Fermer

Le pont de la scoumoune de Jossigny (suite…)

Déjà inutilisable le jour de sa naissance, le pont d’accès entre l’A4 et Disneyland Paris vient d’entraîner dans sa destruction le pont provisoire mis en place pour le remplacer.
Publié le 16 juillet 2002

Partager : 

Le pont de la scoumoune de Jossigny (suite…) - Batiweb
Les News de Batiweb l’avaient sans indulgence baptisé dans le numéro du 2 avril 2002 le " pont de la scoumoune ". Ce qualificatif semble malheureusement le poursuivre. Le pont de Jossigny (77), qui déleste la rocade d’accès entre l’A4 et le nouveau parc de Disneyland Paris, vient encore de connaître de funestes avatars. Initialement, le pont avait été rendu inutilisable la veille de sa mise en service suite à une simple, mais très lourde, erreur humaine. Une confusion dans le marquage des câbles avait en effet conduit les ouvriers à couper les câbles de précontrainte définitifs en lieu et place des câbles provisoires nécessaires à la mise en place de l’ouvrage. Cette erreur avait condamné le pont à être détruit. En attendant, un pont provisoire fut posé par la société hollandaise Janson Bridging. Les 2 ouvrages, distants de 5 mètres, enjambaient parallèlement l’autoroute. Le 11 juin, les artificiers procédaient à la destruction du 1er pont de Jossigny. À 22h10, une fois l’autoroute fermée, l’explosion en chaîne (microretard) fut déclenchée. Dans un synchronisme aussi violent que précis, tous les éléments du pont furent broyés par l’explosion. Celle-ci projeta d’énormes blocs de béton sur le tablier du pont métallique voisin. Les 450 tonnes d’une des culées de la passerelle furent déplacées de plus de 1,20 mètres. Les poutres, sous le souffle et la violence des chocs, furent à leur tour tordues comme de simples pailles. On se retrouvait donc avec un pont détruit et un pont de remplacement inutilisable. Aujourd’hui, le démontage du pont endommagé révèle que ce dernier serait cependant réparable. Il sera donc restauré et remonté avant que ne débute la construction d'un quatrième pont. De son côté, l’entreprise Muller TP, maître d’œuvre de l’opération, doit supporter tous les frais de ces opérations de destruction et reconstruction des ponts, qu’ils soient provisoires ou peut être un jour définitifs. Dans tous les cas, le budget original d'un peu plus d'un million d'euros est déjà largement dépassé. Il faut espérer que le prochain pont de Jossigny soit enfin le bon…
Par Redacteur

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.