innovation IRIS-ST dévoilent les résultats de leur baromètre Arti Santé. Bien que les artisans s’accordent plus de congés, le stress, la fatigue et le nombre de burn-out sont encore en augmentation en 2019. L’année en cours et le contexte préoccupant de crise sanitaire et économique inquiète encore davantage les spécialistes. Dans ce contexte, un partenariat a été mis en place pour venir en aide aux chefs d’entreprise artisanale en difficultés.
39% des artisans s’estiment en mauvaise santé (étude) Batiweb

39% des artisans s’estiment en mauvaise santé (étude)

Si le bâtiment se porte mieux, l’état de santé des dirigeants d’entreprise artisanale s’est lui nettement détérioré en 2017. La 4e édition du baromètre ArtiSanté BTP dévoile en effet que 39% des artisans se déclarent en mauvaise santé. Parmi les causes évoquées, des rythmes de travail très intenses ou encore des charges administratives importantes. A cela s’ajoute « un suivi médical insuffisant », notamment chez les plus jeunes.
5e baromètre Arti Santé : 58 % des artisans sont très souvent stressés Batiweb

5e baromètre Arti Santé : 58 % des artisans sont très souvent stressés

Pour la cinquième année consécutive, le baromètre Arti Santé fait le point sur l’état de santé et les conditions de travail des entrepreneurs du bâtiment et du paysage. Menée auprès de 2 000 dirigeants d’entreprise artisanale, l’enquête révèle cette année que 65% d’entre eux travaillent plus de 50 h par semaine, dont 26 % plus de 60 h. L’étude montre également une nette augmentation du stress (+15 points en un an) et des troubles émotionnels.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter