Un logement vendu doit avoir un chauffage en état Vie pratique | 19.03.18

Partager sur :
Un logement vendu doit avoir un chauffage en état
Alors que le printemps peine à s’installer, de nombreuses régions ayant connu un nouvel épisode neigeux, il est toujours nécessaire de bien chauffer son logement. La Cour de cassation a d’ailleurs rappelé qu’un bien vendu doit impérativement disposer d’un système de chauffage en bon état. Dans le cas contraire, c’est la responsabilité du vendeur qui est engagée.
Le vendeur d'une habitation doit s'assurer que le système de chauffage est bien en état de fonctionner.

S'agissant d'un logement, le système de chauffage dont il doit être pourvu est un accessoire indispensable sans lequel il ne peut être vendu, déclare la Cour de cassation.

Tant que les éléments indispensables à l'utilisation du bien vendu ne sont pas en état d'être utilisés, expliquent les juges, le vendeur n'est pas libéré de ses obligations car il est censé n'avoir pas livré ce qu'il a vendu. A moins bien sûr qu'un accord avec l'acheteur l'en dispense.

Dans l'affaire, un couple avait acheté une maison en plein hiver et avait constaté en s'installant que plusieurs radiateurs avaient éclaté à cause du gel. Les gelées se sont produites avant la signature de la vente, observaient les juges, et les réparations sont donc à la charge du vendeur, qui était propriétaire à ce moment-là.

Il ne s'agit pas, précise la Cour, d'un vice caché que le vendeur pourrait avoir ignoré et dont il ne serait alors pas responsable, selon la clause généralement insérée par les notaires dans les actes de vente. Il s'agit d'un défaut de délivrance de l'objet vendu.

L'affaire aura coûté plus de 20.000 euros de réparation à ce vendeur.

Le chauffage fait partie des éléments obligatoires pour qu'un logement soit déclaré "décent", selon un décret de 2002. "Les réseaux et branchements d'électricité et de gaz et les équipements de chauffage et de production d'eau chaude sont conformes aux normes de sécurité définies par les lois et règlements et sont en bon état d'usage et de fonctionnement", dit ce décret, principalement destiné cependant aux relations entre propriétaires et locataires.

(Cass. Civ 3, 28.2.2018, K 16-27.650).
(AFP)

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Rien n'est sûr avec un

Rien n'est sûr avec un "pacte de préférence"

Attention au pacte de préférence ! Cet avant-contrat, qui engage une personne auprès du bénéficiaire du pacte à ne pas conclure d’autre contrat avec un tiers, ne présente aucune garantie dans le cadre de la vente d’un bien immobilier. C’est en tout cas l’avis de la Cour de cassation, qui estime que le pacte de préférence n’est pas un droit de préemption, par lequel il est possible d’acquérir un logement en priorité. Explications.
La préemption n'est pas une spoliation

La préemption n'est pas une spoliation

Remanié par la fameuse loi SRU, le droit de préemption permet aux communes dotées d'un plan local d'urbanisme, d'une carte communale ou d'un plan d'occupation des sols d'acquérir en priorité tout bien foncier ou immobilier mis en vente. Aujourd'hui encore, il fait largement débat, mais la Cour de cassation est formelle : le droit de préemption n'outrepasse pas le droit de propriété.
Dans la vente échelonnée, contrôler avant de payer

Dans la vente échelonnée, contrôler avant de payer

La vente échelonnée, toujours une bonne idée ? Pas nécessairement, à en croire la Cour de cassation. En effet, l’acquéreur d’un bien immobilier neuf doit toujours s’assurer que la banque verse bien les fonds selon l’état d’avancement des travaux, sous peine de voir cet argent perdu dans le cas où l’opération ne serait pas menée à son terme. Les détails.
Le nu-propriétaire risque des condamnations qu'il ignore

Le nu-propriétaire risque des condamnations qu'il ignore

Bien qu’il n’ait pas la jouissance d’un bien, le nu-propriétaire peut être condamné pour une infraction aux règles d’urbanisme commise par l’usufruitier. Il peut aussi se voir dans l’obligation de détruire une construction illégale et de remettre les lieux en l’état, estime la Cour de cassation.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter