Menacé par l'érosion, le tunnel ferroviaire de Monaco fait l'objet de travaux lourds Architecture | 02.04.14

Partager sur :
Au coeur de Monaco, un tunnel ferroviaire qui accueille l'une des lignes TER les plus fréquentées de France, fait l'objet d'une quasi reconstruction. Ces travaux, qui coûtent 34 millions d'euros à RFF, visent à rétablir une vitesse de 90 km/h dans le tunnel, contre 40 km/h actuellement. Une première phase de travaux s'achève sur ce chantier titanesque, où le risque géologique doit être pris en compte.

A Monaco, un tunnel de trois kilomètres construit dans les années 60 est actuellement sous haute surveillance. 110 trains y passent par jour dans les deux sens, presque exclusivement des TER bondés aux heures de pointe avec des travailleurs locaux ou des touristes.

La base du tunnel sur quelques 200 mètres doit être creusée et renforcée avec du béton armé et de l'acier, dans un environnement géologique parfois contraignant. « Des terres argileuses, gonflées par de l'eau s'écoulant par une faille dans la montagne, parvenaient par une poussée latérale à soulever le plancher (« radier ») de la voie ferrée », explique Christine Rochwerger, directrice d'opération sur les ouvrages d'art de Réseau ferré de France.

De complexes travaux de génie civil ont été réalisés par Eiffage Travaux publics sur ce tunnel qui relie Monaco et Roquebrune-Cap-Martin dans les Alpes-Maritimes.

Un premier tronçon de 110 mètres est presque achevé après six mois de travaux, à raison « d'un mètre par jour », en bloquant une voie de circulation à la fois. Un deuxième tronçon de même longueur sera attaqué en octobre pour six mois, selon Réseau ferré de France (RFF).

Ces travaux, qui coûtent 34 millions d'euros à RFF, visent à rétablir une vitesse de 90 km/h dans le tunnel, contre 40 km/h actuellement, souligne Jacques Frossard, directeur régional de RFF. Une aggravation de la situation aurait pu réduire la vitesse à 10 km/h, voire provoquer une fermeture.

Une situation de déjà vu pour ce tunnel. En 2003, il avait été totalement fermé après une poussée de terrain sur une soixantaine de mètres. Il avait fallu huit mois pour reprendre la circulation entre Monaco et l'Italie.

Un plan pour compléter le réseau souterrain de Monaco

Monaco, à l'étroit sur son territoire, continue par ailleurs à construire des tunnels routiers, servant ensuite de socles à des immeubles. Venu voir les travaux de RFF, ce mardi, le prince Albert de Monaco n'est « pas inquiet » face à cette multiplication de tunnels dans une région sismique.

« Les normes sismiques sont très exigeantes, plus que dans d'autres pays », souligne-t-il. « On est encore plus exigeants quand il y a des tunnels routiers dans le sous-sol »« Nous avons un plan sur plusieurs années pour compléter ce réseau souterrain », a précisé le souverain, en admettant que « la géologie » des lieux aura alors atteint ses limites.

La région entre Nice et l'Italie, où les montagnes se jettent dans la mer, est truffée de tunnels ferroviaires remontant parfois à la création de la voie à la fin du 19ème siècle.

C.T (avec AFP)
© transam0805 - Fotolia.com

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Liaison ferroviaire Lyon-Turin : le tunnelier Federica débute les travaux - Batiweb

Liaison ferroviaire Lyon-Turin : le tunnelier Federica débute les travaux

Le tunnelier Federica vient d'être inauguré ce jeudi, en présence du Premier ministre Manuel Valls, à Saint-Martin-la-Porte en Savoie. Cette inauguration marque le début des travaux d'excavation d'une galerie de reconnaissance, 1er tronçon sud du tunnel de la future liaison ferroviaire Lyon-Turin. Un chantier très contesté qui doit permettre de faciliter les échanges France-Italie.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter