Les chefs d'entreprise de moins en moins préoccupés par la sécurité de leurs salariés Vie pratique | 13.03.15

Partager sur :
Selon une enquête réalisée par l'Institut national de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accident du travail et des maladies professionnelles (INRS), les chefs des petites et très petites entreprises se préoccupent de moins en moins de la santé et de la sécurité de leurs salariés, depuis 2010. En matière de prévention, le minimum est en effet perçu comme « suffisant ». Analyse.

La prévention sur les questions de santé et de sécurité au travail perd du terrain, selon la dernière enquête réalisée par l'INRS auprès de 1 002 chefs d'entreprises de moins de 50 salariés. Ainsi, le niveau de préoccupation des chefs d'entreprise sur la question des risques professionnels passe de 25 % lors de la dernière enquête de l'INRS en 2010à à 16 % dans les TPE qui comptent entre 10 et 49 salariés ; et de 18 à 14 % dans les PE comptant 1 à 9 salariés. En cause, « le contexte économique difficile de ces dernières années », expliquent les auteurs de l'étude.

Les principales préoccupations des chefs d’entreprises concernant leurs salariés sont le risque routier, le risque lié à l’activité physique et celui de chute de plain pied. Mais pour 35 % des chefs de TPE interrogés, l'activité de l'entreprise ne présente pas de risques pour leurs salariés. A ce titre, ils ne voient donc pas l’intérêt du Document unique d’évaluation des risques professionnels, imposé par le Code du Travail.

Paradoxalement, si leurs préoccupations sur les risques baissent, les chefs d’entreprise sont néanmoins plus nombreux à déclarer avoir mis en œuvre des mesures de prévention : moyens de protection individuelle ou collective, interventions sur l’aménagement et ou sur l’organisation, information des salariés, actions de formation.

« L'accès aux documents d’informations des organismes de prévention se fait en ligne pour la majorité des entreprises, ce qui est une première », souligne l'étude. Les chefs d’entreprise expliquent la baisse de l’utilisation des supports papiers, que ce soit sur la presse professionnelle, la presse quotidienne ou la documentation des organismes de prévention, par la facilité d’accès et d’archivage des formats numériques.

La prévention perçue comme une contrainte

Parmi les sources d'information, les fiches techniques ou notices des fabricants font un bond de 6  à 14 % dans les PE et de 4 à 18% dans les TPE. Côté interlocuteurs sur les questions de prévention, les services de santé au travail sont plébiscités comme référent (pour 49 % des PE et 34 % des TPE) et comme « personne de confiance » (pour 62 % des PE et 32 % des TPE).

Concernant les attentes en matière de prévention des chefs d’entreprises, 84 % dans les PE et 72 % dans les TPE estiment avoir les outils nécessaires ; 43 % dans les PE et  57 % dans les TPE déclarent ne manquer de rien pour mettre en place des mesures.

« La prévention est principalement perçue par les chefs d’entreprise comme une contrainte. Les dirigeants ne vont pas, ou peu, chercher l’information qui, pensent-ils, leur parviendra d’une manière ou d’une autre si elle est importante. Enfin, pour eux, en prévention, le minimum est perçu comme suffisant », conclut l'étude.

* Enquête téléphonique réalisée par l'Institut Viavoice pour l'INRS, du 24 novembre au 2 janvier 2015, menée auprès de 1002 chefs d'entreprise de moins de 50 salariés.

C.T

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les conditions de travail en hauteur préoccupent toujours la Capeb

Les conditions de travail en hauteur préoccupent toujours la Capeb

La mobilisation de la Capeb en faveur de la prévention se poursuit ! L’organisme a annoncé le 25 juillet avoir renouvelé son partenariat avec Layher, spécialiste des échafaudages, et l’IRIS-ST (Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail). De nouvelles actions de prévention des risques devraient ainsi être prochainement mises en place, de même qu’une assistance téléphonique pour accompagner au mieux les dirigeants des entreprises artisanales du BTP.
Comment le stress est-il perçu et géré par les salariés et les RH ?

Comment le stress est-il perçu et géré par les salariés et les RH ?

Le stress professionnel apparaît depuis quelques années comme un risque professionnel à part entière. Des responsables de fonction RH et des salariés ont répondu à un questionnaire sur ce risque psychosocial : facteurs de stress, impact sur les individus et l’entreprise, moyens pour décompresser, etc. L’étude a été réalisée par les Editions Tissot et Sysman France, spécialisé dans le bien-être au travail et la prévention des risques psychosociaux.
Expoprotection 2018 : plus de 300 innovations vous attendent !

Expoprotection 2018 : plus de 300 innovations vous attendent !

Du 6 au 8 novembre 2018, le salon Expoprotection revient pour une 27ème édition ! L’événement, qui se tiendra à Paris – Porte de Versailles, illustre les tendances actuelles en matière de prévention et gestion des risques. Cette année, le nombre d’inscrits bat tous les records : 780 exposants seront présents (+ 4% vs 2016) dont 300 nouveaux participants. Des animations inédites seront proposées aux visiteurs parmi lesquelles la mise en place de quatre villages experts.
L’OPPBTP et la CNAM renouvellent leur campagne de prévention contre les chutes en hauteur

L’OPPBTP et la CNAM renouvellent leur campagne de prévention contre les chutes en hauteur

Quatre ans après le lancement d’une première campagne de prévention contre les risques de chutes en hauteur, l’OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics) et la CNAM (Assurance Maladie – Risques professionnels) ont décidé de renouveler leur convention de partenariat jusqu’en 2022 pour renforcer le dispositif en fonction des retours d’expérience et améliorer les résultats.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter