Maintenance : quand une activité secondaire devient principale.

Vie pratique | 23.01.02
Partager sur :
Maintenance : quand une activité secondaire devient principale. - Batiweb
Autrefois considérée par les installateurs comme une activité secondaire ou une conséquence astreignante, la maintenance devient une source de profit et un métier à part entière.
Avec la généralisation des contrats de service, les installateurs sont de plus en plus nombreux à réaliser, dans l’activité de maintenance, une part de plus en plus importante de leur chiffre d’affaires. Les activités d’entretien et de suivi sont en effet perçues comme un service utile, dont les coûts sont désormais légitimement acceptés par les clients. Le mythe du plombier attendu des semaines est dorénavant battu en brèche, lorsque dans une région ou un quartier, un installateur sait affilier sa clientèle à des contrats de maintenance bien suivis. Le potentiel est tel dans ce domaine, que dans de nombreuses régions, une nouvelle catégorie d’artisans, spécialisés dans la maintenance prend le pas sur les interventions des installateurs classiques. En règle générale, cette spécialité est le fruit d’un rapprochement de l’entreprise de maintenance avec un installateur important désireux de sous traiter l’entretien de sa clientèle, ou d’un accord avec un fabricant, comme cela est souvent le cas avec les constructeurs de chauffes eau ou d’ascenseurs. Vivre essentiellement de la maintenance demande cependant une structure bien adaptée. Au plan administratif, la rédaction de contrats clairs, où les obligations de l’entreprise (nombre de passage dans l’année, nature des fournitures et des prestation incluses ou non dans le contrat, niveaux tarifaires des prestations…) doit faire l’objet d’une grande attention. De même, la bonne organisation du planning de travail, l’annonce préalable des visites aux clients ou les comptes rendus des interventions sont autant de points délicats. Les spécialistes recommandent également que l’intervenant soit toujours le même dans un secteur donné. Sa connaissance des clients lui permettra d’anticiper ses déplacements et de tisser un lien de confiance étroit avec la clientèle. Le matériel de maintenance à aussi ses particularités. Il doit être choisi pour ses performances et son intérêt spécifique (mallette de mesure, aspirateur portable, matériel sans fil, escabeau léger) et pouvoir de transporter facilement. Si la maintenance n’est pas l’activité majeure de l’entreprise, elle n’en est pas moins vitale. Un client contraint d’appeler un concurrent pour être dépanner est 9 fois sur 10 un client perdu. En outre, si celui-ci admet la panne de son matériel, les mauvais et tardifs dépannages sont généralement très mal vécus. La maintenance, recèle un puissant pouvoir de fidélisation. Elle est à la fois la meilleure gardienne du portefeuille de clients de l’entreprise et l’acteur fondamental de son développement. Au plan de la rentabilité, une bonne organisation permet aujourd’hui, tout en pratiquant des prix de marché compétitifs de générer d’excellents profits. Des formations spécifiques à la maintenance sont dispensées par la plupart des Centres de formation d’apprentis, par les AFPA et par les CAPEB locales.
Redacteur