La Soreqa, aménageur engagé en faveur de l’économie circulaire Collectivités territoriales | 03.07.18

Partager sur :
La Soreqa, aménageur engagé en faveur de l’économie circulaire
Créée en 2010, la Société de requalification des quartiers anciens (Soreqa) lutte contre l’habitat indigne et intervient auprès des propriétaires privés par des aides et incitations afin qu’ils réhabilitent leur bien. Fort de son engagement en faveur d’une construction plus durable, l’organisme a signé une charte sur l’économie circulaire. L’objectif, inscrire les interventions de la Soreqa dans une économie attentive à la réduction des déchets et à la préservation des ressources.
Depuis sa création en 2010, la Soreqa intervient sur l’habitat dégradé, insalubre, dangereux. Sa mission ? Eradiquer les passoires thermiques et l’habitat indigne.

La société est « l’outil des collectivités » qui veulent mettre en place des projets urbains et notamment réhabiliter leurs bâtiments. Elle intervient auprès des propriétaires afin de les inciter à rénover leur logement.

La Soreqa se lance aujourd’hui dans un nouveau combat, celui de valoriser les déchets de chantier qui représentent, selon la mairie de Paris, « un des flux de déchets les plus importants » de la capitale.

Déconstruire pour mieux reconstruire

La ville de Paris et la Soreqa ont en effet signé une charte sur l’économie circulaire. A travers cet engagement, les partenaires vont œuvrer à la mise en place des principes d’économie circulaire durant trois étapes majeures de transformation des sites.

Lors de la construction des immeubles, la société de requalification des quartiers anciens s’engage à identifier, diagnostiquer et préconiser le réemploi, la réutilisation ou le recyclage des ressources pouvant être récupérées.

Dans sa gestion transitoire des terrains en attente de travaux de construction, elle privilégiera désormais des projets d’urbanisme temporaire, en lien avec les habitants.

Enfin, à travers ses cahiers des charges de cession de terrains, elle aura pour mission d’inciter les futurs maîtres d’ouvrage à construire et gérer les bâtiments avec des intervenants ou des dispositifs particulièrement performants au regard des objectifs de l’économie circulaire.

De son côté, la Ville de Paris mettra en place un plan d’actions de sensibilisation et de formation des équipes de la Soreqa.

R.C
Photo de une : ©Fotolia

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

De la conception à la déconstruction sélective, Resolving digitalise le bâtiment

De la conception à la déconstruction sélective, Resolving digitalise le bâtiment

Créé en 2003, Resolving se veut un « accélérateur digital » des métiers de l’immobilier et de la construction. La société met au service des différents acteurs du secteur des solutions collaboratives, l’objectif étant de les aider dans leur transformation digitale et de les accompagner au mieux pour qu’ils échangent « des informations le plus rapidement et le plus pertinemment possible ». Le point avec Franck Meudec, Vice-président-CEO de Resolving.
La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

Alors que le Gouvernement a publié, le 23 avril dernier, sa feuille de route économie circulaire, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) annonce le lancement de deux outils à destination des artisans et entrepreneurs. Soutenus par l’Ademe, ils visent à accompagner le secteur dans la valorisation des déchets de second œuvre issus de site de démolition/réhabilitation.
Rénovation énergétique, économie circulaire… l’UFC-Que Choisir s’exprime

Rénovation énergétique, économie circulaire… l’UFC-Que Choisir s’exprime

Alors que le Gouvernement a présenté il y a peu le plan de rénovation énergétique des bâtiments et la feuille de route pour l’économie circulaire, l’UFC-Que Choisir revient sur l’essentiel des propositions. Son président, Alain Bazot, rappelle notamment l’importance de mettre en place des « règles claires » et des « mesures concrètes qui obligent les professionnels ».
Déchets du bâtiment : quelles responsabilités pour les maîtres d’ouvrage ?

Déchets du bâtiment : quelles responsabilités pour les maîtres d’ouvrage ?

Une nouvelle étude juridique menée dans le cadre de la plateforme collaborative DEMOCLES fait le point sur la responsabilité des maîtres d’ouvrage en matière de gestion des déchets de chantiers de déconstruction et de rénovation du bâtiment. Cofinancée par l’Ademe, l’étude répond à un certain nombre de questions : Qui est responsable de la traçabilité des déchets ? Quel lien existe-t-il entre le permis de démolir et le diagnostic déchets ? Tous les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter