Fermer

Pluie de records technologiques dans le sous-sol lorrain

Ils ne font pas la Une des médias. Pourtant les travaux entrepris pour sauver la ville de Moyeuvre des inondations s'inscrivent légitimement au registre des chantiers hors normes de l'année
Publié le 28 août 2002

Partager : 

Pluie de records technologiques dans le sous-sol lorrain - Batiweb
Pour mettre au sec les pieds des habitants des quartiers bas de la ville de Moyeuvre (Moselle), la DRIRE du département a dû relever un véritable défi. La ville est en effet bâtie sur un gigantesque réservoir d'eau souterrain et sur l'enchevêtrement de galeries d'anciennes mines. Celles-ci ont en outre été volontairement obstruées par noyade en 98. Ainsi la ville, sommet émergeant d'une montagne d'eau emprisonnée, devient flottante lorsque les pluies au printemps deviennent importantes. Une caractéristique qui a fini par lasser les habitants, devenus des professionnels de l'inondation. Pour mettre fin à ces inondations récurrentes, les entreprises GTS, BEC, Soletanche-Bachy, CSM et GTM ont entrepris de véritables travaux d'Hercule. L'objectif consiste en effet à faire baisser durablement de 3 mètres au minimum le niveau du réservoir souterrain dont le volume global est estimé 120 millions de m3. Pour atteindre ce résultat, les ingénieurs ont organisé le creusement dans le rocher d'un canal souterrain de 470 mètres de long par lequel une vidange géante de 16 millions de m3 d'eau aura lieu vers l'Orne, la rivière voisine.

Une opération hors normes
Avant de creuser ce canal, les hommes des entreprises, après un périlleux repérage subaquatique dans les galeries inondées, ont dû construire un batardeau de béton (barrage) à 130 mètres de profondeur afin d'isoler les galeries du réservoir lui-même, situé 6 mètres au-dessus. Le chenal souterrain à en outre été précédé du percement d'une galerie d'accès de 25 m2 de section sur 230 mètres de long pour atteindre le réservoir. Le chenal a ensuite été creusé à ciel ouvert avant d'être recouvert par un remblai de deux mètres. Néanmoins, l'une des difficultés majeures résidait dans le franchissement de la ligne SNCF Homécourt-Hagondange. Le chenal à donc été creusé par la société CSM Bessac de manière entièrement souterraine sous la ligne, sur une longueur de 45 mètres. L'entreprise, utilisant un tunnelier sous pression a réalisé l'opération en 5 jours. Quand tous les tunnels seront terminés, une pompe d'un débit de 4 m3/seconde, spécialement réalisée pour la circonstance, entraînera des millions de m3 d'eau vers l'Orne. L'engin à une telle puissance que l'EDF a dû raccorder au site une ligne spéciale de 20 000 volts. Cette pompe, placée dans deux puits blindés de 30 mètres de profondeur et d'un diamètre de 1,5 mètres devrait en un mois et demi faire baisser de 5 mètres le niveau du réservoir soit environ 16 millions de m3. Le réservoir naturel sera ensuite placé sur haute surveillance. Un ensemble complexe de vannes de batardeaux et de sondes devrait permettre de réguler ses eaux en cas de crue. Le chantier dont l'enveloppe reste cependant modeste (11 millions d'euros) n'a été qu'une succession d'obstacles que les ingénieurs, techniciens et ouvriers des différentes entreprises ont franchis à l'aide des solutions originales, jamais mis en œuvre auparavant. Les entreprises vont ainsi mettre fin aux funestes crues de Moyeuvre par une pluie de records technologiques.
Par Redacteur

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.