Les habitants des petites communes sont les plus satisfaits de leur logement Collectivités territoriales | 08.10.19

Partager sur :
Ce mardi 8 octobre avait lieu la présentation du troisième baromètre Qualitel/Ipsos. Cette année, le thème de la qualité du logement dans l’attractivité des territoires a été retenu. 80 questions ont été posées à 4850 personnes âgées de plus de 18 ans. Elles ont évaluées leur logement en fonction de nombreux critères et ont été interrogées sur leurs aspirations. Il en ressort que les habitants des communes de moins de 2000 habitants sont bien plus satisfaits et attachés à leur logement que les franciliens.

Après l’habitat connecté, le baromètre Qualitel/Ipsos s’est cette année penché sur la qualité du logement comme facteur d’attractivité des territoires.

 

Avec ce baromètre, une note (ou « Qualiscore »), a été attribuée aux logements en fonction de nombreux critères qui ont été évalués, parmi lesquels le confort thermique, l’humidité, la consommation d’énergie, l’isolation acoustique, la sécurité électrique, la lumière naturelle, ou encore la connexion internet.

 

La moyenne nationale est cette année de 6,8 sur 10. La satisfaction augmente chez les propriétaires (7,2 contre 6 pour les locataires), et les personnes vivant dans une maison (7,1 contre 6,3 pour celles habitant en appartement).

 

Contre toutes attentes, dans un contexte de crise des Gilets Jaunes et de fracture sociale, ce sont les habitants des petites communes de moins de 2000 habitants qui sont les plus satisfaits de la qualité de leur logement.

 

Si les habitants des petites communes rurales se plaignent davantage du manque de transports, d’équipements publics et de commerces, ce sont les plus satisfaits de leur logement, avec une note qui s’élève à 7 sur 10 dans les communes de moins de 2000 habitants, contre 6,4 en agglomération parisienne.

 

D’après les résultats de l’étude, les propriétaires d’une maison au sein d’une petite commune seraient donc les plus enclins à être satisfaits de leur logement, contrairement aux locataires vivant dans un appartement en agglomération parisienne.

 

Les franciliens, les plus mal lotis

 

En région parisienne, ce sont notamment les nuisances acoustiques, le manque de place et de confort thermique qui impactent la note finale. Ainsi 82% des habitants de communes rurales sont satisfaits de l’isolation acoustique, contre seulement 57% de franciliens. Sans surprise, ces derniers sont trois fois plus susceptibles d’être dérangés par des bruits venant de la rue ou du voisinage.

 

Les habitants de communes rurales, très attachés à leur logement

 

Plus significatif : 38% des habitants des communes rurales ne changeraient pour rien au monde de logement, contre 22% en agglomération parisienne.

 

Fait qui peut être plus étonnant, 85% des moins de 35 ans des communes rurales se disent attachés à leur logement, contre seulement 66% dans les métropoles. Les jeunes ruraux sont donc loin d’avoir tous envie de partir s’installer en métropole.

 

Les Français davantage attirés par les communes et les villes moyennes

 

Ainsi, d’après les résultats de l’enquête, les Français préféreraient habiter dans des petites communes ou des villes moyennes que dans les grandes métropoles ou l’agglomération parisienne.

 

 

"Où les Français aimeraient-ils habiter ?". Source : Baromètre Qualitel/Ipsos 2019

Pour Olivier Pavy, maire de Salbris (41), une commune de 5000 habitants, « on voit avec cette étude que les Français ne veulent pas habiter en ville mais à la campagne ».

 

« Les gens sont parfaitement conscients qu’il y a un déséquilibre d’accompagnement de la politique publique d’aménagement du territoire » regrette-t-il, avant d’ajouter : « Ce baromètre Qualitel devrait être un critère de marketing territorial ».

 

Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI, estime pour sa part que l’attractivité est amenée à se reconfigurer, notamment avec le développement du télétravail.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : ©C.L.

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Logements certifiés VS non certifiés : Qualitel a mené son enquête - Batiweb

Logements certifiés VS non certifiés : Qualitel a mené son enquête

A travers les résultats d'une enquête menée sur trois ans auprès de 11 000 Français, Qualitel a pu comparer les logements certifiés et non certifiées sur la base de plusieurs critères tels que la sécurité, l'isolation acoustique, le confort thermique, la ventilation, ou le maintien à domicile. Or, les résultats montrent que habitants de logements certifiés se révèlent bien plus satisfaits de leur habitation que les autres.
Qualitel publie son premier Baromètre sur la qualité de vie dans le logement - Batiweb

Qualitel publie son premier Baromètre sur la qualité de vie dans le logement

Alors que la thématique du « bien vivre chez soi » est de plus en plus prise en compte par les particuliers et les constructeurs, l’association Qualitel a présenté ce jeudi 5 son premier Baromètre sur le sujet. Intitulé « Les Français notent leur logement », le rapport propose d’évaluer la qualité perçue d’un bien en s’appuyant sur 15 critères, parmi lesquels le confort thermique et acoustique, la luminosité ou encore la qualité des matériaux de construction.
Ipsos lance une enquête sur les Français et leur logement - Batiweb

Ipsos lance une enquête sur les Français et leur logement

Le Ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales et le Service de la Donnée et des Études Statistiques (Sdes) lancent, près de 7 ans après la dernière, une grande enquête sur les Français et leur logement. Des enquêteurs Ipsos interrogeront 70 000 ménages sur la part du logement dans leur budget, la qualité des équipements, ou encore les travaux effectués.
Comment les Français ont-ils perçu leur logement pendant le confinement ? - Batiweb

Comment les Français ont-ils perçu leur logement pendant le confinement ?

Supporté (ou apprécié) pendant deux mois par les Français, le confinement a plus que jamais révélé l'importance d'un logement au sein duquel on se sent bien. L'institut Ipsos et l'association Qualitel ont mené leur enquête pour savoir comment les Français ont perçu leur logement pendant cette période inédite. Le nom de cette étude, intitulée « Le confinement, révélateur des inégalités dans la qualité du logement », en dit long sur les disparités entre Français.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter