Nouvelle-Zélande : l'église en carton de Shigeru Ban prend l'eau Architecture | 21.07.13

Partager sur :
Des pans de murs d'une cathédrale en carton en Nouvelle-Zélande ont été détrempés par la pluie, sans remettre en cause ce projet avant-gardiste dont la construction doit s'achever le mois prochain, a indiqué vendredi l'Eglise anglicane.

Cette structure, dont les murs ont été élevés avec des gros tubes cartonnés, est destinée à remplacer temporairement l'église anglicane de Christchurch, deuxième ville de Nouvelle-Zélande, qui a été détruite en février 2011 par un tremblement de terre, faisant 185 morts.

Le porte-parole de l'Eglise anglicane, Jayson Rhodes a indiqué qu'à cause de récents orages des pans entiers de tubulaires étaient tout ramollis, et nécéssitaient d'être remplacés.

Il a toutefois précisé que les concepteurs du projet s'attendaient à rencontrer des ennuis compte tenu de l'originalité du matériau de base et que la structure de l'édifice n'était pas endommagée.

Architecture de l'urgence

"Quelques cartons ont pris l'humidité quand le bâtiment n'était pas totalement fermé. Le toit est maintenant terminé et il n'y a plus de risque", a déclaré Jaydon Rhodes à la radio Newstalk ZB.

Oeuvre de l'architecte japonais, Shigeru Ban, la cathédrale pourra accueillir les fidèles "dans quelques semaines", a-t-il affirmé. Cet édifice, qui a la forme d'un A, a été construit avec des tubes de cartons de 600 mm de diamètre, étanchéifiés avec du polyuréthane et ignifugés, puis disposés autour d'une structure en bois et surmontés d'un toit en polycarbonate. Il est conçu pour durer 50 ans et pour une assemblée de 700 personnes.

Shigeru Ban s'est forgé une réputation "d'architecte de l'urgence", en imaginant des bâtiments rapides à construire avec des matériaux facilement disponibles pour les régions frappées par des catastrophes naturelles, tels que les tremblements de terre.

L.P (AFP)

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le plan d’urgence pour l’emploi ne fait pas l’unanimité

Le plan d’urgence pour l’emploi ne fait pas l’unanimité

François Hollande a annoncé, lundi 18 janvier, une série de mesures sur la formation, l’apprentissage et les aides à l’embauche pour les PME. Si la droite considère les annonces insuffisamment libérales, la gauche s’inquiète pour les salariés. Les Français eux, pensent à 77% que le plan d’urgence ne fera pas baisser le chômage, selon un sondage Odoxa pour iTELE.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter