La CAPEB s’ouvre à toutes les entreprises du bâtiment

Vie pratique | 14.05.02
Partager sur :
La CAPEB s’ouvre à toutes les entreprises du bâtiment - Batiweb
La CAPEB (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment), jusque-là fief des entreprises artisanales de moins de 10 salariés, pourra désormais représenter toutes les entreprises du bâtiment inscrites au registre des métiers.
L'assemblée générale 2002 de la CAPEB fera certainement date dans son l'histoire. En effet, au terme de nombreuses années de réclamations auprès des pouvoirs publics et trois ans d'enquêtes diligentées à la demande du ministère de l'Emploi, la CAPEB pourra désormais représenter toutes les entreprises du bâtiment, quel que soit le nombre de leurs salariés, à condition que ces entreprises soient inscrites au répertoire des métiers. Ce nouvel agrément du gouvernement, annoncé par le Président Jean Lardin, a soulevé l'enthousiasme des délégués réunis à Strasbourg pour leur assemblée annuelle. Avec cette disposition, la CAPEB marque un point dans l'âpre concurrence qui l'oppose régulièrement à la FFB (Fédération Française du Bâtiment) en matière d'effectifs. Le secteur du bâtiment compte aujourd'hui 15 000 entreprises de plus de 10 salariés dont 7 000 sont inscrites au registre des métiers (par opposition aux entreprises inscrites au RC). Selon la CAPEB, sur les 70 000 entreprises adhérentes revendiquées, 3 500 auraient déjà plus de 10 salariés. La CAPEB espère donc rapidement intégrer la totalité des entreprises du bâtiment de plus de 10 salariés encore inscrites au répertoire des métiers.

Une représentativité élargie
La représentativité élargie de la confédération lui ouvre aujourd'hui un espace plus vaste de représentativité et d'intervention, notamment en matière de gestion des ressources allouées à la formation au sein des entreprises de plus de 10 salariés. Cet élargissement lui permet désormais de siéger au conseil de gestion de l'OPCA bâtiment. En marge de cette annonce, le congrès de la Confédération des artisans du bâtiment s'est tenu en présence de Nicole Fontaine, ancienne présidente du Parlement européen. Jean Lardin, élu récemment à la présidence de la CAPEB, lui a fait part de son souhait de voir les artisans obtenir une meilleure représentativité au sein de l'Union. Deux autres dossiers ont également mobilisé les participants, celui de la TVA à 5,5 % et le rejet d'une norme unique européenne de qualification. Selon le président de la CAPEB, la suppression de cette TVA à taux réduit engendrerait instantanément la perte de 50 000 emplois dans l'artisanat du bâtiment. En réponse, Nicole Fontaine estime probable que la TVA à 5,5 % soit prolongée d'une année. L'ancienne présidente du Parlement s'est en outre montrée volontaire pour "recommander les demandes légitimes de la CAPEB afin qu'une attention plus grande soit apportée à la spécificité économique et sociale de l'artisanat dans la refondation de l'union européenne".
Redacteur