Ipsos lance une enquête sur les Français et leur logement Collectivités territoriales | 15.10.19

Partager sur :
Le Ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales et le Service de la Donnée et des Études Statistiques (Sdes) lancent, près de 7 ans après la dernière, une grande enquête sur les Français et leur logement. Des enquêteurs Ipsos interrogeront 70 000 ménages sur la part du logement dans leur budget, la qualité des équipements, ou encore les travaux effectués.

Tous les 4 à 7 ans depuis 1955, l’enquête Logement permet de voir l’évolution du rapport des Français à leur logement. Elle vient compléter les enquêtes de recensements, qui ne comprennent pas de données financières comme les loyers, les charges, les revenus, ni les plans de financement.

 

Cette année, 70 000 logements situés en France métropolitaine ont été tirés au sort par l’Insee. L’enquête, déjà commencée samedi 12 octobre, se fait par entretiens menés par un enquêteur Ipsos qui se rend, muni d’une carte officielle, chez les personnes sélectionnées, qui ont été préalablement averties par un courrier.

 

Cerner les évolutions

 

Les questions posées concernent la part que le logement représente dans le budget des ménages, une description détaillée de la qualité de l’habitation, les travaux effectués, et plus largement l’opinion que les Français ont sur leur logement, et leurs souhaits de mobilité.

 

Lors de la dernière enquête de 2013, 58 % des personnes interrogées avaient déclaré être propriétaire de leur logement, soit près de 6 ménages sur 10. L’enquête avait notamment permis de mettre en lumière que le logement continuait de représenter une part de plus en plus conséquente dans le budget des ménages, passant de 16,1% en 2001 à 18,3% en 2013. Au niveau de la surface, après avoir continuellement augmenté depuis les années 1980, la surface moyenne avait légèrement baissé entre 2006 et 2013. Par ailleurs, la part de logements sans douche ni baignoire tendaient à disparaître (12,2 % en 1984, contre 0,4 % en 2013), bien que 160 000 logements n’aient toujours pas de WC intérieurs.

 

Une fois anonymisés et transformés en statistiques, les résultats de cette enquête reconnue d’intérêt général seront rendus publics et deviendront utilisables par les chercheurs et les pouvoirs publics pour adapter les politiques publiques autour du logement.

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les habitants des petites communes sont les plus satisfaits de leur logement

Les habitants des petites communes sont les plus satisfaits de leur logement

Ce mardi 8 octobre avait lieu la présentation du troisième baromètre Qualitel/Ipsos. Cette année, le thème de la qualité du logement dans l’attractivité des territoires a été retenu. 80 questions ont été posées à 4850 personnes âgées de plus de 18 ans. Elles ont évaluées leur logement en fonction de nombreux critères et ont été interrogées sur leurs aspirations. Il en ressort que les habitants des communes de moins de 2000 habitants sont bien plus satisfaits et attachés à leur logement que les franciliens.
Travaux au sein du logement : les habitudes des Français décryptées

Travaux au sein du logement : les habitudes des Français décryptées

1 003 Français représentatifs de la population ont répondu à l’enquête menée par Franfinance, filiale de la Société Générale, et l’Institut CSA portant sur la réalisation de travaux. Cette étude inédite a finalement rendu ses résultats ce mardi 19 juin, avec plusieurs enseignements intéressants. Il apparaît notamment que le montant des travaux est plus souvent inférieur à 5 000 euros, et qu’ils concernent principalement les murs (peinture, papier peint, etc.). Tous les résultats.
Des charges toujours plus pesantes dans le budget logement des Franciliens

Des charges toujours plus pesantes dans le budget logement des Franciliens

S’appuyant sur les enquêtes Logement de l’Insee, l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France a récemment publié sa propre étude relative aux charges dont doivent s’acquitter les locataires du parc social francilien. Le document révèle que les dépenses liées, entre autres, à l’eau ou à l’énergie ont largement augmenté au cours des 25 dernières années, au point d'atteindre aujourd'hui le montant moyen de 261 €/mois. Décryptage.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter