Action Coeur de Ville : une accélération et une amplification attendues en 2021

Collectivités territoriales | 17.03.21
Partager sur :
Action Coeur de Ville : une accélération et une amplification attendues en 2021 - Batiweb
Plus de trois ans après le lancement du programme « Action Coeur de Ville », un premier bilan de « mi-parcours » a été dressé pour préciser les montants et actions engagées. Selon le directeur du programme, le bilan est plutôt positif, bien qu'ayant été ralenti par la crise sanitaire en 2020. Il espère désormais une « accélération » et une « amplification » pour l'année à venir, alors que l'on observe un regain d'intérêt des Français pour les villes moyennes.

Rollon Mouchel-Blaisot, directeur du programme Action Coeur de Ville, et Marc Chappuis, directeur adjoint du cabinet de la ministre de la Cohésion des Territoires, organisaient ce mercredi 17 mars un point presse sur le bilan de mi-parcours du programme Action Coeur de Ville.

 

Le programme Action Coeur de Ville avait été lancé en décembre 2017 pour revitaliser les centres de 222 villes moyennes grâce à la réhabilitation de logements vétustes, la pérennisation des commerces de proximité, le développement de l'accessibilité et des mobilités, et des équipements et services publics.

 

2,1 milliards d'euros déjà mobilisés

 

Cinq milliards d'euros étaient prévus pour engager ces actions sur cinq ans. Trois ans plus tard, Marc Chappuis indique que 2,1 milliards d'euros ont déjà été engagés pour environ 3000 actions. Dans le détail, 840 millions d'euros ont été mobilisés par la Banque des Territoires, 550 millions par Action Logement, 373 millions par l'ANAH, et 334 millions par l'Etat.

 

Rollon Mouchel-Blaisot, directeur du programme Action Coeur de Ville, souligne également le succès de « Réinventions nos cœurs de ville », des « Petites villes de demain », du Denormandie ancien, et des opérations de revitalisation des territoires (ORT).

 

Des attentes amplifiées par la crise

 

Après un ralentissement lié à la crise sanitaire et aux élections municipales en 2020, Rollon Mouchel-Blaisot précise que les attentes ont été « amplifiées par la crise », et espère que 2021 sera « l'année de l'accélération et de l'amplification ». Pour cela, il compte notamment sur les mesures du plan de relance, avec le fonds de réhabilitation des friches, doté de 300 millions d'euros, et le soutien aux commerces de proximité.

 

Parmi les villes faisant partie du programme Action Coeur de Ville, la plupart ont d'ailleurs pris des mesures pour soutenir les petits commerces pendant le confinement, avec des aides financières, des exonérations de loyers ou d'occupation du domaine public, des mesures d'accompagnement dans leurs démarches, ou de communication.

 

Un soutien d'autant plus nécessaire que les Français ont eu un regain d'intérêt pour les villes moyennes depuis le début de la crise sanitaire. Cette attractivité étant d'ailleurs, selon Marc Chappuis, à l'origine d'une « envolée des prix immobiliers dans ces villes ».

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Immobilier : des transactions toujours élevées, mais jusqu’à quand ? - Batiweb

Immobilier : des transactions toujours élevées, mais jusqu’à quand ?

L’activité du marché immobilier est restée au beau fixe avec 965000 ventes en 2018, soit une hausse de +0,3% par rapport à l’année précédente. Des chiffres positifs qui s’expliquent par des taux d’intérêt toujours historiquement bas. La FNAIM (Fédération nationale de l’immobilier) souligne néanmoins qu’une baisse a été constatée en novembre 2018, et rappelle que la confiance des ménages reste un facteur décisif pour l’année à venir.
Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit - Batiweb

Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit

L’Insee et les Notaires de France ont publié les chiffres de l’immobilier ancien à fin mars 2020. Pour la quatrième année consécutive, la hausse des prix s’est poursuivie, et même accélérée, et les ventes ont de nouveau dépassé la barre des 1 million. Toutefois, le bilan ne prend pas encore en compte les conséquences de la crise et du confinement. Pour SeLoger, ils auraient occasionné une chute de 47,9 % des ventes, sans toutefois impacter les prix.
La FNAIM publie son étude annuelle sur le logement en France - Batiweb

La FNAIM publie son étude annuelle sur le logement en France

Le LABoratoire Economique du Logement (LABEL), cellule économique de la FNAIM, publiait son baromètre annuel sur le logement en France ce jeudi 22 avril, avec pour la première fois un focus sur les étiquettes énergétiques des logements, et une comparaison avec les autres pays européens. On apprend notamment que les prix immobiliers français ont augmenté de 17 % en 10 ans, soit une hausse plus modérée comparé à certains de nos voisins européens.
Au 1er trimestre 2020, les mises en vente ont chuté de -28 % - Batiweb

Au 1er trimestre 2020, les mises en vente ont chuté de -28 %

Le Ministère de la Cohésion des Territoires a publié ce mercredi 10 juin les chiffres de la construction neuve au 1er trimestre 2020. Sans surprise, la commercialisation et la réservation de logements neufs ont brutalement chuté, avec le début de la crise liée au coronavirus et les mesures de confinement. Les mises en vente ont notamment baissé de -27,9 %, et les réservations de -24,2 %.