La terre cuite se révèle au travers d’un « serious game » Vie pratique | 23.04.19

Partager sur :
En mars dernier, à l’occasion de la Semaine de l’industrie, les fabricants de matériaux de construction en terre cuite ont lancé « Simulaterre, l’aventure de la terre cuite », un serious game développé avec le soutien de l’OPCA3+ et de l’Éducation nationale. Destinée aux 13-18 ans, l’initiative vise « à montrer les atouts de la filière ». Pour ce premier opus, trois métiers sont à découvrir : conducteur d’installation, technicien de maintenance et ingénieur process.

La Fédération française des tuiles et briques (FFTB) a annoncé le lancement d’un serious game pour faire découvrir les métiers de l’industrie de la terre cuite aux jeunes âgés de 13 à 18 ans. « Notre objectif est de montrer les atouts de la filière. Nos process sont hautement automatisés et robotisés et les métiers tout comme les usines sont modernes. Les métiers sont polyvalents et hautement techniques », explique Isabelle Dorgeret, directrice générale de la FFTB. 
 

 

Développé avec le soutien de l’OPCA3+ et de l’Éducation nationale, « Simulaterre, L’aventure de la terre cuite » propose, via un parcours ludique, d’en savoir plus sur les métiers de conducteur d’installation, de technicien de maintenance et d’ingénieur process. Le joueur ou la joueuse est tout d’abord accueilli(e) dans une usine par un jeune collègue. Il choisit ensuite un métier, découvre les différentes étapes du process et les grands enjeux du métier en circulant dans les installations.

 

Il doit enfin relever des défis qui se présentent sous forme de jeux de mémoire, de logique et est même amené à « piloter » un drone dans une usine et autour de la Cité internationale à Lyon, « ouvrage emblématique de la terre cuite ».
 

 

Des métiers concrets qui ont du sens

 


« Nous sommes persuadés que nos métiers sont aussi porteurs de sens pour un jeune et pour ses parents : les matériaux de construction en terre cuite sont utilisés pour construire des logements, des écoles, des bâtiments publics. C’est le travail de l’argile, un matériau naturel, noble, attachant. En regardant autour de soi, chaque salarié de la filière terre cuite voit concrètement à quoi aboutit son travail et peut en être fier », affirme Isabelle Dorgeret.
 

 

Dans un communiqué, la FFTB revient aussi sur la formation continue des salariés évoluant dans la filière terre cuite. La branche a notamment développé 4 CQP (certificat de qualification professionnelle) : chef d’équipe, conducteur d’installation, préparateur de terre et technicien de maintenance. « Ces CQP ont concerné depuis leur création en 2006 plus de 200 salariés formés en alternance sur 1 an avec l’équivalent de 30 à 40 jours de formation. C'est le gage pour nos nouveaux embauchés d'avoir la possibilité d’évoluer au sein de leur entreprise », rappelle Mme Dorgeret. Elle poursuit : « Comme d’autres filières industrielles et dans les métiers du bâtiment que nous connaissons bien, couvreurs et maçons par exemple, les difficultés pour recruter sont réelles. Nous avons actuellement de nombreux postes à pourvoir dans nos usines ».
 

 

Pour séduire un maximum de candidats, le serious game sera mis à disposition des jeunes par la profession, les Centres d’Information et d’Orientation (CIO) et via des plateformes dédiées à l’orientation et à la formation.

 

Pour découvrir cette initiative, connectez-vous à http://www.fftb.org/aventureterrecuite/

 

R.C
Photos : Capture d'écran 
« Simulaterre, L’aventure de la terre cuite »

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter